Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Agua De Annique, Anneke Van Giersbergen
- Membre : Blackmore's Night, Rainbow

Candice NIGHT - Reflections (2011)
Par LONG JOHN SILVER le 29 Janvier 2016          Consultée 997 fois

Candice Night, apparue par surprise aux côtés d’un des caractériels les plus patentés du rock, étonne à nouveau fin 2011 quand elle annonce la sortie de son premier album solo. Comment cela ? N’avait-elle pas tout dit au sein de BLACKMORE’s NIGHT, formation qui offre un écrin soyeux à la (toujours) jeune femme qui est passée professionnelle peu après avoir rencontré son homme. Qu’attendre d’autre de la part d’une "non musicienne" qui n’a dû sa carrière qu’au hasard de cette rencontre ? Mais c’est fou comme le temps passe vite, parce qu’en fait la damoiselle exerce depuis plus de quinze années au moment où paraît Reflections. N’oublions pas non plus que son association avec Ritchie, musicien compulsif, lui a donné une expérience de l’exigence (maladive ?) à travers ses méthodes de travail.

Reste tout de même qu’on pouvait légitimement se demander si Candice allait nous faire autre chose que du BLACKMORE’s NIGHT tant cet univers lui colle à la peau au point qu’elle attire plutôt les regards sur sa personne qu’elle ne les détourne vers son mari. À cette question, Candice apporte une réponse toute simple, pleine de fraîcheur : Reflection est un album totalement pop, (quasiment) dénué des caractéristiques folk médiévales de son groupe, et le tour est joué. Bien entendu ce domaine n’est pas diamétralement opposé à la musique qu’elle pratique en compagnie de l’homme en noir puisqu’il le jouxte, la candeur de l’interprétation, quelques accents new age se posent là comme liens de parentés, elle l’assume d’ailleurs ouvertement.

Les titres qui font le plus penser à son célèbre groupe sont "Now And Then", aussi présent sur la compilation de B’s N Beyond The Sunset *, dans une version qui ne tranche pas vraiment avec celle déjà connue, et « Alone With Fate » au violon tzigane caractéristique ou encore "Black Roses", toujours agrémentée du violon mais qui revêt une forme déjà plus classique. Tout ceci baigne dans une doucereuse mélancolie qui nous est donc bien familière, "Alone With Fate" est par ailleurs franchement réussie, les deux autres passent comme une lettre à la poste, mais le plus intéressant n’est pas là. Car c’est quand elle s’affranchit le plus nettement de ce qu’on sait déjà d’elle que Candice parvient à justifier son émancipation passagère. Reflections est empreint de l’esprit de la pop 60’s tout en ayant recours à des sonorités et arrangements 70’s qui rappellent le FLEETWOOD MAC de Stevie NICKS, la coke en moins. C’est assez évident sur les titres (forts réussis) qui ouvrent le disque, "Wind Is Calling" et le sémillant "Gone Gone Gone", chanson inspirée par un hit de KT TUNSTALL**, qui donne une envie irrésistible de taper du pied. "Dangerous Smile" est un autre titre entraînant et même surprenant avec ses guitares saturées compressées et trafiquées, c’est d’ailleurs le seul moment qui sonne contemporain dans l’ensemble, à rapprocher de la carrière solo de Anneke Van GIESBERGEN. Plus loin "Call It Love", plus posée, revient au classicisme pop de bon aloi, ce qui lui va comme un gant de satin.

Comme de bien entendu, Candice, excelle sur les ballades mélancoliques dont elle ne se prive en rien, j’en ai déjà cité quelques unes, voici venir "For You" qui se fond naturellement dans le paysage et surtout la charmante "Robin Red Breast", prouvant au passage que la dame, à défaut d’être une vocaliste/musicienne virtuose a parfaitement compris ce qu’était une bonne chanson toute simple.

Car l’entièreté de l’album a été composé et co-produit (à la maison) par ses soins. Donc on évitera de se gausser. Certes Candice ne révolutionne rien du tout, d’ailleurs ce n’est pas ce qu’elle cherche tant son style colle à une mouvance qui se réfère aux heures de gloire passées de la pop. Si Reflections reflète bien quelque chose, il s’agit alors d’évoquer la simplicité affichée par sa créatrice, son accessibilité, mais également l’opiniâtreté dont elle a toujours su faire preuve pour parvenir à s’imposer tout en douceur dans un monde impitoyable, celui du show business.


* Blackmore’s Night (2004)
** « Black Horse And The Cherry Tree » (2005)

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


The LEMON TWIGS
Foolin' Around/tailor Made (2018)
Cousu main




The BEATLES
The Beatles 1962/1966 (1973)
Des amis pour la vie


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



Non disponible


1. Wind Is Calling (hush The Wind)'
2. Gone Gone Gone
3. Black Roses
4. Now And Then (2011)
5. Dangerous Smile
6. For You
7. Call It Love
8. Robin Red Breast
9. Alone With Fate
10. In Time



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod