Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK DECHARNEE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1994 Niandra Lades And Usu...
 

- Membre : Red Hot Chili Peppers

John FRUSCIANTE - Niandra Lades And Usually Just A T-shirt (1994)
Par PLAUDE le 11 Janvier 2015          Consultée 1989 fois

Inutile de présenter John Frusciante. Il y a ceux qui connaissent, puis il y a les autres.

Sa discographie, dense et mouvementée, s'étend sur plus de vingt ans et s'ouvre sur cette œuvre hybride qui raconte les premiers instants de la douloureuse catabase du guitariste entamée peu après les années 1990.
La gloire écrasante, la reconnaissance étouffante et surtout la drogue, sœur véritable qui vient asphyxier et apaiser les cris et les applaudissements des fans si pesants, si harassants, célébrant John après la sortie du cultissime « Blood Sugar Sex Magik » comme le digne successeur des plus grands guitaristes de rock que les années 70 avait vu naître, à mi-chemin entre Hendrix et Zappa.
Il faut dire que sur le cinquième album des Red Hots, le talent du jeune guitariste impressionne et il semble que l'on puisse affirmer sans trop déshonorer Hillel Slovak et les autres membres du groupe que la guitare du jeune loup, au feeling irrésistible et à la sensibilité si particulière suffit à justifier le succès voire l'existence même du groupe.

Il peut être d'ailleurs amusant de conjecturer le destin de Frusciante s'il était parvenu - comme son prédécesseur avant lui - à se donner la mort peu après la vingtaine.
La postérité aurait sans doute consenti à l'accepter au sein du cimetière sacré et restreint – pas si restreint finalement – des génies partis trop vite. Le mythe éculé de l'étoile précoce bien trop frêle pour affronter le poids du succès et les cauchemars de la période d'accalmie qui succède à la gloire aurait été invoqué et les Red Hots, anéantis, auraient sans doute oublier de composer l'un des plus grands disques de pop moderne en 2002.

Mais John a survécu, et, contrairement à ceux trop fragiles, trop égoïstes qui ont décidé de ne pas affronter leurs démons, le guitariste a choisi d'affronter les siens en mettant en musique son agonie. Ses démons, il est possible de les entendre à chaque morceau de cet album : Des cris inhumains, des rires d'enfants effrayants, et cette guitare aux sonorités morbides et aux accords désespérés qui ne cesse jamais de résonner, seule certitude que John Frusciante n'a pas encore fini de faire l'amour avec la mort. Sur la deuxième partie infernale du disque composée de treize chansons instrumentales orpheline de titres, un « Don't Stop ! » est murmuré par une voix de gamine, l'orgasme est proche mais n'arrivera jamais, le guitariste finira par gagner et restera en vie pour traduire en musique cette tragique étreinte avec la mort.

L'album comme son titre l'indique se découpe en deux parties distinctes, « Niandra Lades » et « Usually Just a T-shirt ».
Le premier mouvement est composé de morceaux écrits par John avant ou lors des sessions d'enregistrement de « Blood Sugar Sex Magik » et s'apparente à une succession de ballades folks décharnées ou le guitariste murmure, chante, crie avec peine des paroles à la poésie fangeuse.
La première écoute de l'album s'avère douloureuse et terriblement énervante : le chant est systématiquement faux, les guitares désaccordées, et l'ambiance, funeste et poisseuse fini par répugner et donne envie de partir loin de ce macabre monologue orchestré par un pantin narcissique et pitoyable.
Il faut dire que tous les albums de John Frusciante se caractérisent par cette empreinte très – voire trop – personnelle et autobiographique.
Ainsi, chaque morceau de chaque album doit être considéré comme un moment de vie du guitariste et si cette dimension très auto-centrée et narcissique de la musique peut parfois agacer, elle constitue également tout son intérêt au sens ou l'identification s'avère inéluctable.
Frusciante en plus d'être un personnage véritablement attachant est un musicien et un mélodiste hors-pair à l'inspiration inépuisable et il le prouve avec cet album torturé certes, mais qui renferme des fulgurances incroyables à l'image de « Curtains », complainte pathétique qui relève du miracle... Cette voix si fragile soutenue par des accords de piano au romantisme désespéré qui déclame des paroles absurdes et vulgaires : « The world's just a sphere no bigger than the balls you suck... » Le matérialisme selon John, tout un programme...

Si l'album trouble par son atmosphère malsaine, les morceaux qui le composent ne sont que les prémisses de la terrible descente aux enfers du guitariste qui dans les disques qui succédèrent à Niandra traduisit d'une façon plus extrême encore son flirt avec la mort.
Inaudibles et sans grand intérêt, Frusciante confessa lui-même que ces œuvres ne furent mises à la vente que pour lui permettre de s'approvisionner en drogue.
Il est donc nécessaire de bien dissocier Niandra des albums qui suivirent car s'il semble évident que John contrairement à ce qu'il affirme ne fut pas dans son état normal lors de l'enregistrement de ce disque, il est indéniable que ce dernier représente une expérience musicale unique à la beauté renversante.
« My smile is a rifle » (Quel titre !), « Ten to Butter Blood Voodoo » et ses trente premières secondes sublimes, « Untitled#2 » et sa guitare envoûtante...
Ces morceaux sont à l'image de cette œuvre tragique et bouleversante qui dès lors qu'on prend la peine d'y poser une oreille attentive et compatissante révèle son véritable visage.
Derrière les cris pitoyables et emphatiques, il y a les larmes véritables et authentiques
La souffrance d'un jeune guitariste au talent inouï parvenu à transfigurer son enfer en un semblant de paradis.

Faire de l'or avec de la boue comme disait l'autre...

A lire aussi en FOLK :


Dougie MACLEAN
Marching Mystery (1994)
Balade automnale...




Neil YOUNG
Songs For Judy (2018)
Au sommet de son art acoustique


Marquez et partagez





 
   PLAUDE

 
  N/A



Non disponible


1. As Can Be
2. My Smile Is A Rifle
3. Head
4. Bike Takeover
5. Curtains
6. Running Away Into You
7. Mascara
8. Been Insane
9. Ski Blues
10. Your Pussy's Glued To A Building On Fire
11. Blood On My Neck From Success
12. Ten To Butter Blood Voodoo
13. Untitled#1
14. Untitled#2
15. Untitled#3
16. Untitled#4
17. Untitled#5
18. Untitled#6
19. Untitled#7
20. Untitled#8
21. Untitled#9
22. Untitled#10
23. Untitled#11
24. Untitled#12
25. Untitled#13



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod