Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Thin Lizzy, Ac/dc, Rainbow, Whitesnake
- Style + Membre : Ozzy Osbourne , Black Sabbath, Blue Öyster Cult
 

 Site Officiel (427)
 Tapio Keihänen's Dio Pages (270)

DIO - The Last In Line (1984)
Par RED ONE le 23 Juin 2013          Consultée 1566 fois

Ronnie James Dio et ses petits copains frondeurs avaient frappé fort en 1983. Pendant qu'Ozzy Osbourne cabotinait lourdement sur l'album Bark at the Moon en jouant au loup-garou de série B, histoire d'oublier ses problèmes de drogues, pendant que BLACK SABBATH se cherchait une nouvelle identité ambiguë en recrutant Ian Gillan, Dio nous sortait un chef-d'œuvre de heavy metal, Holy Diver. Le thrash metal avait beau commencer à émerger aux Etats Unis et la course à la violence commencer à battre son plein sur la scène metal, DIO n'en avait cure et réalisait là l'une des plus belles performances de la décennie, avec un disque émouvant, rempli de moments forts et de riffs ravageurs. Certes, on pouvait reprocher à ce premier opus signé DIO d'être encore empreint de sonorités old school piquées à RAINBOW et à BLACK SABBATH, mais ça n'avait pas beaucoup d'importance. La suite des aventures solo du lutin à la voix d'or n'allait d'ailleurs pas tarder à confirmer cette belle réussite artistique...

The Last in Line se veut évidemment la continuité logique de Holy Diver, mais pourtant le groupe DIO a déjà changé : la formation américaine s'est ainsi vue augmentée d'un claviériste permanent, Claude Schnell, dont le travail sur le nouvel album sera d'une certaine importance pour l'excellence de ce dernier. Ronnie est cependant toujours le seul maître à bord, il ne faut pas s'en cacher.

L'album commence fort, avec un « We Rock » qui est à la hauteur de ses ambitions : être un nouvel hymne parfait pour les fans de heavy metal, qui en demandent toujours au moins un à tout groupe qui se respecte. The Last in Line semble suivre le même schéma d'ouverture que l'album Holy Diver, puisque la chanson-titre n'arrive qu'en deuxième position dans la tracklist après un premier titre hargneux fait pour mettre tout le monde dans l'ambiance. « The Last in Line » va cependant plus loin que « Holy Diver » : « Holy Diver » était un titre encore très marqué par l'influence de l'album Heaven and Hell, mais " « The Last in Line » s'en éloigne sensiblement, avec des claviers très marqués et une partition quasiment progressive de bout en bout.

On s'enthousiasmera par ailleurs pour un « Evil Eyes » dont le riff d'introduction n'est pas sans évoquer THIN LIZZY, mais dont la suite est une continuation là encore logique de la période Mob Rules de BLACK SABBATH. « Mystery », titre mélodique aux claviers délicats, est une ballade quasiment FM qui fait mouche immédiatement. Le style RAINBOW n'est pas loin, mais l'identité DIO est bien là. « Eat Your Heart out » revient à un style plus proche de celui du Sabb', mais là encore on sent Vivian Campbell désireux de s'affirmer réellement au travers d'un son de guitare rugueux qui lui est propre. L'alchimie fonctionne, chaque morceau de l'album s'imposant comme une incontestable réussite d'écriture. L'album se clôt en beauté avec un « Egypt (The Chains Are on) » tout simplement magnifique, introduit par des claviers mystiques et un riff doom tout simplement énorme, dans la lignée de « Holy Diver ».

Plus encore que son glorieux prédécesseur, The LastiIn Line s'impose assez aisément comme étant LE chef-d'œuvre de Ronnie James Dio avec son groupe solo. Album d'une très grande finesse, d'une cohérence totale dans sa production et son écriture, The Last in Line est incontestablement l'un des plus grands albums de heavy metal de la décennie 1980, et s'impose même sans conteste comme l'un des meilleurs opus du genre.

Après un tel succès, on aurait pu craindre un certain essoufflement de la part d'un groupe en si grande forme créatrice. Mais heureusement, DIO réussira le pari insensé de sortir par la suite deux albums très réussis, le remarquable Sacred Heart (1985) puis l'époustouflant Dream Evil (1987), avant de finir bien évidemment par perdre légèrement son inspiration, de façon inévitable. Peu de groupes peuvent se targuer d'une telle réussite artistique sur quatre albums d'affilée. Le privilège des seigneurs ? Pas impossible...

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DIO
Holy Diver (1983)
Les débuts de la carrière "solo" de Ronnie J. Dio

(+ 1 kro-express)



BLACK SABBATH
Live Evil (1982)
Double live copieux mais controversé.


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Ronnie James Dio (chant)
- Vivian Campbell (guitare)
- Jimmy Bain (basse)
- Vinny Appice (batterie)
- Claude Schnell (claviers)


1. We Rock
2. The Last In Line
3. Breathless
4. I Speed At Night
5. One Night In The City
6. Evil Eyes
7. Mystery
8. Eat Your Heart Out
9. Egypt (the Chains Are On)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod