Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Scorpions

DOKKEN - Broken Bones (2012)
Par GEGERS le 21 Octobre 2012          Consultée 913 fois

Malgré plus de trente années de carrière derrière lui, DOKKEN ne bénéficie pas du statut de groupe culte accordé à bon nombre de combos ayant connu leur âge d'or dans le courant des années 80. Il est vrai que le groupe américain s'est fait l'auteur d'une petite poignée d'albums incontournables (Tooth and Nail en 1984, Under Lock And Key en 1985). Mais, miné par les dissensions internes entre son leader Don Dokken et son guitariste George Lynch, et plombé par la parution d'albums médiocres dans le courant des années 90, le quartet s'est peu à peu enfoncé dans un semi-anonymat duquel il n'est jamais véritablement parvenu à s'extirper, en dépit de la publication d'albums de grande qualité au début des années 2000 (les très recommandables Erase The Slate et Long Way Home). Rajoutez à cela un Don Dokken diminué depuis 2010, la faute à une méchante lésion des cordes vocales, et voici que les rockers vétérans qui accouchent aujourd'hui de ce Broken Bones, onzième album du combo, ont des allures de survivants.

Ce nouvel album se veut, selon les dires de son principal auteur, le dernier du groupe américain. Dommage, en regard des prestations récentes du groupes et de ses dernières livraisons studio, marquées par un regain d'inspiration. Tant mieux, si l'on s'en réfère à la platitude des compositions qui forment ce Broken Bones. Car si l'illusion dure le temps d'un morceau, l'introductif « Empire », énergique et vindicatif, DOKKEN tombe bien vite dans le mou et le poussif. La guitare de Jon Levin, sous-accordée au possible afin de s'adapter à la tonalité basse du chanteur, peine à faire claquer ses riffs et l'ensemble manque rapidement de relief.

En bon artisan, DOKKEN parvient à glisser quelques mélodies sympathiques (le refrain de « Broken Bones », l'intro de « Best of me » et ses sonorités à la EUROPE), et se réveille enfin en fin d'album, avec les mordants « For the last time » et « Tonight », qui rappellent fortement les années 80. Avec un tel final, l'envie de donner une chance supplémentaire à l'opus se fait présente, mais toute nouvelle écoute ne fera que confirmer l'absence de véritable intérêt. Inutilement agressif par moments (« Victim of the crime »), se la jouant big rock mou et pataud (« Blind »), tentant de séduire par une piteuse ballade acoustique aux influences new-age (« Today »), Broken Bones se fait le témoignage d'un groupe au bout du rouleau, lessivé, à l'image de son leader dont la neutralité vocale cache péniblement une incapacité physique de proposer de la puissance et du mordant.

Si les éléments qui faisaient le charme de DOKKEN dans les années 80 sont toujours là, ils donnent l'impression d'avoir été passés au rouleau compresseur, écrasés et malaxés pour enfin être proposés sous la forme d'une pâte sans réel goût ni saveur. Ne reste qu'à regretter, donc, que le groupe connaisse une fin en demi-teinte, au lieu de nous quitter sur un bon dernier album. Reste un sympathique patrimoine discographique, à reécouter en se disant que quand même, DOKKEN, c'était foutrement bien.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


KINGDOM COME
Twilight Cruiser (1995)
Je suis venu te dire que j'ai encore du talent




SCORPIONS
Still Loving You (1984)
On a tous quelque chose en nous de sly...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Don Dokken (chant)
- Jon Levin (guitare)
- Sean Mcnabb (basse)
- Mick Brown (batterie)


1. Empire
2. Broken Bones
3. Best Of Me
4. Blind
5. Waterfall
6. Victim Of The Crime
7. Burning Tears
8. Today0
9. For The Last Time
10. Fade Away
11. Tonight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod