Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The FIXX - Reach The Beach (1983)
Par ARP2600 le 20 Décembre 2014          Consultée 506 fois

Si on demande aux américains de citer des groupes de new wave, ils évoqueront sans doute quelques gloires locales comme TALKING HEADS, BLONDIE ou DEVO, puis quelques succès internationaux comme DURAN DURAN et EURYTHMICS, mais il y a également beaucoup de chances qu'ils se souviennent de The FIXX et leur beau style propre et funky. Le cas de ce groupe londonien est un peu particulier... presque complètement inconnus en Europe, c'est à peine si leur premier album Shuttered Room a approché le top 50 des charts anglais. Pendant ce temps, le hasard et un certain talent ont fait que la jeune MTV a beaucoup diffusé leurs premiers clips et qu'ils ont connu un succès grandissant aux États-Unis, qui a culminé avec la sortie de Reach the beach en 1983 et ses trois singles. Cela n'a pas tout-à-fait été un phénomène passager, les deux albums suivants, malheureusement plus inégaux et commerciaux, ayant continué ce bon résultat outre-Atlantique.

The FIXX est un ensemble plutôt stable, la base du groupe étant le chanteur Cy Curnin, le claviériste Rupert Greenall, le batteur Adam Woods et le guitariste Jamie West-Oram, tous présents des premières publications de 81 jusqu'à nos jours. Le poste de bassiste a été nettement plus instable, si bien qu'il n'est pas vraiment occupé sur Reach the beach. Le fondateur Charlie Barrett a quitté le groupe peu après l'enregistrement de Shuttered Room, quelques lignes de basse sont tenues par l'intérimaire Alfie Agius ici, notamment sur les singles «One thing leads to another» et «Saved by zero» où il fait un meilleur travail que le remplaçant définitif Dan K. Brown. Notons encore que la photo de l'album montre les quatre musiciens sous un jour plutôt viril et même un peu patibulaire (West-Oram ressemblerait presque à Stallone)... on ne peut certes pas les associer au néo-romantisme.

Rien de méchant dans la musique, pourtant, que du contraire. C'est une new wave à la fois pop et riche, un bon compromis entre composition sérieuse et complaisance, entre qualité des musiciens et production soignée, un bon équilibre entre musique rythmée et ambiance décontractée, ce que permet cette nature un peu funk (surtout au niveau de la guitare de West-Oram). On peut éventuellement reprocher à tout ceci d'être trop propre, Rupert Hine a fait du bon travail, mais il y a bien peu de fouillis, ce qui rend paradoxalement certains passages criards. Curnin a une très belle voix, acérée et puissante, au point qu'il est parfois assez épuisant quand il est à découvert (notablement sur «Opinions»). D'autre part, son timbre rappelle un peu Sting, et d'ailleurs, le premier album montrait de nettes analogies autant avec la musique des TALKING HEADS que celle de The POLICE. Si Reach the beach montre un style plus personnel et affirmé, le lien reste encore perceptible, et il n'est pas étonnant que The FIXX et The POLICE aient fait une tournée commune aux États-Unis en cette année 83.

Ensuite, on peut dire que Reach the beach est un vrai album, homogène et bien construit, tout en laissant la place à des singles tranchants. «One thing leads to another», «Saved by zero» et «The Sign of fire» ont quelque peu paradé dans le Billboard. Ce sont trois beaux titres, mais mes préférés sont pourtant «Running», la plus funk du lot, et la ballade finale «Outside», dont la mélodie à tomber donne l'impression qu'on l'a toujours connue. La chanson-titre montre également un très beau refrain, et on appréciera le caractère plus erratique de «Changing», ainsi que le rythme serré (limite samba) de «Privilege». Seules «Opinions» et «Liner» sont un peu en-dessous du lot, mais pas au point de dévaluer l'ensemble.

Reach the beach a été huitième au Billboard et disque de platine dès 1984, c'est un fait. Un succès à la fois mérité et calculé et c'est le principal reproche qu'on peut faire : c'est un magnifique album et pourtant on sent ce côté calculé, un peu artificiel, qui s'aggravera malheureusement nettement sur son successeur Phantoms. De ce fait, cette musique n'est pas tout-à-fait à l'épreuve du temps et un peu superficielle. Peut-être pas à proprement parler un chef-d’œuvre donc, il reste quelques mélodies exceptionnelles et surtout, un son irrésistiblement et directement agréable qui en font un des plus beaux exemples de la seconde ligne de la new wave.

A lire aussi en NEW-WAVE par ARP2600 :


The STRANGLERS
The Raven (1979)
Pop new wave délectable : la maîtrise




TOYAH
The Changeling (1982)
Coup de cœur


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Cy Curnin (chant)
- Rupert Greenall (claviers)
- Jamie West-oram (guitare)
- Adam Woods (batterie)
- Alfie Agius (basse sur 1,3,8)
- Dan K. Brown (basse sur 2)


1. One Thing Leads To Another
2. The Sign Of Fire
3. Running
4. Saved By Zero
5. Opinions
6. Reach The Beach
7. Changing
8. Liner
9. Privilege
10. Outside



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod