Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK GARAGE BLUESY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Yardbirds , The Pretty Things , The Crawdaddys

The SHADOWS OF KNIGHT - Gloria (1966)
Par LE KINGBEE le 9 Octobre 2016          Consultée 1516 fois

Encore une drôle d’équipe avec leur look mi mods mi dandies. Le groupe originaire de la banlieue nord de Chicago se forme en 1964 sous le non des SHADOWS, mais afin d’éviter toute confusion avec la formation britannique d’Hank Marvin, rallonge son nom en SHADOWS OF KNIGHT. Un nom plein de clinquant et de mystère, les Chevaliers de l’Ombre. Les cinq membres se connaissent bien, ils frottent leur fonds de pantalons sur les bancs du même lycée depuis des années.
Fin 64 et début 65, le groupe joue principalement dans les universités et lycées de la Wendy City, espérant décrocher un contrat avec une maison de disque. C’est sur scène avec une interprétation de « Gloria », titre des THEM de Van Morisson, qu’ils se font remarquer par le restaurateur George Badonski et Bill Traut (futur producteur des American Breed et de Styx). Les deux gars ont monté Amboy, un petit label indépendant, dès 1963, destiné à promouvoir le rock chicagoan, mais il faut reconnaître que la petite maison de disques ne fait guère d’étincelles. La découverte de Jim Sohns et de ses quatre potes est une aubaine pour les deux producteurs qui décident aussitôt de jouer dans la cour des grands en fondant le label Dunwich Records.

Enregistré le 31 janvier 1966, « Gloria » couplé à « Dark Side » inonde rapidement les radios locales puis nationales. Le single se vend à 100 000 exemplaires en dix jours. En avril, « Gloria » atteint la 10ème marche du Hot 100, tandis que la version originale (mais anglaise) des Them reste cantonnée à une modeste 66ème place. C’est bien connu, il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Le succès miraculeux de « Gloria » incite Dunwich Records à réexpédier les Chevaliers en studio avec deux nouveaux singles à la clef. Le second « Oh Yeah »/ « Dark Side » (Dunwich 122) ne fait pas aussi bien que le premier mais grimpe toutefois à la 39ème place des charts américains. Encore une aubaine pour le petit label !

Traut, Badonski et Eddie Higgins, le troisième fondateur de Dunwich spécialisé dans le Jazz, décident qu’il est temps de se lancer dans la grande aventure du 33 tours. Il faut dire que le petit groupe de copains d’école commence à souffrir de changements de line-up: en septembre 65, le bassiste Wayne Pursell est remplacé par Joe Kelley * (ex Vectors), tandis que le guitariste Norman Gotsch * doit enfiler le treillis pour aller jouer au petit soldat au Vietnam, remplacé par Jerry McGeorge alors que Warren Rogers * est remplacé par David « Hawk » Wolinski *. Si ces divers remplacements ne nuisent en rien à la cohésion du groupe, il faut faire du fric pendant que la planche à billets est encore sous le lit et donc renvoyer nos anciens lycéens en studio pour graver un album complet.
Pour d’évidentes raisons commerciales, Dunwich s’est jeté, tel le loup dans la bergerie, sur le titre « Gloria » pour annoncer son premier disque avec sa pochette rose layette bien flashie qui sort en avril 1966. Contrairement à la majorité des petits groupes garage qui pullulent dans la région de Chicago (Amboys Dukes, The Ravens, H.P. Lovecraft, The Mauds) The SHADOWS OF KNIGHT se démarquent par un répertoire axé quasiment exclusivement sur le Blues et le R&B, à l’instar des formations britanniques THE YARDBIRDS, des PRETTY THINGS, THEM ou des ANIMALS.

Sur un total de 11 pistes, on ne dénombre que trois petites compositions : le garage blues « Light Bulb Blues » avec un gros riff de fuzz et une rythmique volcanique, « Dark Slide » une ballade slow blues à la Stones traversée par des chœurs légèrement inspirés par le « Hey Joe » d’HENDRIX et « It Always Happens That Way » un bon prototype de garage avec break de batterie, vocal punky hargneux et guitare fuzz en intro pour bien marquer les esprits.
Les esprits grincheux pourront rétorquer que le grand nombre de reprises (8 sur 11) nuit à l’originalité du band, encore convient-il de se replacer dans le contexte du moment et de découvrir à quelle sauce sont servis ces différents standards par ces adolescents tout justes sortis des jupons de leurs mères.
Jim Sohns et ses potes s’offrent trois compos de Willie DIXON : « You Can’t Judge A Book (By The Cover) » popularisé par Bo DIDDLEY en octobre 62, « (I’m Your) Hoochie Coochie Man » immortalisé par Muddy Waters pour une version rivalisant largement avec celles d’Alexis Korner ou du Graham Bond Organisation (on ne parlera pas de la daube délivrée par Johnny Kendall & The Heralds, là on ne combat pas dans la même catégorie), et enfin « I Just Want Make Love To You », grand classique de Muddy Waters repris par Etta James, Jimmy Smith et interprété avec fougue et pour le moins plus captivante et innovante que celle des Stones.
Le quintet s’illustre aussi sur d’autres grands classiques : « Boom Boom » de John Lee HOOKER, « Let It Rock » un classique Chess de Chuck BERRY repris cinq ans plus tard par les STONES, « Oh Yeah » standard de Bo DIDDLEY pour une version décalée et enfin « I Got My Mojo Working » accrédité par erreur à Muddy Waters, mais œuvre de l’acteur Preston Foster gravée par Ann Cole pour le label Baton (la meilleure version de tous les temps). Là, les chicagoans n’hésitent pas à élever le rythme pour une version dans la lignée de celle des Zombies, reléguant bien loin les reprises infectes de Conway TWITTY, Mark Allen & The Flames, Sam The Sham & The Pharaohs, Linda Gayle et même l’essai d’Elvis. Chez nous, Claude Righi adaptera le morceau sous le titre « Laissez-Moi Seule » transformant une pépite en une camelote de première! Dernière reprise avec « Gloria » titre qui contribuera à entretenir la popularité du quintet et dont certains crurent à l’époque que le morceau provenait de leurs plumes et non des THEM. Certains amateurs, dont votre humble chroniqueur, ont cependant une préférence pour l’original.

Au fil des ans, « Gloria » dépassera toutes les espérances du label Dunwich, le disque se vendant à plus de 8 millions d’exemplaires. Malgré un second disque de même facture, l’aventure des Shadows Of Knight s’essoufflera dès 1967 à l’instar des nombreux groupes de Garage de l’époque.
Cet album, le meilleur du groupe, a fait l’objet de multiples rééditions. En 1998, le label newyorkais Sundazed a publié une réédition de l’album agrémentée de trois bonus. A noter que « Gloria » figure sur la couverture de l’ouvrage « Rock Garage – Fuzz, Farfisa & Distorsions » concocté par Christophe Brault. Si le répertoire demeure orienté sur le Blues, le groupe est cependant généralement étiqueté dans le rayon du Rock Garage. Pour une meilleure cohérence et une bonne visibilité, nous classerons l’album dans ce tiroir, même s’il pourrait apparaître dans le rayon Blues du site.Unalbum phare de l'année 1966.

*Certains membres continueront leur carrière après : le guitariste Jerry McGeorge (ex Black Stones) rejoindra H.P Lovecraft et deviendra accompagnateur pour Waylon Jennings et Johnny Bush avant de se retirer des studios à la fin des seventies, Joe Kelley (décédé en septembre 2013) fondera le Joe Kelley Blues Band en compagnie du batteur Tom Schiffour et deviendra accompagnateur pour les bluesmen Sam Lay, Long John Hunter et Wild Child Butler, Dave Wolinski fera les beaux jours du Bangor Flying Circus, de Rufus, Chaka Khan, et deviendra un claviériste demandé (Bee Gees, Quincy Jones, Michael Jackson, Little River Band, Beverley Knight, Ted Nugent), Wayne Pursell jouera au sein de The Regiment. Porté par le chanteur Jim Sohns, les Shadows of Knight (enfin ce qu’il en reste) se produisent encore lors de réunions.

A lire aussi en ROCK par LE KINGBEE :


The MUSIC MACHINE
(turn On) The Music Machine (1966)
Une référence du garage californien sixties.




The REMO FOUR
Smile! (1967)
Patchwork de booker & the mg's et des animals


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Jim Sohns (chant, harmonica)
- Jerry Mcgeorge (guitare)
- Joe Kelley (basse, guitare)
- Dave 'hawk' Wolinski (basse, claviers)
- Tom Schiffour (batterie)


1. Gloria.
2. Light Bulb Blues.
3. I Got My Mojo Working.
4. Dark Side.
5. Boom Boom.
6. Let It Rock.
7. Oh Yeah.
8. It Always Happens That Way.
9. You Can't Judge A Book (by The Cover).
10. (i'm Your) Hootchie Coochie Man.
11. I Just Want To Make Love To You.



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod