Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Scream

The MARS VOLTA - Frances The Mute (2005)
Par LUDO le 28 Avril 2005          Consultée 4865 fois

Après un premier album sorti en 2003, "De-loused In The Comatorium", véritable bombe musicale débordant d'originalité et de mélodies, les deux rescapés de l'aventure AT THE DRIVE-IN, le chanteur Cedric BIXLER ZAVALA et le guitariste Omar RODRIGUEZ-LOPEZ remettent la sauce puissance dix avec "Frances The Mute", oeuvre progressive par excellence.

C'est sur quelques arpèges et accords acoustiques que s'ouvre "Cygnus...Vismund Cygnus". La voix de Cedric ne tarde pas à faire irruption et on est tout de suite envoûté par son timbre si doux. Et soudain, c'est l'explosion hispanique sur un rythme endiablé, suivit par un refrain toujours efficace. Une accalmie arrive, feutrée, une guitare distordue résonne et entame un solo que l'on croirait improvisé. C'est ensuite une montée en puissance qui se fait sentir, la batterie se fait plus insistante, les guitares partent dans tous les sens, des violons font leur apparition, le tout porté par les vocalises de Cedric. La guitare d'Omar se déchaîne alors jusqu'au refrain rageur. "Cygnus...Vismund Cygnus" s'évanouit sur une boucle électro sur fond de bruits d'une ville en effervescence.
Ce premier titre est d'entrée de jeu impressionnant de maîtrise et d'originalité, il annonce directement les couleurs de l'album, à la fois criardes et pastels.

"The Widow" est assurément le single en puissance de l'album, complètement transcendé par la voix de Cedric qui éclate sur un refrain de toute beauté. Omar nous gratifie d'un solo en parfaite osmose avec le chant, supporté par une trompette (tenue par Flea des RED HOT CHILI PEPPERS) qui résonne dans nos oreilles...
Ces quelques lignes résument les deux tiers du morceau, le dernier tiers est un délire synthétique complètement bruitiste et psyché faisant parfaitement le lien avec le morceaux suivant, "L'via L'viaquez" qui explose rapidement dans un rythme latino excellent en accord avec le chant en espagnol. Le calme revient en anglais, appuyé par des percussions et un piano aux tonalités toujours sud-américaines. Le titre se clôt sur des voix totalement liquéfiées, déformées qui s'enchaînent très bien sur le caractère fantomatique de "Miranda That Ghost Just Isn't Holy Anymore".
Dès le début du morceau une atmosphère onirique, vaporeuse s'installe, où s'entremêlent chants d'oiseaux, plaintes lointaines et effets de guitares slidées qui n'est pas sans rappeler les expérimentations du PINK FLOYD fin 60's début 70's... Des trompettes apparaissent alors, accompagnées de quelques arpèges. La voix haut-perchée de Cédric émerge, touchante, plus suave, avec quelques violons en appui. Des samples étranges annoncent un passage plus expérimental où les trompettes se répondent de tous les côtés, à la fois mélodiques et torturées.

L'album aurait pu s'arrêter là, on s'en prend déjà plein les cages à miel avec ces quatre titres qui dépassent facilement les dix minutes. Seulement THE MARS VOLTA pousse le vice encore plus loin et nous gratifie d'un morceaux épique de plus de trente minutes, chapitré en huit parties. Trente minutes de douce folie où entre-croisent des mélodies excellentes, un refrain terrible, des montées en puissances telluriques et des expérimentations à tomber par terre. Avec ce morceau THE MARS VOLTA n'a jamais été aussi proche de ce que pouvait nous donner LED ZEPPELIN en live avec ses versions complètement hallucinantes de "Dazed And Confused" ou encore "Whole Lotta Love". Surpuissant!!

Et la comparaison avec le célèbre dirigeable du rock ne s'arrête pas là tant nos deux compères pourraient être qualifiés de Robert PLANT et Jimmy PAGE du nouveau millénaire! La similitude entre Robert et Cedric est troublante au niveau de chant au registre si caractéristique, transmettant tant d'émotions dans ses envolées lyriques. Omar n'est pas en reste, s'affirmant comme un guitariste d'exception, qui arrive à faire sortir de sa guitare des sons improbables.
Cet album est d'une créativité musicale à toute épreuve, qui fourmille d'idées géniales, sans être réservé à un auditeur "expert". Cependant, "Frances The Mute" n'est, comme toute oeuvre quelque peu originale, pas forcément facile d'accès. Beaucoup plus expérimental et moins direct que son prédécesseur "De-loused In The Comatorium", c'est un album qui se découvre et se laisse plus apprécier sur la longueur. C'est une expérience à tenter, assurément...

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LUDO :


MARILLION
Marbles (2004)
Trop beau, tout simplement

(+ 1 kro-express)



PORCUPINE TREE
Warszawa (2004)
Live de la tournée "lightbulb sun"


Marquez et partagez





 
   LUDO

 
  N/A



- Cedric Bixler-zavala (chant)
- Omar Rodriguez-lopez (guitares)
- Jon Theodore (batterie)
- Juan Alderete De La Peña (basse)
- Isaiah Ikey Owens (synthés)


1. Cygnus...vismund Cygnus
2. The Widow
3. L'via L'viaquez
4. Miranda That Ghost Just Isn't Holy Anymo
5. Cassandra Geminni (part 1)
6. Cassandra Geminni (part 2)
7. Cassandra Geminni (part 3)
8. Cassandra Geminni (part 4)
9. Cassandra Geminni (part 5)
10. Cassandra Geminni (part 6)
11. Cassandra Geminni (part 7)
12. Cassandra Geminni (part 8)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod