Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO DREAM POP  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



SCHOOL OF SEVEN BELLS - Put Your Sad Down (2012)
Par SEIJITSU le 21 Octobre 2014          Consultée 611 fois

Depuis ma découverte de SCHOOL OF SEVEN BELLS, je me suis fait régulièrement cette réflexion : est-ce qu’il est possible de surestimer beaucoup un groupe auquel on est attaché pour des raisons extra-musicales ? La réponse m’a semblé évidente et m’a plongé dans un profond désarroi. Ce duo n’est donc pas si sous-estimé que cela et ne serait qu’une bande parmi d’autres ?

Pourtant, je me suis souvenu de ce qui m’a refait considéré l'ex-trio : le contraste entre Alpinisms et Ghostory. Le premier était un disque pas dénué de talent mais globalement médiocre. Alors que le second m’avait soufflé par sa qualité et sa personnalité. Pourtant, je n’étais pas du tout au courant de l’histoire de la formation et du cancer de Benjamin Curtis. Je n’ai finalement découvert ce contexte qu’après avoir digéré l’excellent Disconnect from Desire. Me voilà donc rassuré.
Ce n’est pas avec cet EP, sortie peu de temps après leur formidable 3e album, qui me fera changer d’avis.

Au fil des albums, on sentait une subtile évolution de leur part. Le groupe avait su se détacher de la nauséabonde scène indie actuelle pour s’engager dans une voie plus électronique, si ce n’est dance et techno. Une voie qui ne fut justement pas si empruntée que cela. Les exemples de musique hybride entre électro, dream pop et shoegaze se comptant sur les doigts d’une seule main.

Le morceau titre commence justement les hostilités d’une merveilleuse façon : plus de 12 minutes d’une dream pop martiale et possédée par une mélodie addictive. Le morceau se désagrège petit à petit dans un break space rock de bon aloi pour finalement revenir sur ce thème principal si mémorable.
Ce mini-album (il dure plus d’une demi-heure tout de même) réserve d’autres surprises. Comme ce « Secret Days » accompagné de beats tribaux que l’on n’avait pas entendus depuis leur premier album. Le résultat est heureusement d’une autre teneur car le groupe sait désormais écrire des chansons irrésistibles (quel refrain !). « Faded Heart » est le titre le plus orienté club du lot, si bien qu’on frôle de près le mauvais goût à cause de ces voix déformées (heureusement discrètes) qu’on entend régulièrement chez l’ennuyeux BURIAL. Le résultat final est pourtant excellent grâce à la mélodie mélancolique chantée par Alejandra Deheza. Faire danser sur une mélodie triste étant l’apanage de quelques rares grands groupes.
« Lovefingers » est plus sombre et répétitive que les autres pistes. Elle déçoit au premier abord avant de se révéler pertinente dans le climat qu’elle installe et grâce aux choix sonores se rapprochant de l’ambient techno de Monsieur Wolfgang Voigt alias GAS… Alejandra en serait justement une fervente admiratrice.

Enfin, Put Your Sad Down se conclu avec le fabuleux « Painting a Memory ». Si le groupe a su proposer une reprise extraordinaire par la suite, malgré la mort de Curtis, terminer sa carrière sur un tel morceau mérite aussi le plus grand respect. Avec des basses empruntées au « Close Encounters » de The ORB (tiens donc, un autre groupe ambient techno…), la mélodie céleste et puissante d’Alejandra est propulsée par ce rythme trépidant et envoûtant.

Après une rapide analyse, on se rend compte que SO7B a aussi bien les qualités d’une formation électronique que d’un combo pop : belles textures irréelles et songwriting étant leurs principaux points forts depuis leur second album. Malheureusement, on risque d’attendre encore longtemps avant de retomber sur une musique similaire et accompagnée d’une voix pleine de feeling.
C’est à croire que ce créneau est évité par tous ceux qui recherchent une grosse notoriété. CURVE et LADYTRON pourront en témoigner.

A lire aussi en POP par SEIJITSU :


ULVER
The Assassination Of Julius Caesar (2017)
L’assassinat de Depeche Mode




PHANTOGRAM
Voices (2014)
Nouvelle réussite d’un outsider


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



- Alejandra Deheza (chant)
- Benjamin Curtis (guitare, arrangements électroniques)


1. Put Your Sad Down
2. Secret Days
3. Faded Heart
4. Lovefingers
5. Painting A Memory



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod