Recherche avancée       Liste groupes



      
BRITPOP/POP BAROQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel De Luke Haines (420)

The AUTEURS - New Wave (1993)
Par COWBOY BEBOP le 2 Septembre 2015          Consultée 1447 fois

Drapé dans un chèche blanc, un homme à la fine moustache nous toise du regard. Sous sa photo s'inscrit en calligraphie élégante un laconique « New Wave ». La pochette ne laisse planer aucun doute : le premier manifeste des AUTEURS sera classe ou ne sera pas.

The AUTEURS, c'est avant tout un auteur : Luke Haines, qui signe tous les textes et compose l'entièreté de la musique de l'album. En quelques phrases d'apparence cryptique, armé de sa verve et d'un humour noir à l'acidité toute britannique, il esquisse un autoportrait d'enfant-star raté (« Starstruck »), attaque le mythe du succès facile des rock-bands (« American Guitars ») et raille l'institution maritale (« Show Girl », « Housebreaker »), entre autres. Luke Haines est très probablement l'un des songwriters les plus sous-estimés des années 90.

Mais ces textes seraient bien peu sans la musique qui les transporte. Et quelle musique ! Malgré le titre de l'album, il s'agit d'une britpop aux accents rock que nous proposent les AUTEURS. Toutefois, ce titre n'a pas été choisi au hasard, car en plus de la connotation ironique probablement voulue par Haines, il rend hommage, consciemment ou non, à un style et surtout, à un groupe, dont on sent l'influence sur tout le disque : les SMITHS. Même chant oscillant, entre mélancolie et dédain, même élégance dans la musique, même textes incisifs et pleins de références, même manière de faire surgir en quelques notes une mélodie, comme si elle naissait spontanément de la chanson plutôt qu'elle la dirigeait.

New Wave est un de ces rares albums qui dégagent ce que l'on pourrait appeler une aura. Dès les premiers accords, l'auditeur est plongé dans l'atmosphère du disque. Sur un fond de guitares acoustiques et électriques au son clair et métallique, relevé par les interventions subtiles du violoncelle de James Banbury. Le piano et la guitare distordue de Haines découpent en quelques notes leurs mélodies simples mais efficaces. Les autres musiciens ne manquent pas de talent : le jeu de la basse et de la batterie, qui n'a à première vue rien d'impressionnant, se révèle au fil des écoutes d'une grande pertinence, toujours parfaitement dosé pour soutenir et accentuer l'idée rythmique de chaque chanson.

Si le son est relativement uniforme tout au long de l'album, ce qui aide à créer son atmosphère, chaque morceau possède une identité marquée, que ce soit dans sa structure ou dans les instruments qu'il met en avant. Chaque chanson est un petit bijou serti de mélodies pop raffinées, qui, contrebalançant les textes acides et la voix aux accents soupirants et sophistiqués de Haines, donnent cet aspect « pop baroque » très élégant, frôlant parfois le maniérisme surfait (« Junk Shop Clothes ») sans jamais tomber dedans. Les critiques comparèrent et opposèrent les AUTEURS à SUEDE, qui sortit son premier album la même année, et les rattachèrent au mouvement britpop. Luke Haines a toujours rejeté cette affiliation, critiquant régulièrement et sans vergogne les groupes en faisant partie. De toute façon, l'énergie rock sous-jacente présente dans toutes ses compositions, ainsi que leur format relativement court, montrent que Haines doit bien plus aux KINKS et aux BEATLES qu'à ROXY MUSIC ou à T.REX. Si New Wave contient encore une certaine part de britpop, l'évolution stylistique du groupe au fur et à mesure des albums l'éloignera définitivement du genre.

Comme tous les albums intemporels, New Wave a été laissé inaltéré par le passage du temps. Son propos est encore d'actualité aujourd'hui, et le sera probablement tant que la société existera... Il n'y a qu'un mot pour désigner le premier opus des AUTEURS : chef-d’œuvre. Ni plus, ni moins.

A lire aussi en POP par COWBOY BEBOP :


SUGAR RAY
Sugar Ray (2001)
Pop californienne.




The LA'S
The La's (1990)
L'acte de naissance de la britpop ?


Marquez et partagez





 
   COWBOY BEBOP

 
  N/A



- Luke Haines (guitare, piano, chant)
- Alice Readman (basse)
- Glenn Collins (batterie)
- James Banbury (violoncelle)


1. Show Girl
2. Bailed Out
3. American Guitars
4. Junk Shop Clothes
5. Don't Trust The Stars
6. Starstruck
7. How Could I Be Wrong
8. Housebreaker
9. Valet Parking
10. Idiot Brother
11. Early Years
12. Home Again



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod