Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Ufo, Msg

HOUSE OF X - Vol 1 : The Live Files (x-ufo) (2012)
Par GEGERS le 24 Mai 2012          Consultée 1431 fois

La longévité d'un groupe ne s'obtient pas sans heurts et sacrifices. Avant de bénéficier du statut de légende ou d'icône, il y a la genèse, l'accomplissement, le doute, la remise en question. C'est ainsi. A chacune de ces étapes, des têtes sautent, des membres s'en vont, d'autres viennent, et gravitent autour d'un noyau dur inamovible. La ronde des départs et des arrivées fait son œuvre, entre démissions, licenciements et décès. La longévité d'un groupe génère son lot de déçus, de nostalgiques, de revanchards, qui ne comprennent pas pourquoi ils n'en font plus partie alors que, c'est évident, c'est eux qui le portaient sur leurs épaules. Les groupes parallèles, généralement montés en toute hâte et en réaction épidermique, font alors leur apparition : citons par exemple le Oliver/Dawson Saxon, monté en 1994 par deux ex-membres du groupe britannique. Mentionnons également Whawkwind, fondé par Nik Turner, un des membres fondateurs du célèbre groupe de space-rock. Le plus souvent, des batailles judiciaires s'engagent, sur l'utilisation d'un nom, de morceaux, par ces tribute-band de luxe. Le privilège des dinosaures...

Jusqu'à présent, UFO avait échappé au phénomène. Pourtant, le groupe britannique n'est pas connu pour la stabilité de son line-up, une bonne trentaine de musiciens s'étant succédés à des postes divers depuis sa création à la fin des années 60. En cette année 2012 naît donc X-UFO, un combo dont l'originalité du nom est inversement proportionnelle au talent des musiciens qui le composent : nous y retrouvons Danny Peyronel, claviériste d'UFO en 75-76 (période Force It / No Heavy Petting), Laurence Archer, guitariste solo sur l'album High Stakes and Dangerous Men (1992), ainsi que Clive Edwards (batteur entre 90 et 93). Seul régional de l'étape, Rocky Newton n'a jamais fait partie d'UFO, mais a tenu la basse entre 87 et 92 dans le MSG de l'inénarrable Michael Schenker. Tout de même un peu de la famille, donc.

Et tout ce petit monde semble bien décidé à se faire plaisir, en proposant une relecture en live d'une poignée de titres du groupe de l'indéboulonnable Phil Mogg. Une bonne dose de classiques (« Natural Thing », « Love to love », « Only you can rock me », « Rock bottom », « Doctor doctor »...) et puis quelques titres plus rares et largement oubliés. Leur présence est naturelle, car ces titres ont été composés en partie ou en intégralité par Archer ou Peyronel, et permettent de redécouvrir UFO sous un jour nouveau. Archer, excellent à la guitare, s'évertue avec son groupe a remettre au goût du jour « Back door man », « Love deadly love » et « She's the one », tirés du mésestimé High Stakes And Dangerous Men (auquel il a largement participé), tandis que Peyronel, fort convaincant au chant (même si n'est pas Phil Mogg qui veut), prend à cœur de ressortir « Highway Lady » et « Can you roll her », qui témoignent de sa participation à l'écriture et la composition de l'indispensable album No Heavy Petting. Newton a également droit à son petit plaisir, puisque le groupe interprète un « Armed and Ready » (MSG) dantesque en milieu de concert.

L'interprétation est pro et carrée, et pour cause, les quatre membres du quartet ayant suffisamment de qualités pour être parvenus à rejoindre, à un moment de leur histoire, les deux groupes auxquels ils rendent hommage. On se prend au jeu, quitte à pardonner à X-UFO d'avoir ostensiblement gonflé les cris du public dans le mix de l'album (un peu plus, et l'on se croirait au Stade de France...). Avec respect et talent, X-UFO fait le job et parvient à nous faire passer un très bon moment à la redécouverte d'un groupe emblématique de la scène hard rock britannique. Cerise sur le gâteau, le combo annonce la sortie d'un album studio dans les prochains mois. Un exercice plus ardu et qui risque de devenir lassant, si le groupe ne prend pas le parti de se mettre à composer son propre matériel. En attendant, The Live Files est une « petite » sortie recommandable pour les fans acharnés. Les autres préfèreront à juste titre l'original.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


Herman RAREBELL
Acoustic Fever (2013)
Scorpions, copyright herman "ze german"




BLUE ÖYSTER CULT
Secret Treaties (1974)
Le dernier de la période "noir et blanc"

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Danny Peyronel (chant, claviers)
- Laurence Archer (guitare)
- Clive Edwards (batterie)
- Rocky Newton (basse)


1. Let It Roll
2. Natural Thing
3. Highway Lady
4. Backdoor Man
5. Can You Roll Her
6. Love Deadly Love
7. Armed And Ready
8. She’s The One
9. Love To Love
10. Only You Can Rock Me
11. Rock Bottom
12. Lights Out
13. Doctor Doctor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod