Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (33)
Questions / Réponses (4 / 20)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mostly Autumn, Eloy, The United States Of America , Deconstruction
- Membre : David Gilmour , Roger Waters , Syd Barrett , Rick Wright

PINK FLOYD - The Wall (1979)
Par LUDO le 18 Avril 2005          Consultée 30808 fois

Chroniquer "The Wall", ouais, pas facile quand même, hein ? Je me suis dit, pour cette chronique, je vais leur sortir un texte hyper bien foutu, je vais les immerger dans le concept avec une vision bien personnelle de l'album. Seulement quand on tète du PINK FLOYD depuis si longtemps, hé bien on est un peu formaté par tous les films, spectacles, reportages, livres, animations... ayant un rapport avec "The Wall". Donc ça ne s'annonce pas évident... Dans tous les cas, vous me pardonnerez par avance tous les superlatifs, adjectifs dithyrambiques et autres compliments que j'ai à faire, la critique n'est pas aisée avec cet album. Il y a juste un goût amer que j'ai dans la bouche à chaque fois que je parle de ce monstre, mais on y reviendra en conclusion...

1977 voit la sortie d'"Animals", un des meilleurs PINK FLOYD, peut-être même LE meilleur (au moins ex aequo avec "Dark Side Of The Moon"), et s'en suit une tournée extraordinaire. Et au cours d'un concert arriva la bavure, Roger WATERS, qui en public est pourtant l'incarnation du flegme anglais, crache sur un spectateur des premiers rangs. Et l'on peut supposer que c'est suite à cet "incident" qu'a émergé de l'esprit de WATERS, cette idée pharaonique de construire un mur entre le public et le groupe.

Au-delà du concept, cette idée donna vie à cet album, torturé, dictatorial, paranoïaque, subversif, mais bougrement génial et bouleversant. Sur fond de guerre et de totalitarisme, WATERS va nous compter les mésaventures d'un pauvre homme tourmenté, Pink, qui va se refermer petit à petit aux confins d'une douce folie.
C'est au cours de la première partie de l'album qu'il va construire son mur protecteur, où il va se cacher et s'exclure. Que le spectacle commence ! "In The Flesh ?" explose sous les guitares et les synthés, rythmé par une batterie martiale annonçant le lâché d'obus des bombardiers en piqué. On attend l'explosion, elle arrive sous la forme de pleurs de nourrisson.

Flash back.
L'heure est venue d'assembler les briques une par une... Pink construit son mur. Le souvenir d'un père sur "Another Brick In The Wall (part 1), remplit d'échos et de résonances. L'école, les profs, violents, humiliants, l'heure de la révolte a sonné. Le cri est donné avec le tubesque "Another Brick In The Wall (part 2)", véritable pamphlet contre le système éducatif, sur un rythme très funky et repris en choeur par des écoliers, pour se terminer par un solo anthologique très inspiré sur fond de nappes de synthés.

La tonalité d'un téléphone occupé retentit, comme un retour à la réalité, mais on en réchappe facilement grâce aux doux accords acoustiques de "Mother", vers qui on trouve un havre de paix, de conseils, de protection.
Le ciel s'obscurcit alors, sur fond de moteurs d'avions, d'arpèges de guitares et de synthés lugubres. On sombre encore plus sur "Empty Spaces" rythmé par un beat glacial et militaire et cette guitare si coulante, aiguë et angoissante.
Pink et les femmes, enfin LA femme, la "petite" brique qui va le faire sombrer. Un désir, un pêché, des envies, expiés dans l'agressif "Young Lust". L'amour, qui s'efface petit à petit, un malaise émerge sur les notes d'un synthé lugubre, jusqu'à l'explosion, le ras-le-bol ("One Of My Turns"). Vient le temps des regrets, un piano sombre, une respiration, les longues plaintes de WATERS qui crie son désespoir sur "Don't Leave Me Now". Le point de non-retour est atteint et la tristesse éclate avec cette guitare qui pleure littéralement.
La colère s'exprime avec "Another Brick In The Wall part 3", c'en est de trop, le mur s'achève sur une chanson quasi suicidaire, sur quelques notes de basses, "Goodbye Cruel World".

La deuxième partie s'ouvre sur une des plus belles chansons de l'album, "Hey you" partagé entre accords et arpèges acoustiques de toute beauté et un solo électrique rempli de douleurs. Pink est complètement refermé sur lui-même, désespérément seul, sa mélancolie s'exprime sur "Nobody Home" au travers d'un piano grandiose. Des arrangements symphoniques font leur apparition, tour à tour discrets ("Nobody Home", "Vera") ou alors carrément grandiloquents ("Bring The Boys Back Home").
Tel un réveil, la tonalité du téléphone retentit, et "Confortably Numb" émerge, peut-être LE plus grand titre du FLOYD, morceau à l'atmosphère sereine, porté par les violons, pour se terminer par un miracle, David GILMOUR, comme touché par la grâce divine, entame certainement son plus beau solo... ce solo rageur au feeling extraordinaire, inoubliable, indétrônable. Mais quelle frustration de l'entendre s'évanouir aussi vite alors qu'il prendra des dimensions presque orgasmiques en concert...

La suite de la seconde partie baigne dans une ambiance de totalitarisme dérangeant avec tout d'abord une reprise de "In The Flesh !" où WATERS harangue la foule, le désormais classique "Run Like Hell", "Waiting For The Worms" rythmé tel une marche militaire, le tout accentué par les directives de WATERS scandées dans le porte-voix.
Arrive alors la curiosité de l'album, le procès de Pink ("The Trial"), véritable opéra (genre que WATERS affectionne), qui se termine par la chute du mur. L'espoir renaît alors, avec la douce mélodie de "Outside The Wall".

Il faut le dire, ce concept-album est quasiment parfait en tout point, et reste à mon humble avis inégalé. Seulement voilà, et c'est une opinion strictement personnelle, WATERS signe avec cet album la fin de PINK FLOYD, du grand PINK FLOYD. "The Wall" est SON oeuvre, pas celle d'un groupe. On le sent déjà guidé par des idées et des concepts que l'on retrouvera tout au long de sa carrière solo. En partie à cause de lui, de son perfectionnisme et de son hégémonie, des tensions ont éclaté, entraînant petit à petit le groupe dans un gouffre qui portera bien son nom, "The Final Cut". Mais le FLOYD est déjà rentré dans l'Histoire et c'est le plus important !

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LUDO :


The MARS VOLTA
Frances The Mute (2005)
2ème album, encore plus inventif




MARILLION
Marbles (2004)
Trop beau, tout simplement

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   LUDO

 
   MARCO STIVELL
   SUNTORY TIME
   WALTERSMOKE

 
   (4 chroniques)



- Roger Waters (chant, basse)
- David Gilmour (chant, guitare)
- Richard Wright (synthés)
- Nick Mason (batterie)


1. In The Flesh?
2. The Thin Ice
3. Another Brick In The Wall (part 1)
4. The Happiest Days Of Our Lives
5. Another Brick In The Wall (part 2)
6. Mother
7. Goodbye Blue Sky
8. Empty Spaces
9. Young Lust
10. One Of My Turns
11. Don't Leave Me Now
12. Another Brick In The Wall (part 3)
13. Goodbye Cruel World

1. Hey You
2. Is There Anybody Out There?
3. Nobody Home
4. Vera
5. Bring The Boys Back Home
6. Comfortably Numb
7. The Show Must Go On
8. In The Flesh!
9. Run Like Hell
10. Waiting For The Worms
11. Stop
12. The Trial
13. Outside The Wall



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod