Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Dandy Warhols , The Black Angels
- Membre : Black Rebel Motorcycle Club

The BRIAN JONESTOWN MASSACRE - Aufheben (2012)
Par PINHEAD le 2 Décembre 2012          Consultée 1007 fois

Stupeur et tremblements à la sortie du nouvel album de notre bande de néo-hippies préférée. Bonne nouvelle : le skeud ressemble cette fois à quelque chose. Mais attention jeune freluquet un peu trop enthousiaste, n'oublie pas, ô, n'oublie surtout pas qu'on a plus affaire à la pop psyché aux guitares quasi parfaites et à de courtes chansons efficaces et bien ciselées. Oublié le temps des « Nevertheless » ou d'un « Servo » imparable. Le constat est inévitable : depuis My Bloody Underground, (voire même avant), le BRIAN JONESTOWN MASSACRE donne dans l'expérimental. Ça s'était démontré désastreux sur My Pipi Undergound et foireux sur Who Killed Sergent Caca. Boîtes à rythme perchées, mixage volontairement cru, mélodies massacrées, art contemporain... Pas évident de s'y retrouver pour le petit néophyte qui cherche la douceur et les mélodies sacrées évaporées de la guitare d'Anton Newcombe.

Bon on se sert un grand café, et on écoute Aufheben. Bien serré s'il vous plaît, parce qu'il va falloir tenir le coup... J'mettrais bien quelques goutes de bourbon dedans tiens. [...] Donc, en sirotant mon Irish Coffee, je me prépare psychologiquement, pense à ma famille, fais une dernière prière, et lance le disque...
Ben il est pas si dégueu que ça en fait. Par contre mon café est trop fort, j'y rajouterais bien une petite goûte en plus […].

Outre la production un peu lo-fi, les échos qui saturent le chant, les rythmes les plus tordus qui soient, et les instruments trop perchés pour être reconnus, Aufheben est déjà plus « normal » que ses deux grands frères, et présente même des morceaux structurés et bien fournis. « Panic in Babylon » introduit le bordel à grands souffles de pengis (flûte indienne utilisée par les charmeurs de serpents), et nous emporte dans un tourbillon instrumental décomplexé.

On notera aussi un retour rassurant de la guitare et de ses soli/ornements en quelques notes planants et de la rythmique acoustique innocente et posée, sur « Gaz Hilarant » notamment, accompagnée du chant évasif de Newcombe. Ce dernier va même jusqu'à tenter la langue de Molière sur « Illuminoni », avec bravoure et maladresse. Mais on lui pardonne hein ! C'est déjà trop d'honneur que Saint Anton nous fait en nous empruntant notre langue, en lui rendant honneur avec une poésie innocente et lyrique. Les bonnes habitudes sont revenues, cette fois c'est sûr. Impossible de le nier aux premières notes de sitar de « Face Down on the Moon », qui laisse l'honneur à une flûte orientale et un batterie jazzy de nous guider sur ce micro-voyage psychédélique.

Manifestement, il s'agit d'une œuvre majeure du BJM. Non pas par sa qualité pure, mais par son symbole. Aufheben c'est un retour à ce que le groupe a toujours fait dans les années 90, sans écarter les apports électroniques et expérimentaux des années 2000. Matt Hollywood est de retour dans la partie, et le line up semble en apparence stable. Plus encore, la basse est exécutée par Will Caruthers, bassiste de SPACEMEN 3 et de SPIRITUALIZED. Deux groupe d'influence majeure pour Anton, et qui plus est, pour votre aimable chroniqueur.

Bien sûr on trouvera des longueurs («Blue Order/New Monday »), des synthés un peu trop pompeux, des délires imperceptibles, des hommages virant au mauvais plagiat, etc... Mais également une volonté de sortir du trou artistique, de l'autisme dans lequel s'était plongé le groupe. Et rien que pour ça, je vais me refaire un bon café, et sans whisky cette fois. Je buvais pour oublier la médiocrité du BJM, et grâce à Aufheben j'ai oublié.

Coup(s) de cœur : « Gaz Hilarant »

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par PINHEAD :


The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Bravery, Repetition And Noise (2001)
Keep the music evil




The Jimi HENDRIX EXPERIENCE
Axis: Bold As Love (1967)
Poésie, Technique, et L.S.D


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Anton Newcombe (guitare, chant, basse, clavier, batterie, électron)
- Will Carruthers (basse)
- Matt Hollywood: Guitare
- Constantine Karlis (batterie)
- Joël Gion (tambourin)
- Friederike Bienert (flûte)


1. Panic In Babylon
2. Vihollineseni Maalla
3. Gaz Hilarant
4. Illumnomi
5. I Want To Hold Your Other Hand
6. Face Down On The Moon
7. The Clouds Are Lying
8. Stairway To The Best Party In The Universe
9. Seven Kinds Of Wonderful
10. Walking Up To Hand Grenades
11. Blue Order/new Monday



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod