Recherche avancée       Liste groupes



      
BRITPOP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Oasis, The Lickerish Quartet

Noel GALLAGHER - Chasing Yesterday (2015)
Par COWBOY BEBOP le 22 Août 2015          Consultée 1386 fois

Une guitare acoustique gratte ses accords au loin, alternant entre mineur et majeur... Les premières mesures d'ouverture de Chasing Yesterday sont une petite madeleine de Proust auditive, qui rappellera instantanément les introductions chères à OASIS. En débutant ainsi son deuxième album solo, Noel GALLAGHER, volontairement ou non, ne peut qu'évoquer les plus belles heures d'un groupe que les fans regretteront toujours, et ce peu importe la qualité des carrières solos des deux frères ennemis. Cet album ne serait-il qu'une complaisante ode de trois quarts d'heure à la gloire d'un passé depuis longtemps fané ?

C'est sans compter le talent de compositeur de Noel, qui est toujours capable, avec une aisance déroutante, de créer des petites perles de pop à partir de trois fois rien - quelques accords et une mélodie entêtante lui suffisent. « The Girl With X-Ray Eyes », avec son refrain touchant malgré sa simplicité, en est le parfait exemple. Et ce ne sont pas les refrains accrocheurs qui manquent sur cet album : « Riverman », « The Dying Of The Light », « Lock All The Doors »... A ce jeu, presque tous les titres sont gagnants.

Il est toutefois évident, dès la première écoute, que l'album n'a pas été nommé « Chasing Yesterday » pour rien. La plupart des chansons diffusent une atmosphère nostalgique, renforcée par un saxophone éthéré, un piano mélancolique et des solos de guitare réverbérée, présents ensemble ou séparément sur nombre de titres. Le ton général penche beaucoup plus vers la pop que vers le rock, mais ce dernier fait tout de même quelques incursions, parfois réussies, comme sur « Lock All The Doors » (sûrement le titre qui ressemble le plus aux compositions d'OASIS), parfois un peu moins (« The Mexican », dont le riff est trop faible pour soutenir la chanson sur toute sa durée). Les morceaux restent courts et c'est tant mieux, car dès que l'on dépasse les quatre minutes on constate l'apparition de longueurs inutiles qui font retomber l'élan de l'album.

Une critique récurrente faite à cet album - et à la carrière solo de Noel en général - est que sa musique manque d'originalité et n'est qu'une resucée de celle d'OASIS. Mais après tout, OASIS n'avait rien inventé non plus et s'est cantonné dans sa voie, sans vraiment faire évoluer son style. Noel, en tant qu'ex-songwriter du groupe, ne fait que suivre cette même voie. Il fait ce qu'il sait faire, c'est-à-dire nous offrir quelques moments de détente remplis de mélodies très rapidement accrocheuses et qu'on oublie tout aussi vite. Le manque de personnalité et d'originalité de ce disque en fait un petit plaisir passager dont on se lassera probablement après une dizaine d'écoutes, mais qui nous aura enchanté malgré tout. Même si ce n'est que le temps de quelques heures remplies de nostalgie.

A lire aussi en POP par COWBOY BEBOP :


DION
Born To Be With You (1975)
Produced by phil spector




WEEZER
Weezer (red Album) (2008)
Weezer voit rouge ?


Marquez et partagez





 
   COWBOY BEBOP

 
  N/A



- Noel Gallagher (chant, guitare, basse, mellotron, piano)
- Paul Stacey (guitare, basse, mellotron, claviers)
- Jeremy Stacey (batterie)
- Mike Rowe (claviers)
- Jim Hunt (saxophone, clarinette basse)


1. Riverman
2. In The Heat Of The Moment
3. The Girl With X-ray Eyes
4. Lock All The Doors
5. The Dying Of The Light
6. The Right Stuff
7. While The Song Remains The Same
8. The Mexican
9. You Know We Can't Go Back
10. Ballad Of The Mighty I



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod