Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Zz Top, Lynyrd Skynyrd, Free, Rory Gallagher

Jared James NICHOLS - Old Glory And The Wild Revival (2015)
Par LONG JOHN SILVER le 14 Mai 2015          Consultée 2461 fois

Jared James Nichols fait partie de ces jeunes artistes qui vouent un culte appuyé aux grandes heures du rock estampillé par la fin des 60’s jusqu’aux mid-70’s, un peu dans la lignée des BLUES PILLS puisque son style de prédilection est le Blues-Rock. Celui-ci lorgne du côté des power trio comme CREAM, TASTE ou MOUNTAIN dont sa musique se rapproche. Cependant le sien fait avant tout songer au ZZ TOP des premiers disques, influences sudistes obligent. Je l’ai découvert en première partie de LYNYRD SKYNYRD et ai tout de suite été frappé par sa longue crinière blonde ainsi que ses déhanchements sauvages évoquant visuellement Ted NUGENT. Cela posé, le gaillard - guitariste chanteur de 22 ans - laisse de côté la virtuosité au profit d’un son lourd, gorgé de feeling jusqu’à la pulpe.

Le renouveau sauvage, voilà bien titre d’album évocateur puisqu’en effet, vous l’avez bien compris, celui-ci enfonce le clou du préambule écrit ci-dessus. Vieille Gloire étant le nom donné à une guitare Les Paul que le gars a retapé lui-même afin de l'utiliser pendant les sessions du disque. D’ailleurs le jeune homme est cornaqué pour l’occasion par monsieur Eddie Kramer himself à la production, aussi n’est-ce pas pour rien qu’on se dit que « Crazy » aurait pu être extrait de l’album solo de space Ace FREHLEY en 1978 et que « Blackfoot », passée la référence à un groupe phare du southern rock, possède de faux airs de « Stone Free » issu du répertoire de Jimi qui vous savez. (1)
En revanche l’allusion, faite par certains plumitifs, à Stevie Ray VAUGHAN, me semble peu pertinente – ok JJN pratique le hard blues comme feu le texan - puisque ressemblant trop à une formule clés en main afin de définir à la va-vite l’univers musical du jeune Guitar Hero.

D’entrée « Playin’ For Keeps » pose les bases du son de l’album, c’est lourd, puissant, ample, la voix est rauque, le chant parfaitement maîtrisé et le titre s’achève par un solo de guitare en fusion. Plus loin « Let You Go », déjà plus lascif, rappelle FREE, bon sang ne saurait mentir. On n’est pas loin d’éprouver le même sentiment en écoutant « All Your Pain », si ce n’est que celle-ci possède un refrain très Americana. « Can You Feel It » et « Get Down » font furieusement penser à ZZ TOP en mode old school et on peut en dire autant de « Haywire », sauvage tel un mustang galopant sur la prairie, si ce n’est que cela fait bien longtemps qu’on n’a pas entendu le révérend Gibbons et ses sbires lâcher les chevaux de la sorte. Puisqu’on en est à faire un aéropage du classic rock, autant prévenir le lecteur que « Sometimes » - ballade bien burnée - est la meilleure compo de LYNYRD SKYNYRD depuis 1977... si ce n’est qu’elle n’est pas d’eux, mais bien du p’tit jeune qui la pousse ici. « Take My Hand » commence à la slide puis se met à rugir tout en conservant la lourdeur d’un horizon plombé par l’orage en pleine canicule estivale, quelle claque !

L’album contient également deux pépites acoustiques/folk que sont la sautillante « Now Or Never » et « Come On In My Kitchen » où le bottleneck fleure bon le blues rural, celui qu’on en entend sur les terrasses des baraques délabrées dans les quartiers blacks aux abords des champs de coton au sud des Etats-Unis et ça sonne aussi vrai que nature, ce qui, de la part d’un jeune blanc bec, relève de la prouesse. D’autant que le gaillard, qui a depuis émigré à Los Angeles, est originaire du Winsconsin !

Bien évidemment on ne trouve trace ici d’aucune innovation sur le plan stylistique, mais voilà : la fraicheur du propos, la qualité des titres, de l’interprétation et le son mastoc concocté par le mythique Mr Kramer emportent l’adhésion haut la main, car ce disque se révèle être réjouissant dans sa globalité. L’album évite les longueurs, les chansons étant développées en live, de même le jeune homme fait montre d’une maturité peu commune pour son âge… un peu à la manière de ses modèles d’antan finalement.

(1) Célèbre gaucher qui trône au sommet du classement des meilleurs guitaristes ever.

A lire aussi en BLUES-ROCK par LONG JOHN SILVER :


The YARDBIRDS
I Wish You Would (1964)
Blues blanc sans Beck




Rory GALLAGHER
Top Priority (1979)
A priori prioritaire.


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Jared James Nichols (guitare, chant)
- Erik Sandin (basse)
- Dennis Holm (batterie)


1. Playin' For Keeps
2. Crazy
3. Let You Go
4. Can You Feel It ?
5. Now Or Never
6. Haywire
7. All Your Pain
8. Get Down
9. Sometimes
10. Blackfoot
11. Take My Hand
12. Come On My Kitchen



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod