Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Eighteen Seconds Before Sunrise (579)

SIGUR ROS - Takk (2005)
Par VIVI le 12 Décembre 2005          Consultée 4689 fois

Parler de Sigur Ros n’est pas une mince affaire. Rares sont les groupes qui font appel à tous les sens, la musique ne se présente pas comme un simple assemblage de notes, les islandais puisent leur inspiration dans les fins fonds de la banquise, pour n’en extraire que l’essence organique. Tout semble sortir d’eaux mystérieuses et abyssales, qui renferment des secrets que seul Sigur Ros semble avoir trouvé.

Takk est la quatrième perle offerte par les nordiques. Sortir un autre album d’un aussi bon acabit semblait difficile tant Agaetis Byrjun et ( ) avaient transporté dans leur monde enneigé un grand nombre d’aficionados. Mais ces esquimaux là on de la ressource…et du talent ! Takk s’inscrit dans la lignée des albums de Sigur Ros, il envoûte et étend son doux manteau de neige à qui posera une oreille dessus.

En général plus gai que ( ), Takk marque un renouveau dans la discographie du groupe. Alors que ( ) reflétait une ambiance triste et mélancolique, Takk est dans une lignée de nostalgie et de sérénité. La preuve en est avec le retour du chant, que le groupe avait mis entre parenthèses sur le précédent opus. Aussi, il y a toujours ces montées en puissance oniriques et célestes, mais l’intimisme est moins présent et l’utilisation de la guitare est plus rock (le final de « Glosoli » en est le parfait exemple).
Ce n’est pas une tare pour autant, L’introspection et le voyage vers des mondes polaires et enfantins débutant une fois de plus, on est happé par les frêles comptines, le chanteur Jónsi Birgisson fait toujours appel à ses intonations plaintives et androgynes, les cordes et les cuivres vibrent en cœur et remplissent chaque parcelle de notre corps d’un sentiment de plénitude que l’on croyait avoir perdu depuis l’insouciance des années tendres.

Le thème de l’enfance et de la nature sont omniprésents, comme indissociables l’un de l’autre. Les images défilent dans nos pensées, « Milano » vous transportera au cœur des icebergs, en compagnie du chant des baleines ; « Glosoli » et sa lente progression, emmené par une batterie discrète mais sûre, avant que la guitare ne prenne sa part de gâteau sur un final quasi-transcendantal. On ferme les yeux, et l’on peut voir un soleil matinal qui naît au cœur d’une banquise vierge des conquêtes de l’Homme, illuminant le blanc incandescent de la neige. « Hoppipola » et ses violons enjoués vous ramèneront à vos jeux d’enfants, quand rien ne pouvait vous atteindre.

La recette utilisée est la même pour chaque titre, sans pour autant lasser l'auditeur: un léger piano, des notes de carillons qui se perdent dans l’air épuré, une voix qui s’immisce dans vos oreilles, et puis c’est le jaillissement de bonheur. Les cordes, les cuivres ou la guitare se mêlent au reste et s’insèrent dans le ventre même de notre âme pour n’en faire ressortir qu’un large sourire de béatitude. Le bien être vous envahit, jusqu’à…

…Jusqu’à entendre les battements de cœur des froids du grand Nord mourir, tout comme l’insouciance de l’enfance qui finit par s’éteindre fatalement elle aussi. Sigur Ros nous le rappelle sur « Andvari ». La voix se fait plus discrète et pessimiste, les envolées majestueuses disparaissent pour laisser place à des violons déchirants et d’une mélancolie abrupte. Quelques larmes couleront peut être sur vos joues, Sigur Ros nous ramène à la réalité, mais on finit par se délecter avec un certain masochisme de cette tristesse conservant cette beauté si intacte, et si cruelle en même temps.

La note finale sur lequel s’achève Takk est paradoxale par rapport à la première partie. C’est au cours d’un voyage long de plus d’une heure que s’achève la découverte du monde de Sigur Ros. Un monde envahit d’une sérénité troublante, d’une fraîcheur nouvelle, mais aussi d’une dureté difficile à accepter. Ecologiste, Takk nous montre à quel point la nature est belle, mais à quel point l’Homme est en train de la tuer. Rien n’est pur indéfiniment, les enfants finissent par grandir et avoir des responsabilités, et les êtres humains finissent par construire et détruire ce qui les entoure.

Takk est l’opus des islandais le plus accessible. Les chansons sont moins longues, et leurs structures beaucoup plus basiques par rapport aux anciens bébés. Il constitue donc une bonne entrée pour découvrir le groupe à ceux qui ne le connaissent pas encore, tout en gardant la même patte qui avait séduit les fans de première heure. Takk est beau, et Sigur Ros est définitivement grand.

A lire aussi en POST-ROCK par VIVI :


EXPLOSIONS IN THE SKY
The Rescue (2005)
Post-rock




EXPLOSIONS IN THE SKY
The Earth Is Not A Cold Dead Place (2003)
Post rock envoûtant et incroyablement beau


Marquez et partagez





 
   VIVI

 
  N/A



- Jònsi Birgisson (chant, guitare)
- Georg Holm (basse)
- Orri Pàll Dyrason (batterie)
- Kjartan Sveinsson (clavier, guitare)


1. Takk
2. Glosoli
3. Hoppipolla
4. Mea Blotnasir
5. Sé Lest
6. Saeglopur
7. Milano
8. Gong
9. Andvari
10. Svo Hljott
11. Heysatan



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod