Recherche avancée       Liste groupes



      
FUSION  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : Public Enemy, Cypress Hill, The Last Internationale
- Style + Membre : Rage Against The Machine

PROPHETS OF RAGE - The Party's Over (2016)
Par JASPER LEE POP le 22 Septembre 2016          Consultée 515 fois

« Nous ne pouvons pas rester plus longtemps sur le bas côté de l'histoire. Des temps dangereux exigent des chansons dangereuses. L'heure est venue de reprendre le pouvoir. »

C'est avec cette profession de foi que PROPHETS OF RAGE annonce la couleur (rouge) sur la page d'accueil du site du groupe. Et pour cause, nous avons ici affaire à l'Internationale de la révolte et de la contestation sur vinyle constituée majoritairement par les musiciens de RAGE AGAINST THE MACHINE augmentés de deux membres de PUBLIC ENEMY (Chuck D au micro et DJ Lord aux platines) et de B-Real de CYPRESS HILL également au micro. Avouez que le line-up a de la gueule quand même ! Sur le papier, ces chantres de l'appel à la désobéissance civile étaient faits pour se réunir et l'annonce de leur collaboration avait fait renaître une lueur d'espoir chez les fans de RATM qui attendait désespérément un éventuel retour du groupe. Eh bien on y est, PROPHETS OF RAGE nous livre donc un EP en amuse-bouche constitué de deux titres studio et trois titres live.

C'est « Prophets Of Rage », le morceau-titre qui ouvre le cortège de la manif et la déception est d'autant plus grande qu'on avait envie de croire en des lendemains qui chantent. Je m'explique : c'est un bon morceau mais les deux constats qu'on tire suite à son écoute sont assez cruels. Le premier, c'est que nous sommes en 2016 et qu'on a l'impression d'écouter une face B du dernier RATM qui date de 1999. Et ce qui n'arrange rien, c'est que les (bons) deuxième et troisième albums du groupe étaient déjà des redites forcément moins pertinentes du phénoménal opus inaugural. La recette du quartet de Los Angeles avait beau être novatrice, elle n'en était pas moins tellement systématique et typé que l’essoufflement était inéluctable. Et de fait, on retrouve ici les mêmes ingrédients usés jusqu'à la corde. On se demande combien de fois Morello nous a pondu ce riff standard sans personnalité derrière lequel Commerford et Wilk viennent pointer (même si toujours brillamment) comme à l'usine.

On pourra me rétorquer que des groupes ont fait de grandes carrières en appliquant ad nauseam des recettes minimalistes (AC/DC, MOTORHEAD, THE RAMONES...). Certes mais c'est justement parce que PROPHETS OF RAGE n'est pas RATM qu'on était en droit de s'attendre à un peu d'originalité par rapport au modèle déposé. Mais non et dès lors c'est là que le deuxième constat fait mal : À eux deux, Chuck D et B-Real nous rappellent à quel point Zack de la Rocha était essentiel à la mayonnaise. Ses deux substituts ne lui arrivent pas à la cheville, Chuck D paraissant peser des tonnes et B Real manquant singulièrement de mordant pour s'imposer sur les rythmiques plombées de Morello & co. Et ce n'est pas « The Party's Over » le second titre studio qui modifiera l'impression initiale, c'est du déjà entendu, zéro originalité.

Que dire des trois morceaux live ? Que reprendre « Killing In The Name » est un peu fastoche et racoleur. « Shut'Em Down » est une reprise de PUBLIC ENEMY qui bénéficie d'un bon solo de Morello et « No Sleep 'Til Cleveland » est un télescopage du « No Sleep 'Til Brooklyn » des BEASTIE BOYS avec les paroles du cultissime « Fight The Power » de PUBLIC ENEMY, l'échéance de Cleveland faisant référence à la convention républicaine. Tout cela s'écoute gentiment mais à nouveau, on se dit que Chuck D et B-Real ne sont pas de taille pour s'imposer sur des guitares saturées.

Alors OK, je me calme, ça n'est qu'un EP contenant seulement deux titres inédits et on attendra la sortie d'un véritable album pour émettre un vrai jugement sur ces prophètes de la colère mais il y a suffisamment de talents dans ce combo pour nous offrir quelque chose de bien plus substantiel que cette première salve décevante. Il faudrait juste se mettre au boulot, les gars. Ne serait-ce que pour ne pas mériter le sobriquet de « Profits Of Rage » qu'ont tout de suite dégainé ceux que nos amis contestataires énervent.

Vraie note: 2,5/5

A lire aussi en ROCK par JASPER LEE POP :


CHEAP TRICK
In Color (1977)
Le procès werman




Stevie SALAS
Back From The Living (1994)
Mélange des genres réussi.


Marquez et partagez





 
   JASPER LEE POP

 
  N/A



- Tom Morello (guitare)
- Tim Commerford (basse)
- Brad Wilk (batterie)
- Chuck D (chant)
- B-real (chant)
- Dj Lord (platines)


1. Prophets Of Rage
2. The Party's Over
3. Killing In The Name
4. Shut'em Down
5. No Sleep 'till Cleveland



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod