Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Kraftwerk

ORGANISATION - Tone Float (1970)
Par WALTERSMOKE le 21 Juin 2013          Consultée 786 fois

Si je vous dis Düsseldorf, que me répondez-vous ? Kraftwerk, bien sûr ! La ville est pleinement indissociable du groupe, tant ce dernier s'est imposé comme une grande référence de la musique, et au niveau mondial, s'il vous plait. Cependant, les origines du groupe ont été bien vite oubliées. Déjà, les trois premiers albums sont assez durs à trouver de nos jours. C'est encore pire avec Tone Float. C'est quoi Tone Float ? Il s'agit du seul album sorti par le groupe ORGANISATION, dont ont fait partie Ralf Hütter et Florian Schneider – dois-je rappeler qui ils sont ? Sorti en 1970, soit quelques mois avant le premier Kraftwerk, il est de nos jours presque introuvable : il faut vraiment avoir de la chance pour trouver le vinyle d'époque. Le marché des bootlegs est également présent, mais avec une particularité sur laquelle je reviendrai plus tard. ORGANISATION, c'est donc un machin obscur, formé des deux futurs génies de la musique électronique et de trois musiciens oubliés de tous. Mais il l'a bien mérité, en fait.

Tone Float est un album assez étrange. Il s'agit d'un disque versant dans un certain rock expérimental et instrumental, mais il serait incongru de parler de krautrock, bien qu’il soit produit par le légendaire Conny Plank. L'accent est clairement mis sur les percussions, tous les membres en jouent d'ailleurs, sauf Hütter, qui se cantonne à l'orgue Hammond. Au niveau de la structure, Tone Float présente un morceau de 20 minutes en face A, et quatre titres plus courts sur la face B.
Le premier titre, « Tone Float », constitue donc le principal argument de l'album du même nom. Pendant plus de la moitié du morceau, des percussions en tout genre s'entremêlent. Le résultat est franchement décousu, on peut même de parler de groupe en roue libre. Heureusement, le ton change par la suite, avec la flûte orientalisante de Schneider et l'orgue jazzy de Hütter (oui, oui !) qui donnent plus de relief. Dommage que la basse de Butch Hauf soit couverte par les percussions. Dommage aussi que « Tone Float » s'arrête alors qu'il semblait parti pour développer des idées qui avaient commencé à germer.

La face B est constituée de plusieurs morceaux, et paraît donc plus diversifiée. Du point de vue des rythmes, il est intéressant de constater que le travail sur les percussions est plus satisfaisant que sur « Tone Float ». Il n'y a qu'à écouter « Rhythm Salad » pour s'en convaincre. Autant dire que les amateurs de soli de batterie ne seront clairement pas déçus. Le caractère monolithique rebute un peu cependant, tout au long des quatre minutes. En revanche, l'influence des percus africaines est assez agréable.
Comme autre morceau relativement intéressant, « Silver Forest » attire fortement l'attention. C'est le titre le plus proche de la mouvance krautrock, sans compter qu'il est fortement inspiré du Pink Floyd psychédélique des années 60. L'orgue de Hütter y est pour beaucoup dans l'ambiance établie ici.

Un petit mot maintenant sur le morceau « Vor dem Blauen Bock », présent sur les rééditions récentes – les bootlegs, quoi. Ce n'est pas un titre d'ORGANISATION, mais bel et bien du Kraftwerk. Il a été enregistré en 1971, alors que Hütter avait quitté pour un temps le groupe, et donc joué par Schneider accompagné de Michael Rother et Klaus Dinger, futurs membres de Neu!. Le morceau est fort intéressant, et préfigure même les travaux du duo Rother-Dinger. Après, pour le lien avec ORGANISATION... il n'y en a pas, c'est donc un bonus gratuit.

Tone Float n'est pas fondamentalement mauvais, mais manque d'attrait. Au niveau de la production, il n'y a pas de quoi se plaindre (Conny Plank was here), ce sont les morceaux en eux-mêmes qui sont trop décousus pour être bons. Heureusement, le potentiel de deux de ses membres n'a pas encore émergé, ce qui sera fait dès le premier Kraftwerk.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


BAD COMPANY
Bad Company (1974)
De la cendre à la lumière




CHRISTOPHE
Les Paradis Perdus (1973)
Et Christophe démarra son ascension


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Ralf Hütter (orgue hammond)
- Florian Schneider (flûte, percussions)
- Basil Hammoudi (percussions, voix)
- Butch Hauf (basse, percussions)
- Fred Mönicks (batterie, percussions)


1. Tone Float
2. Milk Rock
3. Silver Forest
4. Rhythm Salad
5. Noitasinagro



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod