Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Mad Max, Msg, Beggar's Jam, Rock Wolves

WOLFPAKK - Wolves Reign (2017)
Par GEGERS le 7 Juin 2017          Consultée 702 fois

Déjà un quatrième album pour WOLFPAKK, le bébé de Michael Voss et Mark Sweeney. Le premier, inépuisable stakhanoviste, semble accorder un intérêt tout particulier à ce bébé qu'il a mis sur pied au début de la décennie en compagnie de l'ancien chanteur de CRYSTAL BALL, et semble désireux de trouver le temps de composer et enregistrer régulièrement des albums frappés du sceau du loup, malgré un agenda fort chargé puisque le bonhomme assume la casquette de musicien, compositeur et producteur pour de très nombreux artistes. Wolves Reign, qui succède au très bon Rise of the Animal, poursuit une évolution déjà entamée sur l'album précédent. D'un hard rock certes burné mais néanmoins relativement "calme", la musique du duo s'est peu à peu muée en un heavy/speed metal mélodique "à l'européenne". Si l'influence HELLOWEEN était déjà présente dans l'opus précédent (la présence des deux chanteurs de la formation, Michael Kiske et Andi Deris, y était sans doute pour quelque chose), les deux acolytes l'épousent ici pleinement et poussent jusqu'au bout leur volonté de proposer une musique énergique et rapide, sans temps mort. Ou presque.

Dès "Falling", qui sert d'introduction à l'album, on voit où WOLFPAKK veut en venir. Les mélodies sont évidentes (voire prévisibles), mais fonctionnent à merveille, grâce au savoir-faire de Michael Voss et à la présence du premier invité (la liste est toujours aussi longue), l'ex-BONFIRE Claus Lessmann, à la voix chaude et éraillée inimitable. Imparable, ce morceau sans concessions frappe fort et donne le ton de l'album. Pendant que Mark Sweeney fait de la figuration (franchement, sa voix ne tient pas la comparaison avec celles des invités ici présents), les autres s'éclatent. Et ils sont nombreux à le faire ! Parmi les plus prestigieux, notons Biff Byford, qui se démène comme un beau diable sur "Blood Brothers" qui prend nécessairement une saveur SAXON, même si quelques "Heya Heya" censés apporter une ambiance "indiens d'Amérique" tentent d'apporter un peu d'originalité. Aux instruments, George Lynch (DOKKEN), Chris Holmes (WASP), Rudi Sarzo (Ozzy OSBOURNE) ou encore Marc Lynn (GOTTHARD) s'en donnent à coeur joie, même s'il est difficile de saisir qui fait exactement quoi. Inutile de préciser, néanmoins, qu'avec autant de musiciens compétents sur une si petite galette, la virtuosité est au rendez-vous.

La musique est grandiloquente, du bon heavy/speed "à l'ancienne", très mélodique, et étonnamment doté d'une saveur inédite. "No Remorse", qui rappelle le EDGUY de la fin des années 90, voit Tony Harnell (TNT) user ses cordes vocales avec une réussite certaine. "Commandments", qui poursuit dans cette veine "happy metal", avec double-pédale et soli lumineux, se fait l'avatar de ce nouveau visage séduisant et décomplexé de WOLFPAKK. Et finalement, c'est lorsqu'il ralentit le tempo que les quelques défauts de l'album se révèlent. "Mother Earth", qui s'étale sur plus de huit minutes (et bénéficie de la présence de Ronnie Atkins, chanteur de PRETTY MAIDS), se fait mou et sans grand intérêt, s'étalant inutilement en longueur. De même, le morceau qui donne son titre à l'album "Wolves Reign" se veut pesant et agressif, mais ne provoque guère de frissons chez l'auditeur. Lorsqu'il se fait plus "hard" que "heavy", comme dans ses réalisations passées, WOLFPAKK parvient pourtant toujours à convaincre. "I'm Onto You", qui clôture l'album, est par exemple un bon gros hard des familles, soutenu par un riff mordant et un refrain entraînant que porte Steve Grimmett (GRIM REAPER), revenu d'entre les morts pour l'occasion.

Mais la tonalité de l'album est donnée : speed, speed, speed ! En ce sens, des titres tels que "Scream of the Hawk" ou "Run All Night" constituent un véritable tour de force : en réutilisant des codes usés jusqu'à la moëlle, WOLFPAKK parvient à se faire inspiré et nous donne l'impression de proposer du neuf. Disons que, les groupes de speed metal ayant presque tous ralenti les tempos au tournant de la décennie, on se retrouve ici avec une musique typique de ce qui se pratiquait il y a une vingtaine d'années. La réussite est au rendez-vous et constitue un très bon album qui ne souffre que de la présence de deux / trois titres en deçà du reste. Mine de rien, WOLFPAKK progresse, là où nombre de projets si ambitieux auraient déjà mis la clé sous la porte. Un bien bel album.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


GOTTHARD
Lipservice (2005)
Les chevelus frisent... l'excellence




HOUSE OF X
House Of X (2014)
Un petit tour en soucoupe volante ?


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Michael Voss (chant, guitare)
- Mark Sweeney (chant)
- Biff Byford (chant)
- Ronnie Atkins (chant)
- Michael Vescera (chant)
- Tony Harnell (chant)
- Oliver Hartmann (chant)
- Jioti Parcharidis (chant)
- Steve Grimmett (chant)
- Pasi Rantanen (chant)
- Claus Lessmann (chant)
- Danny Vaughn (chant)
- Andy Lickford (chant)
- Timo Somers (guitare)
- Brad Gillis (guitare)
- George Lynch (guitare)
- Alen Brentini (guitare)
- Jen Majura (guitare)
- Chris Holmes (guitare)
- Rudi Sarzo (basse)
- Marc Lynn (basse)
- Volker Krawczak (basse)
- Michael Müller (basse)
- Alex Holzwarth (batterie)
- Gereon Homan (batterie)


1. Falling
2. Run All Night
3. Blood Brothers
4. Wolves Reign
5. No Remorse
6. Inside The Animal Mind
7. Scream Of The Hawk
8. The 10 Commandments
9. Mother Earth
10. Tomorrowland
11. I’m Onto You



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod