Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

Questions / Réponses (2 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Föllakzoid, Agitation Free
- Membre : Wallenstein, Manuel Göttsching , Tangerine Dream, Klaus Schulze , Ashra
- Style + Membre : Ash Ra Tempel, Sergius Golowin , Walter Wegmüller

The COSMIC JOKERS - The Cosmic Jokers (1974)
Par JOVIAL le 5 Mai 2013          Consultée 1988 fois

THE COSMIC JOKERS, c'est avant tout l'histoire d'un gros pétage de câble. En 1973, Rolf-Ulrich Kaiser vient en effet de quitter le monde du réel pour se réfugier dans celui de la poudre blanche, des hallus en Technicolor et des classes de découverte en compagnie du professeur Leary, qui deviendra bientôt son maître à penser, son guide suprême, son Kim Il-sung, son Grand Timonier. Dès lors, Kaiser, toujours directeur du fameux label Ohr, ne jure plus que par la drogue, et se déclare désormais « messager cosmique » en mission sur Terre pour répandre la « musique de la joie », celle bien sûr de ces petits protégés d'Ash Ra Tempel, Guru Guru et autres Popol Vuh. Son projet spirituel ? Rassembler ses meilleurs disciples, les enfermer dans un studio d'enregistrements avec une bonne dose d'acide dans les veines, confier la barre à Dieter Dierks et admirer le résultat. C'est ainsi que le premier rituel de la secte des Cosmic Jokers a lieu, à l'aube de l'année 1974, en compagnie des divins Klaus Schulze et Manuel Göttsching, rejoints par deux autres compères, Harald Großkopf et Jurgen Dollase, coupables d'incantations des plus louches au sein du groupe Wallenstein. L'enregistrement de cette légendaire première session est rapidement gravé sur sillon, sortant par ailleurs en cette même sainte année 1974, Rolf-Ulrich Kaiser ne voulant absolument pas perdre de temps, pensez-vous, il faut bien que le monde connaisse au plus vite et enfin la Vérité ...

…Je rigole je rigole bien, mais je dois vous avouer moins faire le malin en écoutant ce disque. Vous cherchez du planant, du vrai, du true ? N'allez pas plus loin, The Cosmic Jokers est fait pour vous. Durant quarante minutes, le quatuor teuton nous propose une musique céleste, un voyage aux confins de l'espace, une frontière si lointaine que l'esprit de l'auditeur n'a plus d'autre choix que de se laisser emporter par ses rêveries, dans un demi-sommeil trippant et prodigieux dont seul le soubresault de sa platine osera fourbement le tirer. La filiation avec Ash Ra Tempel est des plus évidentes, notamment avec le premier album éponyme dont le schéma est repris à l'identique : une première piste plus intense, sur laquelle guitare et batterie relèguent les plages électroniques au deuxième plan, et une seconde piste plus paisible, presque sans bruit, où seul l'orage d'une basse grondante et les échos de percussions étouffées par une brume invisible auront l'impudence de troubler notre voyage stellaire.

Si « Galactic Joke » suit un modèle assez classique de montée en puissance par vague finissant par se perdre entre les éclats acides du clavier de Schulze et la charge rythmique de Großkopf, « Cosmic Joy » se risque au contraire sur des espaces plus immersifs, presque troublants, cas extrême d'un space rock n'ayant justement plus rien de rock. Cette musique devient une vibration, un élan électronique continu, une entité sonore absolument inconnue, comme seuls les quelques rares chef d'oeuvres de la frange la plus planante du krautrock ont su le faire. Un tel album peut justement déjà se percevoir comme un aboutissement de la Kosmische M Stusik, à la manière des meilleurs Can ou Faust, qui tous sont parvenus à créer un métal qui n'a plus rien à voir avec l'alliage d'origine, une forge allemande où toutes les influences ont été fondues dans des moules inédits et totalement inhabituels, donnant naissance à des créations aussi géniales qu'anormales.

Doit-on pour autant donner la note maximale à ce premier effort de nos jokers de l'espace ? Certainement pas. Aussi incroyable qu'il puisse être, un tel disque arrive après la bataille, et il est certain qu'il n'ira jamais aussi loin en matière d'audace, de force et de réussite que ce fameux premier album d'Ash Ra Tempel, voire le second, Schwingungen, dans une moindre mesure, avec qui il ne peut que logiquement être comparé. The Cosmic Jokers demeure toutefois une des plus grandes œuvres de la musique planante allemande, un classique qui, encore une fois, serait dommage d'oublier.

4,5/5

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par JOVIAL :


CAMERA
Remember I Was Carbon Dioxide (2014)
Trip onirique et spatial




GURU GURU
Ufo (1970)
Les Guru Guru, tribu de l'Espace LSD.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Klaus Schulze (claviers/électronique)
- Manuel Göttschinh (guitares)
- Harald Großkopf (batterie)
- Jurgen Dollase (basse)
- Dieter Dierks (arrangemments)


1. Galactic Joke
2. Cosmic Joy



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod