Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE GRECQUE TRAD  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1979 Odes
1986 Rapsodies
 

- Style : Popol Vuh
- Membre : Vangelis, Jon & Vangelis

IRENE PAPAS & VANGELIS - Rapsodies (1986)
Par AIGLE BLANC le 14 Novembre 2015          Consultée 1214 fois

En 1978, Odes, magnifique recueil d'airs populaires qui célébrait avec une rare ferveur l'âme grecque, accueillait la collaboration 'miraculeuse' de la tragédienne Irene PAPAS et de son compatriote claviériste Vangelis PAPATHANASSIOU. Que ce chef-d'oeuvre n'accouchât pas d'une suite eût été un vrai sacrilège. Non seulement Odes s'inscrit parmi les plus beaux témoignages de VANGELIS, comparable à son séminal L'Apocalypse des animaux (1973), mais aussi parmi les plus beaux enregistrements de l'histoire phonographique, tous genres et nationalités confondus.

Après 8 ans d'attente, voici que débarqua enfin cette seconde offrande du célèbre duo. Ô malheur! Ô désespoir! Quelle cruelle déception s'abattit sur l'auditeur si naturellement gagné à la cause de ces deux artistes d'exception ! Rapsodies s'avère un quasi ratage dont il est impossible, à moins d'être de mauvaise foi, de nier l'absolue évidence.

Pourtant, aucun des ingrédients à l'origine de la réussite de Odes ne manque à l'appel : VANGELIS se charge avec ses claviers de tisser les ambiances sonores, il intègre aussi parmi les huit pistes deux compositions personnelles, tandis que le chant, toujours de très haute tenue, et certains des textes sont du ressort d'Irene PAPAS; l'album propose de nouvelles adaptations d'airs traditionnels grecs.

Alors, comment expliquer cet échec ? Après plusieurs écoutes objectives, je dois me rendre à l'évidence : Vangelis endosse l'entière responsabilité du ratage de cet opus. La faute à ses claviers envahissants qui se vautrent à corps perdu dans son péché mignon : l'emphase la plus creuse.

Que ce soit avec le titre inaugural "To My Champion and Commander" ou l'éponyme "Rapsodies", tous deux des instrumentaux, l'auditeur doit se farcir des nappes synthétiques insipides qui l'égarent jusqu'au tréfonds d'impasses intersidérales. VANGELIS excelle davantage dans la création de mélodies finement ciselées que dans l'art ô combien plus exigeant de la composition. Il lui est arrivé de bâtir des compositions de 10 à 15 minutes qui tenaient la route, notamment le magnifique "Rêves" (Opéra Sauvage, 1979) mais de telles réussites, relativement rares, il les devait plus à son sens intuitif que structurel. Dans Rapsodies cette fois, la structure lui échappe la plupart du temps. Les titres cités plus haut donnent l'impression que VANGELIS ne sait pas où le mène le morceau. Pire, que le musicien grec se désintéresse totalement de ce qu'il est en train de pianoter. C'est ainsi que la première face du vinyle aligne quatre pistes accumulant près de 12 minutes de passages instrumentaux qu'aucune de nos terminaisons nerveuses ne parvient à imprimer.

Malheureusement, la face 2 enfonce le clou en débutant avec le navrant "The Beauty of Your Virginity and The Splendor of Your Purity" (avec un tel titre aussi, que pouvait-on espérer?) dont l'humeur sentimentale est abominablement soulignée par des claviers sirupeux et des montées de cymbales caractéristiques du plus mauvais VANGELIS quand il se laisse éblouir par sa pseudo virtuosité : en fait ici, c'est plutôt sa propension à la facilité qui fait peine à entendre. Et que penser de "Resurrection", éreinté par l'armada des percussions et des batteries qui ne parviennent jamais à défendre la chanson ? La dernière partie, purement instrumentale, aligne les couches synthétiques sans aucune imagination, sans ligne directrice... sans nécessité. Quel ennui !

Pour retarder le naufrage, l'auditeur peut compter sur deux titres plus intéressants quoique n'atteignant pas le niveau des passages les moins marquants de Odes. "Oh, My Sweet Springtime" avec sa mélodie subtile et "Song of Songs" avec son ambiance lourde et menaçante très réussie laissent enfin au chant d'Irene PAPAS la place qui lui est due. VANGELIS se souvient in extremis que l'une des clés essentielles de Odes résidait dans le dosage des claviers et de la voix. Quand VANGELIS ne cherche pas à envahir l'espace sonore mais accompagne juste sa partenaire, alors la recette fonctionne à plein.

Irene PAPAS est une immense chanteuse dont la puissance d'interprétation n'a d'égale que l'économie des moyens dont elle use. La douceur légèrement mélancolique qu'elle tisse dans "Oh, My Sweet Springtime" traduit sans forcer la poésie naturelle de la chanson. Tandis que "Song of Songs" démontre si besoin était son sens ahurissant de la tragédie. Les phrases qu'elle entonne s'enfoncent peu à peu dans une plainte déchirante et vibrent à l'unisson de l'investissement émotionnel de la comédienne. C'est le titre le plus théâtral, celui qui laisse entrevoir ce qu'aurait pu être Rapsodies si VANGELIS s'était jeté avec plus d'audace dans le gouffre qui habite la chanteuse : une zone dangereuse où s'exacerbent les sentiments les plus houleux et les plus bruts.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES :


TRIO KEYNOAD
Moires Et Mouvances (2015)
Musiques traditionnelles d'orient et d'ailleurs.




WARDRUNA
Gap Var Ginnunga (2008)
Hypnotique, étrange, répétitif, mais envoûtant


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Irene Papas (chant)
- Vangelis Papathanassiou (claviers, percussions, batterie)


1. To My Champion And Commander
2. Oh, My Sweet Springtime
3. I See Your Bridal Chamber All Bedecked
4. Rapsody
5. The Beauty Of Your Virginity And The Splendor Of Y
6. Resurrection
7. Song Of Songs



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod