Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1983 Holy Diver
1984 The Last In Line
1985 Sacred Heart
1986 Intermission
1987 Dream Evil
1990 Lock Up The Wolves
1993 Strange Highways
1996 Angry Machines
1998 Dio's Inferno : The Last...
1999 Holy Dio - A Tribute To ...
2000 Magica
2002 Killing The Dragon
2003 Stand Up And Shout : The...
2004 Master Of The Moon
2006 Holy Diver – Live
2010 At Donington Uk: Live 19...
2011 Mightier Than The Sword
2014 This Is Your Life
2015 A Light In The Black
 

- Membre : Thin Lizzy, Ac/dc, Rainbow, Whitesnake
- Style + Membre : Ozzy Osbourne , Black Sabbath, Blue Öyster Cult
 

 Site Officiel (516)
 Tapio Keihänen's Dio Pages (339)

DIO - Dream Evil (1987)
Par RED ONE le 9 Septembre 2015          Consultée 1225 fois

Durant l'année 1985, le torchon brûle entre Ronnie James Dio et son guitariste Vivian Campbell. L'Irlandais quitte bien vite le navire et ne va pas tarder à rejoindre David Coverdale au sein d'une nouvelle version de WHITESNAKE. Alors que DIO doit partir en tournée pour promouvoir l'album Sacred Heart, Campbell est remplacé en urgence par Craig Goldy, transfuge du groupe GIUFFRIA. Afin que Goldy commence rapidement à faire ses preuves, Ronnie lui fait enregistrer un titre studio inédit, "Time To Burn", qui sera ajouté à l'EP live Intermission (1986). Bien évidemment, il s'agissait là d'un simple échauffement destiner à préparer la sortie du quatrième LP de DIO, Dream Evil, qui sort en 1987.

Alors que le thrash metal n'a pas encore définitivement conquis la scène anglo-saxonne, les vieilles gloires du heavy continuent de faire de la résistance en proposant des albums relativement classiques. DIO se positionne évidemment dans ce créneau, et Dream Evil ne présente que très peu de signes d'évolution par rapport aux trois albums précédents. Notons tout de même que DIO semble ici renoncer aux aspects légèrement hard FM qui contribuaient à la modernité du son de Sacred Heart. Et pour cause, Dream Evil est un album certes costaud, mais qui ne témoigne pas d'une réelle prise de risques. Le morceau "Dream Evil" présente ainsi d'évidentes réminiscences du son classique de RAINBOW, faisant d'ailleurs furieusement penser à un remake de "Man On The Silver Mountain". On devine que Ronnie James Dio cherche ici à satisfaire son public de fans en jouant la carte de la sécurité. On retrouve d'autres traces de l'esprit RAINBOW un peu plus loin sur "Overlove", où Craig Goldy copie de toute évidence le style de Ritchie Blackmore. Ce n'est là encore guère très original, mais ça passe, car il faut bien avouer que cette chanson est très réussie.

Fort heureusement, l'album demeure excellemment bien écrit, et malgré ce manque persistant d'originalité, DIO s'en sort haut la main. L'entrée en matière, "Night People", est ainsi l'un de ces titres de heavy catchy qui vous happent sans jamais vous lâcher, et vous transportent par delà les étoiles. Le DIO épique et speed des grands jours est de sortie sur la majestueuse "Sunset Superman", véritable joyau de heavy metal progressif made in Ronnie. Le refrain martial est réellement superbe, et le solo de Goldy vaut son pesant d'or. La majesté cosmique est également atteinte sur la splendide "All The Fools Sails Away", émouvante ballade à la tendresse renversante. Bien vite la chanson se mute en un titre puissant, martial, guerrier, aux intonations épiques époustouflantes. Le titre présente plusieurs facettes étonnantes, et DIO flirte ici avec le metal prog. C'est un riff mécanique et hypnotique qui nous accueille sur "Naked In The Rain". Le groupe n'a jamais été aussi éclatant qu'ici. DIO poursuit enfin dans un style heavy martial sur "I Could Have Been A Dreamer" et "Faces In The Window", avant de finir avec "When A Woman Cries" sur une note plus hard rock, très bluesy.

Bon, voilà voilà... Que dire de plus ? Pas grand chose, car il n'y a pas vraiment à tergiverser : ce quatrième LP estampillé DIO est un nouveau petit bijou de heavy metal clinquant, épique et majestueux, portant fièrement la marque du Lutin à la voix d'or. Alors certes, le groupe n'innove plus vraiment, et joue surtout la carte de la tradition en livrant à son public un album très conventionnel, auquel on pourrait éventuellement reprocher de manquer d'audace. Mais bon, devant autant de qualité et de savoir faire, on ne va quand même pas s'en plaindre, non ?
Dans tous les cas, Dream Evil marqua la véritable fin du line-up classique de DIO, qui se sépare en 1989. Une toute nouvelle formation verra alors le jour à l'aube de l'enregistrement du cinquième LP de 1990. Mais ceci est évidemment une autre histoire...

Dream Evil, un album de heavy metal finalement tout à fait exemplaire. Peut être un peu trop.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


BLACK SABBATH
Cross Purposes (1994)
La suite méconnue de Dehumanizer

(+ 1 kro-express)



JUDAS PRIEST
98 Live Meltdown (1998)
Tim Owens, bien plus convaincant en live !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Ronnie James Dio (chant)
- Craig Goldy (guitares)
- Jimmy Bain (basse)
- Vinny Appice (batterie)
- Claude Schnell (claviers)


1. Night People
2. Dream Evil
3. Sunset Superman
4. All The Fools Sailed Away
5. Naked In The Rain
6. Overlove
7. I Could Have Been A Dreamer
8. Faces In The Window
9. When A Woman Cries



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod