Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


OUBéRET - But Alors, You Are Celte ? (2016)
Par GEGERS le 1er Août 2016          Consultée 2088 fois

"Le monde a changé. Je le vois dans l’eau. Je le ressens dans la terre. Je le sens dans l’air. Beaucoup de ce qui existait jadis est perdu, car aucun de ceux qui vivent aujourd’hui ne s’en souvient. Sauf moi. Et Oubéret."

Chuck Norris

Ils sont sortis d'un volcan éteint. Oui m'sieur dame, avec leur accoutrement steampunk et leurs bouilles de mecs bien sous tous rapports, les OUBERET ne débarquent pas de la faille de Þingvellir ou de la cuisse de Jupiter, mais plutôt des vertes montagnes auvergnates. Une terre celte, c'est une évidence, dont la minéralité a donné naissance, il y a près d'une dizaine d'années, à ce groupe qui porte haut les couleurs d'un folk-trad made in Gallia. Comme beaucoup de jeunes groupes oeuvrant dans ce style que beaucoup considèrent "de niche" (mais qui est le seul à rassembler toutes les générations en concert), les OUBERET ont débuté comme un groupe de reprises avant de se mettre, récemment, à l'écriture de leurs propres compositions. Deuxième album intégralement constitué de morceaux écrits par les membres du groupe, But Alors, You Are Celte est un joyeux fourre-tout fort bien construit et exécuté, qui mêle humour et virtuosité dans un splendide emballage orné d'une salamandre, emblème du groupe.

Instrumentaux et chansons cohabitent sur ce cinquième album du groupe, qui se paye le luxe d'accomplir un sans faute dans ces deux domaines. Les titres sans paroles sont le plus souvent dansants et entraînants, portés par des mélodies séduisantes et immédiates qui contrebalancent parfaitement une virtuosité époustouflante. Flûtes (elles se font délicatement flamboyantes sur la splendide "Les six gars à moustache"), accordéon ou encore cornemuses viennent sautiller et danser sur une base constituée d'une section rythmique au petit poil et d'une guitare acoustique tenant parfaitement son rôle de discrète accompagnatrice. Mille sentiments s'entrechoquent, de la mélancolie à l'allégresse, sur ces titres instrumentaux qui parviennent à faire apprécier l'exercice à ceux qui lui sont habituellement hermétiques. "Reel / Roll / Rollen", qui s'inscrit parfaitement dans la mouvance folk celtique actuelle (on pense parfois à Manran ou John McCusker à l'écoute du mariage réussi entre flûte et accordéon), est un modèle du genre, à la fois fidèle à ses racines et audacieux dans la forme. Les OUBERET n'ont pas de complexes, ils maîtrisent leurs instruments à la perfection et savent en tirer profit pour donner naissance à des titres sans paroles qui, c'est une évidence, sont voués à faire sautiller les foules.

Les morceaux chantés sont également bariolés et foisonnent d'idées percutantes. Le groupe sait rendre hommage aux pères fondateurs du genre (TRI-YAN n'est pas loin sur la bourrée "Le joyeux laboureur"), mais n'hésite pas à lorgner du côté des scènes actuelles, l'enjoué "La Polka du Démon" mêlant avec brio ambiances folk et rock, à la manière d'un Celkilt (avec qui les OUBERET ont déjà joué) ou Bodh'Aktan. Sans aller jusqu'à incorporer des influences punk (qui fonctionnent pourtant bien avec les instruments celtisants), le groupe sait se faire mordant et énergique. Il y a dans ces morceaux une bonne dose d'humour, une belle rasade de poésie et un soupçon d'écologie que l'on retrouve sur "Mon arbre", sans doute le morceau le plus marquant de l'opus. A la manière du "Dégénérations" de Mes Aïeux, OUBERET narre une triste fable qui fait prendre la pleine mesure de la petitesse de l'être humain face à la grandeur et la richesse de la Nature. Un titre qui devrait être diffusé en boucle dans les bureaux des "Puissants". "Notr' musicicen", valse délicate, ou "Un gars sans couardise", porté par une basse ronde et de sympathiques harmonies vocales, sont quelques autres réussites à mettre au crédit du quintet. "Les nouveaux princes charmants", qui transforme la Marche Nuptiale de Mendelssohn en un jig endiablé, vient clore les festivités avec brio.

Des pentes escarpées des volcans éteints est né un futur grand nom du folk celtique, tant ce cinquième album des OUBERET témoigne d'une maîtrise et d'une inspiration sans faille. L'ensemble est varié et rafraîchissant, et se fait suffisamment décomplexé pour s'affranchir des grands noms qui ont influencé le groupe. De ce savoureux mélange des genres résulte un album exhaustif et imparable, qui comblera les amateurs de rythmes énergiques comme ceux de belles mélodies. Sans faiblesse, But Alors You Are Celte est sans aucun doute l'album folk-celtique le plus abouti sorti depuis le début de l'année. Passer à côté serait pêcher.

Pour soutenir Oubéret : https://www.ouberet.fr/boutique

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


TARMAC
L'atelier (2001)
Louise Attaque, version épurée.




The SWELL SEASON
Strict Joy (2009)
Les meilleurs ennemis


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Nicolas Contamine (batterie, percussions, clavier, chant)
- Jocelyn Epinette (tin et low whistles, cornemuses, chant)
- Thomas Hegay (guitares, banjo, chant)
- Sylvain Jully (accordéon, chant)
- David 'maya' Neron (basse, chant)


1. Basmat Et Robin
2. Le Joyeux Laboureur
3. Illiann Breizh
4. Notr’ Musicien
5. Reel/roll/rollen
6. Mon Arbre
7. Les Six Gars à Moustache
8. La Polka Du Démon
9. Jig Verte On Eire
10. La Reine Déneige
11. De Temps En Tant
12. Un Gars Sans Couardise
13. Les Nouveaux Princes Charmants



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod