Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2012 Rover
2015 Let It Glow
 

- Style : David Bowie

ROVER - Rover (2012)
Par CHIPSTOUILLE le 18 Mai 2013          Consultée 1869 fois

Si je voulais me la péter, je vous ferais une liste longue comme le bras des influences de ROVER. Tiens d’ailleurs, je ne vois pas pourquoi je ferais dans l’originalité : David BOWIE, MUSE, SUPERTRAMP, RADIOHEAD, INTERPOL, BLACK KEYS, les BEATLES, les BEACH BOYS, j’en ai même entendu certains évoquer Johnny HALLYDAY, on aura tout entendu. Je n’en connais pas la moitié et, comme tout le monde y va de sa petite référence, je vais même ajouter la mienne : BLACK SABBATH. En effet, sur "Full of grace", entre les arpèges macabres et les intonations à la Ozzy Osbourne, on s’y croirait. Rajoutez la photo du livret ambiance Blair Witch bien dans le ton de l’album éponyme des black hippies (1), et hop en deux temps, je vous ai prouvé que je suis digne d’aller rédiger des chroniques de Télérama ou des Inrockuptibles, moi aussi.

Sauf que je n’ai pas envie, moi, d’aller écrire dans les journaux élitistes. Et on s’en fout, au bout d’un moment, des influences. ROVER, c’est d’abord un tube, une tuerie, "Aqualast", point. Au chapitre nous avons guitare aussi claire que lugubre, chant plaintif sur les couplets et envolées sur un refrain d’enfer avec montées et descentes dans la voix. D’entrée d’album, Timothée Regnier met les choses au point. ROVER est introspectif, mélancolique, parle de solitude ("Wedding bells"), de rejet, de mal-être, nous touche au plus profond de notre être, réussi dès la première note là ou tant d’autres ont échoué. La vedette, c’est le chant, une prouesse, on passe ici du plus aigu au plus grave en un instant. Libérateur, ROVER a osé.

Le problème se pose dès "Remember". Oui, dès le second titre, on n’entend plus que David BOWIE. Comme le dit l’adage, il n’y a pas de fumée sans feu. Il y a une raison pour laquelle la moindre personne avec un soupçon de culture musicale n’adhère pas totalement à ce premier album. Ce n’est pas une mauvaise chanson, loin de là, c’est juste qu’ "Aqualast" plaçait la barre bien plus haut. Sans être une faute impardonnable, vous redescendez sur terre alors que vous étiez l’instant d’avant dans la stratosphère. L’habitué des albums qui se ressemblent met dès lors son détecteur à influences trop prononcées en marche, et tire à vue. Mais ROVER envoie du bois, du bon. Le reste de l’album est de très haute tenue, panoplie de styles de chant, spleen à la clé, on « sillonne » des landes (2) musicales, en intimité avec l’homme à tout faire. On aurait aimé que RADIOHEAD réussisse aussi bien son premier album.

Mais est-ce un premier album ? Pas tout à fait. Le Français revient en réalité du Liban, d’où il s’est fait expulser pour un oubli de renouvellement de Visa. Je suis fier de partager avec ce monsieur une grande passion pour la paperasse administrative. C’est donc du jour au lendemain qu’il a du quitter The NEW GOVERNMENT, son ancienne formation punk où il tenait le rôle de guitariste, qui n’a pu laisser ici que des séquelles. Le ton n’est plus à la contestation mais de toute évidence aux regrets. C’est donc (presque) seul, avec sa bite « et son sabre » (citation dans le texte) dans la maison de ses parents dans les côtes d’Armor, réaménagée en studio d’enregistrement à l’occasion, que l’homme a engendré d’un album marquant.

Franche réussite, ROVER, aussi bien l’album que le « groupe » a tous les arguments qu’il faut pour séduire. Nommé aux victoires de la musique en 2013 pour un titre qu’il n’a pas décroché, je ne sais personnellement pas qui a gagné. Ce dont je me souviendrais c’est que, bien plus qu’ANAIS en 2006, il ne ressort pas que du mauvais de cette épreuve. On se contentera de dire que Timothée Regnier bénéficie peu à peu du bouche-à-oreille. Ce n’est pas grâce à son physique, encore moins à ses relations, si ROVER fait parler de lui, c’est uniquement grâce à la qualité de ses compositions et de leur interprétation. Début prometteur d’un véritable talent de la musique, on attend beaucoup d’une suite que l’on espère au moins aussi inspirée. ROVER en a dans le bide, il y a ici un fort potentiel qui ne demande qu’à exploser.

(1) Aucun rapport avec les BLACK EYED PEAS, toi aussi joue à placer n’importe quel nom de groupe dans un avis sur ROVER. Le premier qui trouve un rapport avec HUUN HUUR TU gagne un caramel mou !
(2) Landes…ROVER… Désolé.

A lire aussi en ROCK par CHIPSTOUILLE :


FOO FIGHTERS
Saint Cecilia Ep (2015)
De l'impossibilité de trouver les mots justes




ARMENS
Six Différents (1998)
Rock français sauce accordéon et violon


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



- Timothée Regnier (chant, guitare, claviers, batterie)


1. Aqualast
2. Remember
3. Tonight
4. Queen Of The Fools
5. Wedding Bells
6. Lou
7. Silver
8. Champagne
9. Carry On
10. Late Night Love
11. Full Of Grace



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod