Recherche avancée       Liste groupes



      
ALBUM DE NOëL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Clannad

ENYA - And Winter Came... (2007)
Par MARCO STIVELL le 5 Juin 2013          Consultée 1106 fois

Après des années 90 légèrement désertées en matière de productions originales, ENYA semble connaître un certain regain d'inspiration depuis le début des années 2000. Même si peu de monde les place parmi ses meilleures productions, A Day Without Rain et Amarantine avaient permis aux fans de se sentir à nouveau proches de leur artiste chérie, pour ne pas dire sacrée (ENYA est devenue un véritable culte). Pouvait-elle nous proposer encore un disque pour couronner le tout et clôre la décennie ? Réponse dès 2006-07 avec une promesse d'album de Noël...

Eh oui, comme de nombreux autres artistes internationaux et surtout depuis le début du millénaire, ENYA succombe à l'envie de produire elle-même son recueil de chants de Noël. L'idée est évidemment de célébrer une période magique, bien que difficile. L'hiver n'est-il pas une saison typiquement poétique (comme toutes les autres mais à sa manière), durant laquelle on apprécie plus facilement ce que l'on peut avoir de rassurant, chaleureux ? L'album And Winter Came... va dans le même sens puisqu'il reste sans doute l'offrande la plus appréciable de l'artiste depuis plus de quinze ans.

Bien sûr la recette demeure totalement inchangée, ou presque. Roma et Nicky Ryan soutiennent toujours Eithne, preuve qu'on ne change pas une équipe qui gagne, surtout si vingt années après elle peut encore produire de belles choses. La poésie de Roma tourne autour de la magie de l'hiver, des formes blanches prennent automatiquement forme à la simple lecture de ces textes et, comme des anges, nous réchauffent que l'on soit triste à l'approche de Noël, que l'on soit dans un train sans espoir de retour, ou que l'on marche seul sur une route éclairée par la lune. On pourrait même facilement y croiser un pauvre soldat-jouet qui a cassé son tambour...

Musicalement, ENYA nous convie à un nouveau voyage dans sa musique toute personnelle, qu'on aurait bien tort de confiner à la new-age (l'artiste elle-même n'y tient pas vraiment !). Sur "And Winter Came..." qui est une nouvelle ouverture au piano, les nappes paraissent encore plus belles qu'auparavant et résonnent de manière très froide et fragile, propres à l'ambiance recherchée. "Trains and Winter Rains" que l'on avait pu écouter en avant-première, offre une courte intro sublime où les voix se perdent dans les nappes, avant de partir sur un arrangement mélodique remarquable, gamme mineure pour les couplets, majeure pour les refrains, sans oublier les "ta ta ta la" sympathiques du pont et l'effet distorsion du final. "The Spirit of Christmas Past", "Stars and Midnight Blue" ainsi que "Journey of the Angels" sont trois ballades éthérées en valse lente, où ENYA chante parfois en voix de tête et mettant en valeur des sonorités cristallines. Sur la troisième, "Journey of the Angels" qui sonne très "carol" (cantique britannique), on rencontre un détail, les "hmmmpaaa" vocaux qui nous renvoient au "I Want Tomorrow" de The Celts, l'album des débuts, et ce n'est pas le seul lien éventuel à ce sujet.

"White is in the Winter Night" rappelle "Anywhere is" en plus abouti encore, vraiment superbe grâce à sa mélodie lumineuse, ses percussions militaires et cloches. On retrouve ces dernières sur "One Toy Soldier", joliment ficelée avec son utilisation de la voix normale sur les couplets et doublée sur les refrains. Le côté enfantin y est traduit dès l'emploi de percussions "horlogères". "Dreams Are More Precious" et "Last Time By Moonlight" sont rapprochables par l'emploi d'une petite harpe, encore trop discrète toutefois. ENYA dans tout cela, emprunte à la tradition avec l'obligatoire (mais très élégant) "Silent Night" présent sous sa forme gaélique "Oiche Chiuin" et le tout aussi réussi "O Come, O Come, Emmanuel", profond et saupoudré de voix diaphanes.

Le grand changement vient sur le final de l'album, pour "My ! My ! Time Flies !". Dédiée au grand guitariste irlandais Jimmy Faulkner alors récemment décédé, il s'agit d'une pop-song légère, typiquement beatlesienne, toujours dans la veine ENYA bien sûr, mais qui n'a pu s'empêcher d'y rajouter un solo de guitare électrique bluesy et torride -par Pat Farrell que ENYA connaît depuis son temps passé avec Clannad, la boucle est bouclée-. C'est le deuxième lien nous ramenant à "I Want Tomorrow" du premier disque de la chanteuse, mais curieusement au sein des fans, la présente expérience divise passionnément. Il est vrai que ce titre tranche par rapport à ce que propose l'artiste d'habitude, mais on salue cette "innovation", à plus forte raison car les instruments hors synthés et voix étaient complètement absents des derniers albums. A quand un véritable opus pop-rock, ENYA ? Là c'est moi qu'on va lyncher...

Si ce disque ne se démarque pas particulièrement comme un chef-d'oeuvre, il est homogène (sauf pour la chanson que vous savez !) et le plus constant en qualité depuis Shepherd Moons.

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par MARCO STIVELL :


Happy RHODES
Ecto (1988)
Folk et chants de sorcière.




GANDALF
Gallery Of Dreams (1992)
Steve Hackett in da place !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Enya (chant, claviers, arrangements)
- Roma Ryan (paroles)
- Nicky Ryan (arrangements, production)
- + Pat Farrell (guitare électrique)


1. And Winter Came
2. Journey Of The Angels
3. White Is In The Winter Night
4. O Come, O Come, Emmanuel
5. Trains And Winter Rains
6. Dreams Are More Precious
7. Last Time By Moonlight
8. One Toy Soldier
9. Stars And Midnight Blue
10. The Spirit Of Christmas Past
11. My ! My ! Time Flies !
12. Oiche Chiuin (chorale)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod