Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Embryo

XHOL CARAVAN - Get In High (soul Caravan) (1967)
Par WALTERSMOKE le 27 Novembre 2014          Consultée 1064 fois

Comme dans toute galaxie qui se respecte, le krautrock arbore des groupes cultes. Can, Amon Düül II, Kraftwerk... la liste est longue et impressionnante, surtout quand on connait l'apport de chacun de ces groupes à la Musique. Mais il existe également un bon petit paquet de groupes méconnus, moins célébrés et influents, qui ont pourtant posé leurs guêtres dans le milieu : ce sont les fameux seconds couteaux. Bien que peu cultes et connus, donc, ils ne sont pas moins capables de sortir des albums intéressants, et qui gagnent à être redécouverts. Ah, et j'oubliais les groupes de krautrock qui n'ont pas percé because pas de talent, mais la sélection naturelle aidant, je ne les ai pas trouvés.

Fort bien donc, mais quel rapport avec un album classé en soul ? Et puis c'est quoi, XHOL CARAVAN ? Mais tout est lié, pardi ! Non pas que la soul doit au krautrock, ou vice-versa, mais bien parce que cette chronique va servir à présenter XHOL CARAVAN, un second couteau du genre – d'où le premier paragraphe. Autant être honnête, si l'on ne connait pas son krautrock de base, il sera difficile de tomber sur ce groupe. D'ailleurs, à titre personnel, ce n'est qu'en investiguant sur le parcours des musiciens d'Embryo que j'ai découvert XHOL CARAVAN. En effet, le souffleur Hansi Fischer, qui a travaillé sur les premiers albums du groupe de Christian Burchard, a également fait partie de cette formation, sous toutes ses formes. Car précisons également une chose à propos de XHOL CARAVAN, c'est qu'il n'a pas gardé le même nom tout le temps. En effet, il s'est d'abord appelé Soul Caravan, avant de changer pour XHOL CARAVAN puis Xhol, tout simplement. Ces changements successifs forment donc dans l'absolu un sac de noeuds discographique, d'où le fait que je rassemble les quatre albums sous un même nom, pour des raisons pratiques.

L'aventure commence donc avec Soul Caravan, qui comme son nom l'indique, est un groupe de soul. Un groupe allemand, donc, qui joue d'un genre alors typique des États-Unis, ça en bouche un coin, n'est-ce pas ? La surprise est cependant atténuée lorsqu'on apprend que le chant est alors tenu par deux exilés afro-américains, James Rhodes et Ronnie Swanson. Les musiciens, en revanche, viennent bien du pays de Goethe, et jouent donc une musique issue du pays qui vend du rêve à l'époque.

Alors, que raconte Get in High, finalement seul album étiqueté Soul Caravan ? Pas grand-chose, à vrai dire. Un amateur de soul appréciera certainement sans pour autant oser élever l'album au même rang que certains références, tandis que celui qui ne s'y connait guère (comme moi) aimera l'album sans se rendre compte de sa place dans le genre. Tout de même, ce que propose Get in High n'est pas mauvais : de la soul qui fait bouger, qui donne la pêche (voire la banane), et qui ensoleille qui veut bien l'écouter. Outre quelques compositions classiques, on y retrouve des reprises, comme il est de coutume dans la soul. En particulier, "Land of 1000 Dances", déjà un classique à son époque, devient ici le pivot de l'album, avec son énergie et sa gouaille entrainantes.

Rien ne préfigure ici de la tournure des événements pour ce qui deviendra XHOL CARAVAN, à l'exception d'un morceau, et pas des moindres. Il faut en effet se tourner vers le final, "Psychodelic Soul", pour voir quelque chose d'étrange. L'ambiance se fait tout d'un coup plus incantatoire, plus orientale. Les voix de Rhodes et Swanson sortent des vocalises puissantes, tandis que les autres musiciens orchestrent une musique clairement différente. La folie psychédélique, mais aussi sociétale, frappe déjà à la porte de l'Allemagne, le festival d'Essen 1968 n'est plus loin. Ceci étant, dans l'absolu, ce n'est pas un grand morceau, mais il convient parfaitement pour être considéré comme très bon.

Soul Caravan, donc, offre avec Get in High un intéressant disque. La soul pratiquée ici ne semble pas déshonorer le genre, et reste très convaincante. Cependant, l'appel d'une musique plus expérimentale, plus éloignée du Nouveau Continent, va venir saisir le groupe, qui changera de manière radicale.

A lire aussi en SOUL :


Diana ROSS
Why Do Fools Fall In Love ? (1981)
Du disco, de l'aérobic et un brin de Gene Simmons




Diana ROSS
The Boss (1979)
C'est qui le patron ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- James Rhodes (chant)
- Ronnie Swanson (chant)
- Werner Funk (guitare)
- Klaus Briest (basse)
- Skip Van Wyck (batterie)
- Hansi Fischer (saxophone)
- Tim Belbe (saxophone)


1. So Much Soul
2. Hey, Hey, Hey, What's This You're Doin', Baby
3. Memories
4. Bookin' Up
5. Get In High, Shotgun
6. Hold On, Baby
7. African Song
8. Just A Fantasy
9. Land Of 1000 Dances
10. She's My Baby
11. Psychodelic Soul



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod