Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mercy
- Style + Membre : John Fogerty

CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL - Willy And The Poor Boys (1969)
Par MANIAC BLUES le 19 Juillet 2010          Consultée 3952 fois

Après Bayou Country et Green river, les Creedence closent de la plus belle des manières la folle décennie que sont les sixties avec Willy and the Poor Boys. Une fois de plus, le blues, la country et le rock'n’ roll sont à la fête. Pour puiser leur inspiration, ils ont eu la judicieuse idée, comme l'illustre la photographie du livret, d'aller fouler l'asphalte des quartiers noirs tel un jug band du début du siècle. Cette quête d'authenticité a porté ses fruits : ils ont en effet enregistré un album explorant à merveille les racines du rock.

John Fogerty compose comme à son habitude la majorité des titres du disque dont le fameux hymne « Fortunate Son », intégré à la bande originale de nombreux films à succès. « It ain't me, it ain't me, I ain't no fortunate one, no no no » ne cesse de rugir John Fogerty au cours de ce formidable morceau de bravoure interprété avec un esprit rock'n roll ravageur. Avec ce tube, John Fogerty aborde des thèmes qui font échos au contexte tendu de la guerre du Vietnam : il part en croisade contre les gens de bonnes familles, ces « fortunate son » comme David Eisenhower, qui bénéficiaient d'un traitement de faveur puisqu’ils n'allaient pas combattre au Vietnam tout en vantant le mérite de cette guerre. Les paroles contestataires de cette chanson permettent ainsi au groupe d'apporter son soutien aux américains plus modestes partis combattre en Asie. Seul titre véritablement rock'n roll de cet opus, « Fortunate Son » tranche étrangement avec le reste du disque qui ne fait pas preuve de la même fureur et du même engagement.

« Down The Corner » représente bien l'esprit général de cet album : le country-rock mâtiné de blues éclipse le psychédélisme qui fait toujours fureur à l'époque. Comme saisi du désir d'aller à l'essentiel, les Creedence montrent pour une grande partie de l'album un formidable sens de la concision, même si le groupe prouve une fois de plus son talent pour les morceaux fleuves avec « Effigy », magnifique conclusion lyrique et émouvante.

Le groupe s'essaie également avec justesse aux instrumentaux avec l’entraînant « Side O' The Road » et le traditionnel « Poorboy Shuffle » joué intégralement à l'harmonica par John Fogerty qui s'était déjà essayé avec succès à cet instrument sur Bayou Country. Revendiquant avec passion l'amour qu'ils portent à la musique noire traditionnelle, les deux uniques reprises du disque sont issues du répertoire du prestigieux bluesman d'avant-guerre Leadbelly. Ils revisitent et modernisent avec force « Cotton Fields » et le classique « The Midnight Special ».

Dans l'effervescence psychédélique de l'époque, les Creedence font partie des rares groupes de rock à rester aussi fidèle aux racines de la musique américaine, et leur amour profond pour cette musique se fait de plus en plus prononcé à chaque nouvel album.

A lire aussi en ROCK par MANIAC BLUES :


George HARRISON
All Things Must Pass (1970)
Merci George Harrison!




CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL
Creedence Clearwater Revival (1968)
La première perle d'un groupe de rock génial...


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- John Fogerty (chant, guitare solo)
- Tom Fogerty (guitare rythmique)
- Stu Cook (basse)
- Doug Clifford (batterie)


1. Down On The Corner
2. It Came Out Of The Sky
3. Cotton Fields
4. Poor Boy Shuffle
5. Feelin’ Blue
6. Fortunate Son
7. Don’t Look Now
8. The Midnight Special
9. Side O’ The Road
10. Effigy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod