Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (150)

Justin TIMBERLAKE - The 20/20 Experience (2013)
Par GLADIUS le 20 Avril 2013          Consultée 1785 fois

JUSTIN TIMBERLAKE, icône de la pop américaine, nous offre un nouvel album après 7 ans de pause pendant laquelle il a approfondi son métier d'acteur, en nous livrant d'excellentes prestations cinématiques sur des films tels que « The Social Network », ou encore « Sexe entre Amis ». Mais là, notre artiste revient bel et bien en tant que chanteur. Par le passé, ses albums « Justified » et « Future Sex/LoveSounds » ont eu une réception commerciale sans précédent, la promotion et le marketing étant un des grands points forts de Justin Timberlake.

Nouvel album oblige maintes et maintes heures de promotion, dans lesquelles Timberlake séduit par son côté beau gosse et naturel. Les ventes de « The 20/20 Experience » seront bien entendu influencées par le sourire accrocheur de notre artiste.
Timberlake se tare d'être entré en studio sans règles ni objectifs spéciaux, on va pouvoir apprécier tout au long de l'album la pertinance de cette présence d'esprit.

Le premier single à avoir vu le jour est « Suit & Tie », en duo avec notre ami rappeur JAY Z, valeur sure d'un point de vue commercial. Le morceau, produit à la perfection par TIMBALAND entre autres, nous permet de constater que le jeune chanteur pop n'a pas perdu sa voix, très claire, juste et envoûtante, sur ce titre du moins. Le couplet de JAY Z fait un poil office de remplissage, car même si le rappeur nous livre une prestation excellente, on a du mal à voir le rapport avec le reste du morceau, très pop. On a cependant une première image très encourageante pour la suite de l'album, qui, si il prend la direction de ce single, sera très certainement un des grands moments musical de l'année.
Le second single de cet album est « Mirrors ». Un titre aux sonorités très pop encore une fois, dès l'écoute des premières notes et de la voix de Timberlake, on sent le gros hit, de part sa mélodie envoûtante. Constat étonnant : la chanson dure plus de 8 minutes, chose bien rare dans le monde de la pop, si bien que dans le monde de Timberlake, qui nous avait habitués à des titres qui rentrent dans les conventions du genre. En outre, ce titre reste sympathique à écouter et on se laisse facilement bercer par la douce voix de notre chanteur. Un deuxième single choisi avec goût.

15 mars 2013, sortie officielle de l'album, on va enfin pouvoir juger de la qualité globale du nouveau skeud de Timberlake. Il est étonnant de voir que l'album est rempli par seulement dix titres, pour plus de 70 minutes de musique, ce qui annonce des morceaux longs. Un projet ambitieux dans le monde de la pop, mais risqué.
Introduit par « Pusher Love Girl » et ses mélodies entraînantes, coupées net pour un riff funky, sur lequel Timberlake pose parfaitement et sa voix est mise en valeur par une production excellente. Un bon premier titre qui sait nous tenir en haleine jusqu'au bout grâce à la magnifique association d'une mélodie funky et de la voix de Timberlake. « Don't Hold the Wall », introduit par Timbaland, possède un refrain intéressant sur lequel Justin exploite les possibilités de sa voix, mais le titre en soit est trop long, et n'arrive pas à nous tenir en haleine comme l'aura fait un « Mirrors », notamment à cause de ses nombreux ponts qui ne retiennent pas l'attention. On passe donc rapidement à la suite, « Strawberry Bubblegum », un titre où la mélodie est tournée vers des basses et la voix de Timberlake, on entend au début une voix grave qui n'a pas sa place dans le morceau. Encore une fois l'artiste veut trop faire, et on se perd dans la longueur du morceau, même si les sonorités en général sont intéressantes. On passe donc à « Tunnel Vision », un des 3 seuls titres qui fait moins de 7 minutes (!!!), sur lequel Timberlake monte sa voix, et même si le refrain est plutôt quelconque, le couplet demeure intéressant, notamment grâce à la prestation de notre chanteur. La fin du morceau est grandiose, avec une instru qui monte en puissance pour exploser.

Débutant la deuxième moitié de l'album, « Spaceship Coupe » et son instru où résonnent les basses d'une façon presque exagérée, accompagné par quelques notes de piano, ne retient pas forcément l'attention, la mélodie constamment recherchée dans les morceaux pop n'est pas ou peu présente ici, ce qui forcera logiquement l'auditeur à passer au titre suivant. Et l'auditeur a bien fait, « That Girl » est probablement un des titres les plus originaux et les plus réussis de cet album. La mélodie, se résumant à un simple riff de guitare funky et non toutes les basses prépondérantes qu'on a pu entendre sur certains titre, accompagne à merveille la voix de Justin Timberlake, qui nous raconte son amour pour cette fille ! « Didn't have to run, I knew it was love from a mile away
But I had to catch you, running through my mind all day baby ».
Morceau suivant, « Let The Groove Get In » est une réussite, sa mélodie très rythmée par des percussions sur laquelle Timberlake répète cette même phrase « Are you confortable, right there right there, Let the groove get in, feel it right there » avec un sens du rythme impressionnant, qui nous forcera nous aussi a scander cette phrase au bout de 2-3 écoutes.
« Blue Ocean Floor » est le morceau qui clôture ce « The 20/20 Experience ». Justin Timbrelake pratique içi un chant qui me rappelle certaines ambiances du groupe ANATHEMA. Le morceau n'est pas pop, Timberlake est simplement accompagné d'une douce mélodie envoûtante, et bien qu'il soit l'ovni de l'album, ce titre reste une bonne découverte d'un autre univers qu'est capable de nous faire découvrir le chanteur.

Difficile de résumer simplement ce « The 20/20 Experience », très inégal. D'un côté, Justin Timberlake nous propose des bonnes instrus et interprétations pop comme il a su le faire tout au long de sa carrière musicale (« Mirrors », « Pusher Love Girl »), d'un autre côté il nous livre des ovni qui plaisent par l'originalité (« That Girl », « Blue Ocean Floor »). Quant au reste de l'album, on a l'impression que Timberlake a voulu meubler son album pour faire de la musique longue voir progressive, on retrouve donc dans des morceaux des passages qui n'ont pas leur place. Timberlake a voulu trop faire, en essayant de prendre la direction de l'intelligence et la finesse qu'est le prog, malheureusement pas tellement en accord avec la musique commerciale-radio qu'est la pop.

A lire aussi en POP par GLADIUS :


Taylor SWIFT
1989 (2014)
Grand cru pop de 2014 !




BEYONCé
4 (2011)
La magnifique Beyoncé s'en sort ici à merveille!


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Justin Timberlake (chant, producteur exécutif, guitare, mixage, produ)
- Timbaland (producteur)
- Mark Cargill (violon)
- Jerome 'j-roc' Harmon (claviers, producteur)
- Elliott Ives (guitare, claviers)
- Terry Santiel (percussions)
- The Benjamin Wright Orchestra (cordes)
- Jay Z (chant)


1. Pusher Love Girl
2. Suit & Tie (feat Jay Z)
3. Don't Hold The Wall
4. Strawberry Bubblegum
5. Tunnel Vision
6. Spaceship Coupe
7. That Girl
8. Let The Groove Get In
9. Mirrors
10. Blue Ocean Floor



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod