Recherche avancée       Liste groupes



      
ZYDECO BLUES  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Roy Carrier & The Night Rock

Clifton CHENIER - Live! At The Long Beach And San Francisco Blues Festivals (1993)
Par LE KINGBEE le 25 Février 2016          Consultée 1149 fois

Ce CD retranscrit deux concerts se déroulant au San Francisco Blues Festival en 1982 et au Long Beach Blues Festival en 1983. A l’origine, seuls les six derniers titres étaient parus sur un vinyle en 1985. En 1993, le label Arhoolie décidait de ressortir la moitié de l’album agrémenté de 12 titres captés à Long Beach. Figure emblématique et pionnier du Zydeco, Clifton CHENIER livrait ici une excellente prestation sur scène.

Oui mais Kezako le Zydeco ? Le Zydeco, parfois appelé Zodico, Zarico, Zodico, Zologo, La La Music ou Fais Do Do (ces deux termes correspondant à un répertoire souvent plus rural) est la combinaison entre la musique créole louisianaise et texane, le R&B, le Blues, la polka, la valse et ses dérivés, et la musique afro- caraïbe. Pour schématiser, c’est le pendant du Cajun mais interprété par des musiciens afro-américains. Cette fusion de styles ne s’attache pas uniquement à un registre musical, le Zydeco est également lié à la danse et aux réunions festives où la nourriture et l’alcool abondent, réunions où les gens prennent du bon temps (Let’s The Good Time Roll). Au fil des décennies, le Zydeco s’est modernisé avec l’apparition de l’amplification, de la guitare électrique, de sections cuivres, de claviers, l’accordéon chromatique (ou piano) remplaçant le diatonique (mélodéon). Au niveau instrumental, certains engins font leur apparition. On retrouve différents cuivres tels le sousaphone et le tuba, un harmonica, un banjo, un fiddle (violon), mais les deux ustensiles de base demeurent l’accordéon et le frottoir (ou washboard). Idem pour les tendances, au fil des années, les jeunes groupes se sont mis à incorporer du Reggae, de la Soul, du Hip Hop et parfois un peu de Rock et du Hard, ce qu’on appelle le New Zydeco.

Si vous n’êtes pas trop perdu avec ces termes bizarroïdes et tous ces registres qui pourraient conférer au capharnaüm où à la foire d’empoigne, poursuivons avec le Roi du Zydeco, Clifton CHENIER. Durant le milieu des années 50, au début du Zydeco moderne, jusqu’au début des seventies, cet accordéoniste était l’arbre qui cachait la forêt. En Europe, on pensait que le Zydeco n’était le registre que d’un seul homme : Clifton CHENIER. C’était le seul artiste a enregistrer et qui était distribué. Que voulez vous, Internet n’existait pas et on n’avait que trois chaines TV !
Auteur compositeur de talent, imaginatif, cet instrumentiste virtuose excellait dans les transpositions de genres pour fondre tout ce magma dans son idiome de prédilection. Fort d’une solide expérience, l’accordéoniste a commencé à se produire avec son frère aîné Cleveland Chenier, un maitre du frottoir, vers 1942. Pendant une dizaine d’années, les deux frangins couperont de la canne à sucre la journée et se produiront le soir. Ce n’est qu’en 1954, qu’ils commencent à enregistrer. Le premier single porte d'ailleurs le nom "Cliston Chanier". Au fil des ans, CHENIER va se constituer une honnête discographie. Mais c’est sur scène que les deux frères donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils aiment faire danser le public. Il faudra attendre 1965 pour voir la véritable éclosion du phénomène CHENIER avec à la clef un contrat avec Arhoolie. Du jour au lendemain, le statut du Clifton CHENIER & THE RED HOT LOUISIANA BAND dépassait les frontières du Sud pour se faire connaitre sur tout le territoire américain.

Victime du diabète, l’accordéoniste ralentit ses productions mais il est en pleine forme pour ces deux grands concerts. Epaulé par une troupe rompue aux scènes internationales, les notes semblent couler naturellement, la forte cohésion et la complicité entre les musiciens est évidente. Après une intro dans laquelle il est demandé aux spectateurs "s’ils parlent français", CLIFTON CHENIER attaque sur un accordéon blues « I’ve HAD My Fun », un mixte entre la variante de Ray CHARLES et l’originale de Jimmy ODEN. Show man charismatique il invite l’assistance à rentrer dans le Zarico Music. « Calinda » propose une fusion de New Orleans Sound parfumé à la sauce caraïbe, puis il enchaine avec le standard « What’d I Say ? » et là, il convient de s’accrocher. On entend les cris du public qu'on imagine à genoux. Le bonhomme s’offre ensuite un mélange de jazz funky avec « Party Down », titre qu’il égréne depuis quelques années. Il temporise avec la ballade « I’m Coming Home », la réponse made in Louisiana au « I Want To Go Home » de Charles BROWN et au « Bring It On Home To Me » de Sam COOKE. Quoi de mieux qu’un petit boogie woogie pour relancer le public avec une reprise de Pinetop PERKINS ? « They Call Me Crazy », le parfait prototype de Zydeco Blues inspiré du « They Call Me Sundown » de LONESOME SUNDOWN serait capable de faire tourner de l’œil aux plus insensibles. Histoire de se dégourdir, « Zydeco Cha Cha » un two step mid tempo nous renvoie dans les bayous. Il transpose à la sauce gumbo le « « You Gonna Me » de LITTLE WALTER. Les cuivres transforment en mayonnaise « Caledonia » à mi chemin entre mardi gras et folklore cajun.

La seconde partie retranscrit la moitié de l’album public « Live At The San Francisco BLUES Festival, 1982 ». L’accordéoniste reprend quelques uns de ses titres fétiches : « Clifton’s Zydeco » qui monte crescendo, « Louisiana Two-Step » une invitation à la danse, la valse lente « Cher Catin » ou bien encore « I’m The Zydeco » très inspiré de Ray CHARLES. La formation s’attaquait au standard « Let The Good Times Roll » (version de Louis JORDAN) dans laquelle le guitariste Sherman Robertson délivrait des solos aussi aériens que flamboyants. Considéré comme le Roi du Zydeco Blues, Clifton CHENIER nous assénait une reprise foudroyante de « Rock Me, Baby » hit de BB King. Quelques mois après ces deux apparitions et après avoir décroché un Award (une première pour un représentant du Zydeco) le musicien devra se faire amputer d’un pied, victime de son diabète. En novembre 1987, après s’être produit à New York et Boston, ses reins le lâchent, cette icône du Zydeco rejoint le paradis des musiciens le 12 décembre 87.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


Jody WILLIAMS
Return Of A Legend (2001)
Retour d'un virtuose après 40 ans d'absence




Clifton CHENIER
Bayou Blues (1971)
A manger entre des écrevisses au curry et un gumbo


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Clifton Chenier (accordéon, chant)
- Cleveland Chenier (frottoir)
- Sherman Robertson (guitare)
- Robert St. Judy (batterie)
- Alonzo Johnson Jr. (basse)
- C.j. Chenier (saxophone)
- Warren Cesar (trompette)


1. Introduction And Theme.
2. I've Had My Fun.
3. Zydeco Two-step.
4. Calinda.
5. What'd I Say?
6. Party Down.
7. I'm Coming Home.
8. Pinetop's Boogie Woogie.
9. They Call Me Crazy.
10. Zydeco Cha Cha.
11. You Gonna Miss Me.
12. Caledonia.
13. New Orleans Beat.
14. Clifton's Zydeco.
15. Let The Good Times Roll.
16. Rock Me.
17. Louisiana Two-step.
18. Cher Catin.
19. I'm The Zydeco Man.



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod