Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Thin Lizzy, Ac/dc, Rainbow, Whitesnake
- Style + Membre : Ozzy Osbourne , Black Sabbath, Blue Öyster Cult
 

 Site Officiel (442)
 Tapio Keihänen's Dio Pages (280)

DIO - Holy Diver (1983)
Par RED ONE le 3 Février 2013          Consultée 2098 fois

Depuis le début de sa carrière, entamée dans les années 1950 au sein d'un petit groupe de rockabilly (Ronnie Dio & The Red Caps), Ronnie James Dio ne s'est jamais arrêté, formant ou intégrant de multiples formations au fur et à mesure de ses rencontres dans le monde du show business : ce furent ainsi The ELVES puis ELF (de 1967 à 1975), RAINBOW (de 1975 à 1978) et enfin BLACK SABBATH (de 1979 à 1982). Ronnie James Dio quitte cependant BLACK SABBATH en claquant la porte durant l'année 1982, après s'être fâché avec Tony Iommi et Geezer Butler lors du mixage tumultueux de l'album Live Evil. Ronnie emporte toutefois dans ses bagages son petit protégé, le jeune batteur Vinny Appice, et nos deux bonshommes commencent alors à auditionner des musiciens afin de former un tout nouveau groupe, conçu dès l'origine pour être LE groupe de Ronnie James Dio.

Dio et Appice ont la bonne idée de rappeller Jimmy Bain, ancien bassiste de RAINBOW et ex-collègue de Ronnie lors de l'enregistrement du célèbre album Rising (1976). Mais pour le poste de guitariste, c'est une autre paire de manches. Plusieurs guitaristes sont ainsi auditionnés, parmi lesquels John Sykes (ex-TYGERS OF PAN TANG et futur membre de THIN LIZZY et de WHITESNAKE) et Jake E. Lee (futur guitariste d'Ozzy OSBOURNE). C'est finalement un jeune Irlandais, Vivian Campbell, alors tout juste connu pour sa participation au groupe SWEET SAVAGE, qui sera recruté. Le nom de la nouvelle formation ne sera pas très sorcier à trouver puisque Ronnie baptisera le groupe de son propre surnom de "Dio", qui signifie "Dieu" en italien - rappellons pour info que le véritable nom de Ronnie est Ronald James Padavona.

Toute cette histoire pose donc un petit problème : DIO, véritable groupe, ou simple backing band des albums solo de Ronnie ? Et bien, un peu des deux en fait ... Si Ronnie James Dio a toujours clamé haut et fort que le groupe DIO n'a jamais été un groupe "solo", force est d'admettre que les différents albums enregistrés par Ronnie avec les multiples incarnations de cette formation ressemblent quand même très fortement à des albums solo étant donné que Ronnie était le leader incontesté du groupe et qu'il y contrôlait tout de A à Z. Notons toutefois qu'aucun de ces albums n'a jamais été publié sous un autre nom que celui de "DIO" ...

Ce premier album de DIO, Holy Diver (le "Saint Plongeur" ...) est toutefois encore très marqué par les expériences de Ronnie auprès de Ritchie Blackmore et de Tony Iommi. Claviers épiques façon RAINBOW, sonorités lourdes à la limite du proto-doom façon BLACK SABBATH ... Mais la nouveauté sonore est heureusement là, car il ne faut pas oublier que nous sommes quand même déjà en 1983 ! Eh oui, d'ailleurs les noms de groupes que j'ai cité plus haut auraient du vous mettre la puce à l'oreille. Fondé en 1983, alors que l'impact de la New Wave Of British Heavy Metal est déjà en train de retomber (le thrash metal ne va pas tarder à pointer le bout de son nez), le groupe DIO condense à ses débuts l'héritage du hard rock des années 1970 et y mélange avec savoir-faire les meilleurs ingrédients du heavy metal britannique du début des années 1980.

Je parlais de nouveauté dans le son : "Stand Up And Shout" commence ainsi les hostilités de la plus brutale des façons. En effet, ce titre d'ouverture lorgne ouvertement vers le speed metal alors naissant et nous laisse entrevoir un Dio agressif et hargneux, auquel nous n'étions pas habitué sur les albums de BLACK SABBATH. "Holy Diver", titre mid tempo à rallonge, est pour sa part le titre le plus connu de l'album (logique), et se place dans la droite ligne d'un "Heaven And Hell" sorti trois ans plus tôt. Les tubes s'accumulent sur ce premier effort, tels que "Don't Talk To Strangers" ou bien encore "Rainbow In The Dark" (décidément, Ronnie et les arcs-en-ciel ...), et aucun titre n'est à jeter. Si l'on peut bien reprocher à quelques passages de certains titres d'être mous du genou (sur "Invisible", "Caught In The Middle" ou encore "Gypsy", notamment), chaque morceau recèle son lot de moments d'anthologie. La voix de Ronnie semble toutefois un poil plus consensuelle que sur ses deux précédents albums avec BLACK SABBATH, mais l'homme demeure grand malgré sa petite taille, et sa voix vole toujours haut, très haut dans la stratosphère ...

Soyons clairs : ce premier effort "solo" de Ronnie James Dio est une splendide réussite. Il s'agit de façon évidente d'un album-clé dans l'histoire du metal. Vivian Campbell, premier guitariste de l'ère "solo" de Dio, possède déjà suffisament de talent pour arriver à sortir des sillons de ses illustres ainés Blackmore et Iommi, et les riffs qu'il martèle sur les trois premiers albums de DIO sont devenus cultes. Globalement, ce premier album est donc inspiré et remarquablement enlevé. Toutefois, comme je l'ai dit plus haut, on peut quand même lui reprocher certains légers défauts : petit manque d'homogénéité par moments, petits passages légèrement kitschs ... Mais qu'importe, la cohérence de l'oeuvre est déjà solide ! Holy Diver, malgré des références tardives au son des années 1970, possède suffisament d'élements novateurs typiques des années 1980 pour s'inscrire comme une oeuvre dans l'ère du temps.

Holy Diver est donc, de façon incontestable, l'un des albums de heavy metal parmi les plus importants des années 1980. Il n'est toutefois pas forcément le meilleur de la discographie "solo" de Ronnie, puisque son successeur The Last In Line, sorti l'année suivante, sera encore meilleur.

Un classique du heavy metal. À mettre entre toutes les mains.

Note réelle : 4,75/5, arrondi à 5 tout rond, parce que quand même, c'est DIO.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DEEP PURPLE
Now What ?! (2013)
Maintenant quoi ? Un super album du Pourpre.




MOTÖRHEAD
We Are Motörhead (2000)
Je suis Snaggletooth et je suis la Mort.


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Ronnie James Dio (chant, claviers)
- Vivian Campbell (guitare)
- Jimmy Bain (basse, claviers)
- Vinny Appice (batterie)


1. Stand Up And Shout
2. Holy Diver
3. Gypsy
4. Caught In The Middle
5. Don't Talk To Strangers
6. Straight Through The Heart
7. Invisible
8. Rainbow In The Dark
9. Shame On The Night



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod