Recherche avancée       Liste groupes



      
AVANT GARDE DRONE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2006 The Drift
2014 Soused

Scott WALKER - Soused (2014)
Par NOSFERATU le 13 Décembre 2014          Consultée 1021 fois

Quelle rencontre a priori improbable ! Un peu comme si Léonard COHEN chantait “Marianne” avec GODFLESH… Après tout, il y a bien eu la collaboration de METALLICA et de Lou REED sur le caricatural “Lulu”… Mais quand on réécoute l’œuvre de Scott WALKER, il n’y a rien d’étonnant que ce grand monsieur se lance dans des aventures soniques expérimentales. D’autant plus que les sons déviants, Scott les a déjà utilisés sur les hallucinants “Bish bosh” (sa dernière œuvre bruitiste en date), “Tilt” et “The Drift”.
On rappellera brièvement que le crooner commença sa carrière au sein du trio américain de faux frères THE WALKERS BROTHERS, qui faisait dans la pop orchestrale. Le groupe eut son heure de gloire dans les “sixties”. Fanatique de Jacques BREL, la carrière solo de Walker influença pas mal d’artistes “indies” (de BOWIE qui est le fan numéro un en passant par des formations pop des années 90 comme PULP et THE DIVINE COMEDY). Ce type à la voix incroyablement étrange a toujours voulu sortir des sentiers battus.

Depuis la fin des “nineties”, le duo SUNNO))) s’est, lui aussi, toujours tenu à l’écart des scènes conformistes, fussent-elles extrêmes, en créant un véritable genre oppressant à lui tout seul : le DRONE METAL. Auparavant, les deux membres, Stephen O MALLEY et Greg ANDERSON, officiaient dans d’écrasants groupes de DOOM/SLUDGE METAL (THOR’S HAMMER, BURNING WITCH, GOATSNAKE). SUNNO))) mélange Doom (dans l’axe BLACK SABBATH/EARTH), Dark ambient (du style DEUTSH NEPAL) et drone (sorte de bourdonnement continu qu’avaient inauguré des artistes classés dans la musique contemporaine comme, entre autres, CHARLEMAGNE PALESTINE). Leur discographie peut ainsi atteindre des sommets dans le cauchemardesque (écouter le très noir “Black one”).
L’album a été enregistré avec des tonnes d’amplis, les musiciens avaient tous des boules Quies et les voisins ont pensé que l’Armageddon était arrivé…

Le disque commence par les vocaux inquiétants d’extra-terrestre de Scott WALKER, suivis de quelques notes de guitare, on pourrait presque s’attendre à une ballade AOR sauf que rapidement le fameux bourdon magmatique (brrrrrrrrrrrrong, brong) se fait sentir, sourd et opaque, avec des bruits sortis d’on ne sait où, des claquements répétitifs puis étonnamment le morceau prend une tournure symphonique. D’après Scott, le duo aurait inversé une piste de drone. Arrive ensuite “Herod 2014”, le titre le plus long de l’album, et là attention, on rentre dans l’ultra lugubre, une sorte de messe rouge (!?) avec Scott qui prend ici la soutane d’un prêtre nécromancien psalmodiant une prière. Sur le fond, on entend les barrissements d’une bête gigantesque plus ou moins endormie (quelle est cette bête d’ailleurs, elle n’est pas créditée dans le line-up ?). Du SABBATH atonal qui fait bien flipper… “Bull” commence par une tonalité plutôt épique, puis finit sur un long drone minimaliste, comme si ce dernier voulait suspendre le silence… Puis une forme d’abstraction se fait sentir sur le bizarre “Fetish”, on lorgne ici plus vers le rock industriel de NEUBATEN et les sonorités tribales des SWANS première période. Le metal est un peu en veilleuse au début mais repart de plus belle à la moitié du titre avec des chœurs de créatures hyperboréennes (!?) là aussi, évidemment, non créditées sur la tracklist… Sur la dernière complainte, le chant de Scott est plus mélodique avec un étonnant refrain (“lalalalala”), mais ne dénote pas avec l’architecture sonore du duo qui parasite la mélodie avec des bruits et des passages silencieux. Presque une sorte de blues cosmique…

Cette œuvre (au noir?) démontre une nouvelle fois qu’un artiste de 71 ans, à l’instar d’un Alan VEGA, peut casser les règles et peut encore surprendre tout le monde. Dans une récente interview de “Libération”, Scott affirmait qu’il ne voulait “rassurer personne”. A l’écoute de son dernier opus, on le croit sur parole…

A lire aussi en DIVERS :


PANTHA DU PRINCE
Black Noise (2010)
Deep house ciselée




TRANSPLANTS
Transplants (2002)
Hou-hou !


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Scott Walker : Vocaux
- Stephan O Malley : Guitares
- Greg Andrson : Basses
- Bete Endormie : !!!!!!!!


1. Brando
2. Herod 2014
3. Bull
4. Fetish
5. Lullaby



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod