Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jean-jacques Goldman

GREGOIRE - Les Roses De Mon Silence (2013)
Par GEGERS le 15 Octobre 2013          Consultée 1734 fois

GREGOIRE a fait un excellent choix que celui de l'évolution, de la remise en question. Après un deuxième album, Le Même Soleil, copie carbone un peu fade de Toi + Moi, l'un des albums les plus vendus ces dix dernières années, il était nécessaire, vital même, que le premier promu du label participatif MyMajorCompany plonge dans le grand bassin et ose triturer, repenser sa musique pour la faire évoluer. Surtout ne pas stagner.

En ce sens, Les Roses de Mon Silence est un pari remporté haut la main. Sur ce troisième album, GREGOIRE a semble-t-il eu à coeur de déconstruire sa musique pour chambouler l'ordre des mots, repenser l'agencement des mélodies, et donner un coup de balai salvateur pour évacuer le superflu. L'album est surprenant. Loin minutage pop-folk formaté, il propose 17 titres d'une durée très courte, peu dépassant les 3 minutes de musique. Il se dégage de cet opus une ambiance chaleureuse et intimiste, apportée par la délicatesse musicale de l'album et aussi, surtout, par le mix très en avant de la voix du chanteur, qui génère une immédiate proximité avec l'auditeur. La voix de GREGOIRE joue par ailleurs un immense rôle dans la discrète métamorphose de l'artiste : entre chuchotements et envolées puissantes, l'artiste utilise (enfin) la totalité de ses capacités vocales, et parvient à convaincre très aisément. Ceux qui étaient déjà allergiques au ton plaintif, parfois chevrotant, de la voix de l'artiste en seront pour leurs frais, les autres seront aux anges.

S'ils sont courts, les titres ne sont pas pour autant dépourvus de structure interne et de progression. Sans révolutionner la chanson française, GREGOIRE propose des titres orientés piano qui accordent une place importante à la mélodie immédiate et parviennent à susciter des émotions à rapprocher du bien-être et de la mélancolie. Les morceaux, s'ils sont concis, disposent néanmoins souvent d'une progression interne, apportée par l'addition tour à tour de chaque instrument, et l'implication grandissante de la voix du chanteur. On fond ainsi, littéralement, à l'écoute de "Viens avec moi", qui débute comme une tendre ballade guitare / voix avant qu'un piano, suivi d'une flûte irlandaise et d'une cornemuse, vienne se faire porteur d'une intensité musicale dans laquelle on aime à se perdre et voyager. Que la platitude du Même Soleil est bien loin !

Des 17 morceaux de l'album, bon nombre fonctionnent ainsi à merveille. Ceux qui dégagent le plus d’énergie, d'urgence, sont également ceux qui s'imposent d'eux-mêmes comme de grands morceaux : "Réveille", son piano frénétique et ses choeurs imposants ou encore "Coup du sort" nous montrent un nouveau visage, fort séduisant, de l'artiste. Le tempo plus mesuré de "En souvenir de nous", "Dis-moi" ou "Je reviendrai te chercher" constituent également d'excellents moments, et l'on ne peut que regretter que ceux-ci ne s'étirent pas plus, même légèrement, en longueur.

Le principal écueil de cet album, malheureusement, reste donc les textes. Si GREGOIRE a voulu se faire plus poétique, que ce soit via le titre de l'album, ou cette citation de Racine sur "C'est pas l'enfer", le bonhomme reste abonné aux "petits" textes sur l'amour et ses à-côtés. Certains fonctionnent ("Viens avec moi", "Variations"), d'autres prennent rapidement des airs de rédaction de sixième, avec leur traitement naïf et leurs rimes hasardeuses ("Capricieuse" et "La plus belle maman" qui, pas de bol, sont placées à la suite). Sans que cela nuise à la qualité globale de l'album, on aurait aimé que des mélodies de cet acabit aient droit à des textes un peu plus recherchés, ou tout du moins axés sur d'autres thèmes que le "simple" amour.

Les Roses de Mon Silence constitue néanmoins un pari réussi pour GREGOIRE, qui innove tout en conservant les codes mélodiques et vocaux qui ont fait son succès. Un transition en douceur, qui laisse un petit goût d'inachevé, qui sera espérons-le comblé par un futur album plus aventureux et jusqu'au-boutiste. En attendant, voici une sympathique surprise qui permet à GREGOIRE de casser son étiquette de sous-Goldman.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


CALI
L'âge D'or (2015)
De violence et de tendresse.




Maxime LE FORESTIER
Mon Frère (1972)
Entre brassens et dylan...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- Gregoire (chant, piano, synthétiseurs, guitare)
- Matthieu Rabaté (batterie, percussions)
- Franck Authié (contrebasse, basse, guitare, mandoline)
- Cyril Taieb (piano)
- Marc Berthoumieux (accordéon)
- Bruno Le Rouzic (flûte irlandaise, cornemuse)
- Karen Brunon (violon)
- Miwa Rosso (violoncelle)


1. Les Roses De Mon Silence
2. C'est Pas L'enfer
3. Réveille
4. Si Tu Me Voyais
5. Viens Avec Moi
6. En Souvenir De Nous
7. Elle Est
8. Capricieuse
9. La Plus Belle Maman
10. Dis-moi
11. Coup Du Sort
12. Variations
13. Je Reviendrai Te Chercher
14. Lève-toi
15. Tu Ne Me Manques Pas
16. L'enfance
17. Si Parfois



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod