Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ/BLUES/KRAUTROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Embryo

XHOL CARAVAN - Hau-ruk (xhol) (1970)
Par WALTERSMOKE le 28 Mai 2015          Consultée 656 fois

Jouer de malchance, c'est ce qui peut arriver de pire chez un groupe, et en l’occurrence Xhol Caravan. Non seulement le groupe n'a pas réussi à devenir un grand de la musique, mais en plus il a dû changer de nom à deux reprises, ce qui n'est jamais bon pour la visibilité. La première fois, passe encore : il s'agissait de changer Soul Caravan en Xhol, afin d'affirmer un changement de direction musicale. La seconde, plus grave, c'est à cause de l'Angleterre. En effet, l'école de Canterbury donne naissance à Caravan, que bien des progueux connaissent. Du coup, pour éviter la confusion, Xhol Caravan devient tout simplement Xhol, un nom censé être assez original pour être retenu. Ça a super bien marché, donc (*insérer rires gras appuyés*).

Plus sérieusement, Xhol Caravan, devenu donc Xhol, enchaîne les concerts, et finit par passer de Hansa à Ohr au début des années 70. Le choix est logique, étant donné que ce dernier label est celui où se concentre l'innovation et l'audace musicale en Allemagne. Notons également le départ de Hansi Fischer, parti vers d'autres horizons et laissant Tim Belbe aux vents. Xhol se réduit, mais le show continue, en témoigne la sortie en 1970 de Hau-Ruk.

Hau-Ruk est un album assez particulier dans la discographie de Xhol, puisqu'il s'agit du premier live du groupe. Comme le groupe a déjà sorti un Electrip des plus prometteurs, et au vu du genre joué, à quoi peut-on s'attendre ? Au mieux, à un déluge jazz-rock teinté de krautrock (ou l'inverse) qui déchire. Sauf qu'on a droit au pire, ou pas loin. La tempête annoncée ne s'avère être ni plus ni moins qu'un triste recueil de deux morceaux plats et chiants. Désolé d'être assez cru, ami lecteur, mais il paraît difficile de poser d'autres mots sur Hau-Ruk. "Breit" et "Schaukel" sont de véritables odes à l'ennui, qui captent un groupe jouant un jazz plat et sans saveur. Pas de saxophone fou (à la rigueur, ce n'est pas grave), ni de compos accrocheuses, rien. Rajoutez à cela une production vieille et fumeuse, et vous obtenez un disque bien décevant.

Alors, d'où vient cette seconde étoile inespérée ? Hé bien, Hau-Ruk n'est pas un mauvais album, dans le sens où les musiciens jouent assez bien, et que les mélodies jouées ne sont pas exécrables. De plus, l'album s'écoute pas trop trop mal en fond sonore, n'irrite pas à fond. C'est bien. Mais ce n'est pas suffisant pour convaincre.

Xhol se plante donc dans toutes les largeurs, et c'est peinant à voir. Fort heureusement, la carrière de ce qui était autrefois Soul Caravan puis Xhol Caravan n'est pas tout à fait finie à la sortie de cet album, en témoignera deux ans plus tard la sortie d'un troisième et dernier album studio tout à fait honorable.

A lire aussi en JAZZ par WALTERSMOKE :


EMBRYO
Opal (1970)
Spécial semaine boîte à demandes !




EMBRYO
Rocksession (1973)
Embryo au sommet, acte i


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Skip Van Wyck (batterie)
- Tim Belbe (saxophone)
- Klaus Briest (basse)
- Öcki (claviers)


1. Breit
2. Schaukel



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod