Recherche avancée       Liste groupes



      
ALTERNATIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Mat Bastard

SKIP THE USE - Little Armageddon Tour (2015)
Par ERWIN le 25 Mars 2015          Consultée 2125 fois

C'est sur leurs terres que les ch'tis de SKIP THE USE viennent entériner leur prise de pouvoir sur le rock français. Le zénith de Lille est rempli à ras bord, preuve de la bonne santé du rock en France... Une gageure quand on regarde l'état de la musique dans le monde, c'est presque invraisemblable mais c'est pourtant le cas ! Ecoutez ce coquin de Matt exacerber l'état d'esprit fier des Lillois sur l'intro de "Antislavery" : "Alors putain, où est-ce qu'on est ?". Une chose est sure, pour une fois qu'on est "chez nous" en hexagonal land, on va pas se priver de le clamer.
Bien sur, l'opus se divise avec les principales compos tirés des albums Can be late et Little Armaggedon. 28 titres, on n'est pas volé sur la marchandise !

Evidemment, tout ce matos de premier choix nous oblige à élaguer considérablement au niveau de l'analyse. Je vous envoie donc de prime abord sur les performances d'exception de ce live. L'instrumental au piano "Harry Poppers" débute le show dans un certain stress. Mais c'est sur "Birds are born to fly" que le public est soulevé de manière quasi autoritaire par Matt, plus hystérique que jamais, et le refrain digne du secteur fermé de votre asile local va vous marquer au fer rouge, un magnifique délire qui vaut son pesant de Zyprexa ! Bien sur, la version de "Ghosts" ici présente est un ange de destruction, les choeurs magnifient la mélodie, plus raw, plus vraie qu'en studio, l'hymne du groupe prend là une dimension qui devrait être interplanétaire ! Pis allez, "People in the shadow" est plus délirante que jamais.

L'ambiance dégagée sur "Gone away" est vraiment magnifique, toutes les influences du groupe passent ici à la moulinette, de l'alternatif au ska en passant par l'ambient, le metal et le punk, un titre qui dépote comme une trombe dans le middle west américain. Mais paradoxalement, c'est avec la tentative en langue hexagonale sur "être heureux" interprétée par Matt seul à la gratte que le groupe touche au sublime. Le résultat est superbe. La faute à un frontman d'exception, qui conjugue une puissance évocatrice et des capacités vocales assez étonnante. Cela donne une alchimie de dingue et permet de rappeler que le chanteur compose tout seul la totalité du répertoire du groupe, SKIP THE USE, c'est Matt... Chapeau mec ! Une petite perle de chansonnette qui mérite d'être un hymne de la génération actuelle et cette version live lui donne une dimension encore supplémentaire.

Sinon, on part dans tous les sens : "30 years" perd un brin de sa superbe en live, mais y gagne en rapidité avec ce refrain est toujours aussi adictif. Le ska de "The wrong place" est jouissif, alors que le gratteux Yan introduit le reggae ska de "Nameless world" sur ce tapping presque incongru ici, mais au résultat surprenant. Et puis c'est tout de même un peu avec "Give me your life" que les affaires sérieuses ont débuté pour le groupe, on la retrouve ici dans une version fidèle et bien trépidante."PIL" dépote de dingue avec son refrain psychiatrique, et Matt continue de soulever son audience avec une maestria digne de son énergie, c'est dire ! La rythmique métallique de "Little Armageddon" donne bien et le chouette riff bien pachydernique de "Darkness paradise" tronçonne comme il faut. On croirait KILLING JOKE sur "Hell parade", le "Medley" presque punk déchire... Bref, vous avez compris en substance ! Et la "Bastard song" emportera les derniers sceptiques.

Impossible de daigner à ce live toutes les vertus qui font de SKIP THE USE les leaders du rock franchouillard d'aujourd'hui avec leurs potes de SHAKA PONK. A croire que les deux formations le savent parfaitement, s'apprécient et s'entraident au travers d'une émulation saine et dynamique. Du coup, ce live est une porte d'entrée idéale pour découvrir le groupe. Blindé jusqu'au fond du calcif, c'est un must ! Allez, viendez gueuler avec nous sur "Birds are born to fly", "Gone away" ou "Ghost", et devenez un petit pois sauteur chti vous aussi !

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Hubert Felix THIEFAINE
Tout Corps Vivant Branché Sur Le Secteur Etant Appelé à S'ém (1978)
Par delà l'espace, au milieu des petits lapins




MIDNIGHT OIL
10 9 8 7 6 5 4 3 2 1 (1982)
Les "oils" prennent le pouvoir en australie


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Mat Bastard (chant)
- Yann Stefani (guitare)
- Jay Gimenez (basse)
- Lio Raepsaet (claviers)
- Manamax Catteloin (batterie)


1. Harry Poppers
2. 30 Years
3. Nameless World
4. Antislavery
5. Cup Of Coffee
6. P.i.l
7. Give Me Your Life
8. Lust For You
9. The Wrong Man
10. Little Armageddon
11. Second To None
12. You Are
13. Darkness Paradise
14. Gone Away
15. Bullet In My Head
16. She's My Lady
17. Off Me
18. The Story Of Gods And Men
19. The Taste
20. Ghost
21. Etre Heureux
22. Hell Parade
23. Medley
24. Don't Wanna Be A Star
25. People In The Shadow
26. Sluts
27. Birds Are Born To Fly
28. Bastard Son/nadine Aoualpé



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod