Recherche avancée       Liste groupes



      
TECHNO  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


2005 Ok Cowboy
2009 Flashmob
2012 Rave Age
2017 Voyager
2007 V Live
 

- Style : Aura Shred

VITALIC - Flashmob (2009)
Par CHIPSTOUILLE le 9 Mai 2013          Consultée 1025 fois

Ah les flash mobs ! Voilà un truc à la mode (est-ce seulement encore vrai en 2013 ?) sur lequel j’aurais pu prendre appui pour faire une introduction top moumoute avec une anecdote croustillante à la clé. Oui, mais non, parce que les flash mobs j’en ai rien à carrer, donc passons au disque.

VITALIC, avec son OK Cowboy avait su nous redonner un élan de fraîcheur avec sa techno inspirée. OK Cowboy, c’est un diabolo menthe, un truc d’après-midi d’été, un peu trop sucré certes, quelques aspérités pour le coté gazeux. La menthe vous l’aurez deviné, c'est pour le renouveau, pour l’impression de remise à zéro du compteur buccal, pour ce coté juvénile aussi. En bref un gros coup de cœur plein de nostalgie, une enfance retrouvée.

En comparaison, disons que Flashmob serait un sympathique cocktail alcoolisé, genre tequila sunrise. On y trouve des fruits, beaucoup de fruits sans qu’aucun ne sorte concrètement du lot. On y retrouve une certaine fraîcheur toujours, mais de l’alcool fort par derrière, un peu traître, qui fait honteusement plaisir lorsqu’il fait son effet. A plus forte dose, le retour de bâton peut s’avérer douloureux. Je vois d’ici quelques mâles me faire des yeux terribles et me jauger d’un air condescendant sur mes choix de métaphores à base de boissons dans lesquelles je ne cite ni vin, ni bière, ni rhum ou whisky. Désolé messieurs, je trouve les boissons sucrées et accessibles plus pertinentes pour VITALIC.

Et donc Flashmob. VITALIC remet le couvert, rien de concret ici à reprocher à Pascal Arbez-Nicolas. Sur un deuxième coup d’essai il s’en sort, une fois de plus, magistralement bien. La surprise n’est pas aussi forte qu’avec le précédent, on ne peut non plus lui reprocher la redite. Cela reste de la techno haut-de-gamme, je dirais même de la techno qui ne prend pas les gens pour des cons. Oui, car quand bien même j'apprécierai quelques disques du genre ci-et-là, il faut avouer que contrairement au métal ou au classique, le résultat est souvent accablant. La techno traîne derrière elle une très mauvaise réputation, je dirai qu’elle l’a dans bien des cas, plutôt bien cherchée.

Mais quand on fait « bonne pioche », on tombe sur VITALIC, et Flashmob ne contredit pas son prédécesseur. L’album se veut plus logique, il est plus « global » dans son style, et donc moins varié dans ses approches, tout du moins au premier abord. On y trouve cette même envie de bien faire, rien d’ultra-répétitif, toujours ce souci du détail et cette envie de faire décoller son auditoire, sans forcer, sans période d’apprentissage, sans demander d’effort particulier à fournir. La tessiture est toujours un mélange de « basse continue » élégamment saturée blindée de boom-boom-boom froids et cliniques mais ayant toujours une touche légèrement différente, morceau après morceau. Tout ça "pète" bien, c'est puissant, ce n'est que du plaisir. Au dessus de la masse de tenure assez classique pour le genre, des lignes mélodiques, des choses qui s’évadent par petites touches, parfois subtiles, parfois beaucoup moins. Oui, vous avez bien lu, « subtil ». VITALIC c’est de la techno qui ose la finesse, vous m'accorderez que c'est sans doute assez rare pour être souligné.

Le coup d’éclat de cet album restera sans conteste Second Lives, une ode au merveilleux, tel un geyser vous propulsant une bouffée de chaleur et des picotements dans le dos. A côté des geysers, il y a un défaut, le petit quelque chose un brin agaçant sur lequel il n’est pas évident de mettre le doigt. Pourtant après chaque écoute, le même constat, une légère insatisfaction. C’est l’alcool fort, le coup traître. Est-ce le vocodeur qui étouffe les chants ? Serait-ce la visite forcée en club de strip-tease que nous impose "Chicken Lady" (qui n’est pas sans rappeler My Friend Dario) parodie manifeste de titres techno plus classiques. Ici l’ambiance de boîte de nuit s’avère parfois étouffante, et c’est avec une certaine nostalgie que l’on pourra regretter d’OK Cowboy, le bain de soleil d’un après-midi d’été, couleur menthe à l’eau.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


AURA SHRED
Hellface (2015)
Ecoutez-moi! ecoutez-moi!




The CHEMICAL BROTHERS
Surrender (1999)
Here we go!

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. See The Sea (red)
2. Poison Lips
3. Flashmob
4. One Above One
5. Still
6. Terminateur Benelux
7. Second Lives
8. Alain Delon
9. See The Sea (blue)
10. Chicken Lady
11. Your Disco Song
12. Station Mir 2099
13. Chez Septime



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod