Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Mos Def, 2pac, Jay-z, The Notorious B.i.g.
- Membre : Nas & Damian Marley
 

 Site Officiel (329)
 Chaine Youtube (144)

NAS - Street's Disciple (2004)
Par GLADIUS le 2 Septembre 2013          Consultée 1079 fois

Nas a jusqu'içi eu des hauts comme des bas dans sa carrière, outre les deux albums de l'année 1999 qui n'étaient définitivement pas un bon crû pour le rappeur, il a réussi a nous faire vibrer en partant d'un Illmatic pour arriver jusqu'au très bon God's Son.
2004, les critiques pour son dernier album sont dans l'ensemble positives, grâce à des chansons comme « I Can » mondialement connues aujourd'hui. Dès le début de l'année, le rappeur décide de sortir une version « anniversary » de son excellent Illmatic avec quelques titres bonus. Histoire de renflouer un peu les caisses. La même année il sort Street's Disciple, double album dôté de 26 titres aux nombreuses qualités, si bien que le rappeur n'hésite pas a taper grand en proposant une pochette pouvant rappeler la célèbre peinture « La Cène ».

Le New Yorkais s'entoure de quelques rappeurs de qualité, mais ce qui retient l'attention, c'est sa collaboration avec son padre Olu DARA. Après une très bonne réception du titre « Dance » sur son précédent album, le rappeur a décidé de renouveler l'expérience sur deux titres. En premier lieu un « Street's Disciple » dans lequel son père va intervenir pendant le refrain, et dans un second temps sur l'excellent « Bridging The Cap », morceau très country qui convient parfaitement à nos deux protagonistes. Original et rentre dedans, il fait partie des meilleures pistes de l'album.
Et puisque la famille compte beaucoup chez Nas, on a aussi le droit à l'intervention de sa femme KELIS sur deux titres, « Nazareth Savage » étant plutôt moyen malgré un instru de qualité, et un « American Way » bien plus accrocheur dans lequel le rappeur critique le système politique de son pays. Et comme si ça ne suffisait pas pour prouver son amour, Nas va écrire le morceau « Getting Married » en dédicace à sa jeune femme. Le rappeur va aussi composer pour sa fille « Me&You (dedicated to Destiny) » au titre assez éloquent, qui est au passage un bon morceau aux paroles touchantes.
Et on ne peut absolument pas faire l'impasse sur l'intervention de QUAN, qui va créer « Just A Moment », un des meilleurs morceaux ayant été écrit par Nas, dans lequel les deux rappeurs vont rappeler qu'il est important de profiter de la vie tout en parlant des défunts qu'ils n'oublient pas. Et tout ça sur une instru démentielle, ça créé ce qui va devenir un des chef d'oeuvres de la discographie du rappeur de QueensBridge. « Bounce Suicide » en duo avec Busta RHYMES est plutôt quelconque, du à une prestation moyenne de ce dernier.

Outre de nombreux duos de qualité, on peut noter l'excellent « Thief's Theme » à l'instru lente menée par une basse et la voix d'un Nas excellent encore une fois, mais aussi « War » sur lequel Keon Bryce vient poser sa mélodie durant le refrain. Il est impossible de ne pas parler de l'excellent « U.B.R » qui raconte l'histoire de la vie du rappeur Rakim. Le beatbox sur « Virgin » est original et de qualité, cette technique complexe est utilisée à merveille dans ce morceau.

Vous l'aurez compris, ce Street's Disciple est encore une fois un très bon album, mais il faut être habitués, de la part de Nas. En plus de contenir des chefs d'oeuvres qui resteront des éléments phares de la discographie du monsieur (« Thief's Theme », « Bridging The Cap », « Just A moment »), le titre de l'album va valoir un nouveau surnom pour Nas, preuve qu'il a su convaincre le public avec des textes de qualité. Et puisqu'écouter l'album et ses 26 chansons dans son intégralité est un exercice difficile, la séparation en deux Cds est au final bien venue et permet un repos à l'auditeur.
Cet album s'incrit dans la lignée des challenges réussis pour Nas, qui ne s'est finalement permis que 2 faux pas jusqu'içi. Le rappeur continue de plaire grace à ses mélodies et ses textes poignants, et aucun doute que cette tendance ne pourra pas s'essoufler, tant l'artiste a de l'imagination et des choses à raconter.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


Kery JAMES
Réel (2009)
Pooop, pooop, c'est l'retour du rap français !




WU-TANG CLAN
Enter The Wu-tang (36 Chambers) (1993)
Spécial boîte à demandes !


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Nas (chant, prod exécutif)
- Chucky Thompson (producteur)
- Mike Brinkley (producteur)
- Q-tip (producteur)
- L.e.s (producteur, instruments)
- Salaam Remi (producteur, basse, batterie, cordes)


1. Intro
2. A Message To The Feds, Sincerely, We The People
3. Nazareth Savage (feat Kelis)
4. American Way (feat Kelis)
5. These Are Our Heroes
6. Disciple
7. Sekou Story (feat Scarlett)
8. Live Now (feat Scarlett)
9. Rest Of My Life
10. Just A Moment (feat Quan)
11. Reason (feat Emily)
12. You Know My Style

1. Suicide Bounce (feat Busta Rhymes)
2. Street's Disciple (feat Olu Dara)
3. U.b.r. (unauthorized Biography Of Rakim)
4. Virgo (feat Ludacris & Doug E Fresh)
5. Remember The Times (intro)
6. Remember The Times
7. The Makings Of A Perfect Bitch
8. Getting Married
9. No One Else In The Room (feat Maxwell)
10. Bridging The Gap (feat Olu Dara)
11. War (feat Keon Bryce)
12. Me & You (dedicated To Destiny)
13. Thief's Theme
14. Thief's Theme (remix) (feat Rising Son)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod