Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Depeche Mode
 

 Site Officiel (245)

Martin GORE - Mg (2015)
Par RED ONE le 26 Juillet 2015          Consultée 1547 fois

Tiens, revoilà Martin Gore en solo ! A quand remonte déjà son précédent effort en solitaire ? Houlala ouais, 2003... Soyons honnête, seuls les amateurs s'étaient réellement intéressés à Counterfeit 2, sympathique mais néanmoins anecdotique album de reprises. Depuis, l'ami Gore était retourné s'occuper de son cher bébé DEPECHE MODE, avec un succès toujours au rendez-vous malgré des albums en légère demi-teinte ces dernières années.
bEn 2015, Gore profite d'une nouvelle pause dans l'emploi du temps de DEPECHE MODE pour sortir ce nouvel opus solo, au titre constitué de ses seules initiales. Eh oui, désolé pour vous qui êtes amateur de vieilles mécaniques sportives anglaises, ce titre n'a aucun lien avec la célèbre firme Morris Garages. De par son nom, MG peut être considéré comme la suite logique du projet VCMG, duo électronique créé en 2011 par Martin Gore et Vince Clarke, ancien membre fondateur de DEPECHE MODE et tête pensante d'ERASURE. Un album studio estampillé VCMG, "Ssss", a vu le jour en 2012, suivi de quelques EPs.

Ici donc, pas de Vince Clarke, Martin est seul aux commandes de ce nouveau projet totalement électronique, ainsi que nous l'indique une pochette sans ambiguïté à ce sujet. Pas la moindre trace de voix non plus, l'opus se veut entièrement instrumental. Martin Gore est connu pour être l'auteur de la majeure partie des textes du répertoire de DEPECHE MODE, il est donc ici curieux de découvrir un album qui en soit entièrement dépourvu. Mais Martin Gore est également l'architecte principal du son DEPECHE MODE, et le principal responsable des différentes orientations de la discographie des Britanniques. Il n'est donc pas du tout surprenant de voir l'Anglais expérimenter et se faire plaisir, histoire d'exprimer quelques idées qui n'auraient pas forcément trouvé leur place dans un album de DEPECHE MODE au grand complet.

Du coup, principale question : trouve-t-on des traces du son DEPECHE MODE sur cet opus solo ? Parfois, oui. Certains aspects mélancoliques, torturés, angoissés, resurgissent au détour de quelques titres, comme par exemple "Swanning", dépressive et mécanique, ou encore "Creeper", froide et automatique, qui fait penser à KRAFTWERK. C'est encore aux Allemands que l'on pense en premier à l'écoute de morceaux tels "Stealth" ou "Islet", avec ses rythmes synthétiques répétitifs.
Par-ci par-là, on soupçonne quelques influences de VANGELIS ("Elk", "Southerly"), néanmoins plusieurs passages de l'album témoignent d'un son bien plus moderne, flirtant avec APHEX TWIN ("Pinking"), voire avec une techno plus classique ("Brink", "Spiral"). On retrouve également quelques aspects vintage ("Crowly") qui se rapprochent sans complexe de la dark synth music actuellement à la mode grâce à des artistes comme PERTURBATOR ou CARPENTER BRUT.

Parallèlement à ces moments mélancoliques et sombres, développant des ambiances plutôt froides, on trouve aussi des passages plus organiques qui évoquent le battement d'un coeur, non sans quelques légers moments mélodiques ("Hum", "Southerly", "Featherlight", "Blade"). D'autres titres témoignent enfin d'une incontestable chaleur et d'une émotion délicate ("Exalt", "Trysting"). L'album est par ailleurs porté par le single "Europa Hymn" qui a été diffusé sur le Net accompagné d'une petite vidéo animée sans grande prétention. Martin Gore nous propose ici un délicat morceau futuriste, aux intonations chaleureuses et optimistes.

MG peut apparaître au premier abord comme un disque très froid, difficile d'accès et dénué de vie, mais il n'en est rien. Au travers de ces 16 pistes instrumentales, Martin Gore explore des ambiances variées et très réussies, tour à tour sombres, mélancoliques, chaleureuses, finalement très vivantes.
Cet album pourra décontenancer, voire ennuyer, les amateurs des aspects purement pop de DEPECHE MODE, mais nul doute que les fans les plus mordus sauront considérer cet opus sans prétention à sa juste valeur.

Un très bel album, surprenant et déconcertant.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par RED ONE :


PERTURBATOR
Nocturne City (2012)
Bienvenue dans un futur de cauchemar




PERTURBATOR
Dangerous Days (2014)
Retour vers le rétro-futur !


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Martin Gore (tout)


1. Pinking
2. Swanning
3. Elk
4. Brink
5. Europa Hymn
6. Creeper
7. Spiral
8. Stealth
9. Hum
10. Islet
11. Crowly
12. Trysting
13. Southerly
14. Featherlight
15. Blade



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod