Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1997 Entropia
1998 One Hour By The Concr...
2000 The Perfect Element
2002 Remedy Lane
2004 12:5
  Be
2007 Scarsick

PAIN OF SALVATION - Road Salt Two (2011)
Par GLADIUS le 9 Février 2014          Consultée 1482 fois

Un an après avoir sorti le magnifique, le sublime, le modèle parfait qu'était Road Salt One, Pain Of Salvation revient dans les bacs avec la suite qu'ils avaient promis. Étant le 8ème album du groupe, les Suédois n'en sont plus à leur période d'essai, la formation menée solidement par un Daniel Gildenlöw doté d'une intelligence frisant le génie n'en finit plus de s'épanouir dans ce genre qui leur sied parfaitement : le métal progressif.

Road Salt Two est logiquement appelé Ebony, en référence à la pochette de l'album, cette fois ci d'un marron très sombre, cependant toujours avec le même dégradé fort bien foutu qui montre le visage des musiciens. Pochette bien jolie qui reste dans le thème du premier album.

Les violons perçants de l'introduction « Road Salt Theme » nous entraînent dans une ambiance qui reflète à la perfection ce que va nous proposer l'album. Quand les notes grasses de la guitare sonnent avec « Softly She Cries », on sent que cet album va être plus sombre, moins enjoué que son prédécesseur à la pochette blanche. Et quel titre. Tout y est, la voix parfaite de notre Daniel, la guitare dosée à la perfection et le thème « Road Salt » qui revient pour le plaisir de nos oreilles.
On a la confirmation que cet album est définitivement rock à l'écoute de « Conditionned », morceau étudié pour en faire un condensé d'énergie. On peut aussi noter « Eleven » dans le même genre, avec un solo qui prouve que Gildenlöw a un potentiel technique à la guitare assez affolant, il sait faire passer le feeling dans ses compositions.

Quelques thèmes sont repris de l'album précédent. On note tout d'abord « Of Salt », reprise qui frise l'excellence de « Of Dust » (qui frisait déjà l'excellence, soit dit en passant). Cette fois ci les instruments à vent sont de mise, pour un rendu tout bonnement parfait. Pas d'autre mot. On reconnaît aussi les traces de « Sleeping Under the Stars », ovni de la partie une, sur « Break Darling Break », tout aussi dérangé, au rythme affolé et sans structure, mais tellement intéressante à écouter – un pur moment de folie.

Enfin on a le droit à une panoplie assez conséquente de morceaux épiques. On relève tout d'abord « Healing Now », qui rien qu'avec son intro exécutée à la perfection, donne une idée de la puissance du morceau. « To The Shoreline » est lui fantastique, Gildenlöw nous emmène dans une ambiance encore jamais vue chez Pain Of Salvation, où tout y est : l'introduction entraînante, le break à chialer, le refrain épique et nostalgique. Du luxe. Impossible de faire l'impasse sur « The Deeper Cut », l'un des titres les plus réussi de cet album, à la construction magnifique (jugez par vous même avec cette fin fabuleuse sur des « Into the Wild »...).

Dans les titres un poil décevant, on trouve « Mortar Grind », peu convainquant, et « Through The Distance », qui se veut épique mais qui rate un peu l'effet. Fort heureusement on peut facilement trouver des morceaux qui remontent le niveau : l'emblématique « 1979 » qui perce dans la nostalgie, et le grandiose « The Physics of Gridlock » où Gildenlöw va même jusqu'à chanter en Français (youhouuu) sur les 3 dernières minutes. Un vrai talent.

Et tout ça qui se termine en beauté sur un « End Credits » majestueux. Que dire de cette épopée Road Salt, sinon que c'est un condensé de ce que l'on peut trouver de mieux dans le métal de notre décennie. Intelligence, réflexion, construction sont les mots d'ordre. Ah oui, et musicalité. Voilà ce qui fait Pain Of Salvation. Un groupe parfait en tous points. Ce Road Salt Two se place un poil en dessous de son grand frère, il récolte un énorme 4,5/5 abaissé à 4/5 pour punir (oui, c'est méchant) les deux titres passables de l'album. Pour le reste, c'est que de l'excellent. Donc jetez vous sur ce projet Road Salt au plus vite, qui est franchement merveilleux.

A lire aussi en HARD ROCK par GLADIUS :


PAIN OF SALVATION
Road Salt One (2010)
Condensé de talent orgasmiquement bien mené




CHILDREN OF BODOM
Something Wild (1997)
Prodigieux


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



- Daniel Gildenlöw (chant, guitare)
- Johan Hallgren (guitare, coeurs)
- Gustaf Hielm (basse, chœurs)
- Fredrik Hermansson (claviers)
- Leo Margarit (batterie)


1. Road Salt Theme
2. Softly She Cries
3. Conditioned
4. Healing Now
5. To The Shoreline
6. Break Darling Break
7. Eleven
8. 1979
9. Of Salt
10. The Deeper Cut
11. Mortar Grind
12. Through The Distance
13. The Physics Of Gridlock
14. End Credits



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod