Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Peter FRAMPTON - Frampton Comes Alive! (1976)
Par LE KINGBEE le 23 Juin 2019          Consultée 547 fois

Ce double Live est sorti en janvier 1976 mais je ne l’ai découvert que lors d’une boum de fin d’année, alors que je traînais mes guêtres au bahut. Hors de question de me ramener avec un skeud de Slim HARPO ou Lonesome SUNDOWN, ça aurait fait bizarre ! J’avais opté pour un 33 des WHO et le Zoot Allures de ZAPPA, pas très dansants au demeurant mais deux galettes qui pouvaient faire l’affaire. J’étais dans une classe de littéraires, beaucoup de nanas peu de mecs et un petit clan qui se la pétait sec et croyait tout connaitre. Le seul pote de la classe avec qui je pouvais discuter zique et sport avait apporté ce double Live, disque qui allait faire fureur pendant nos futures vacances de Noël. On peut dire, si mes souvenirs sont bons, que c’est un peu grâce à ce disque que mon pote et moi fîmes la connaissance plus approfondie de deux copines de classe.

Peter FRAMPTON est anglais et vient du Kent. Après avoir fait ses gammes avec The Little Ravens, il joue en 1967 au sein des Tru-Beat qui se transforme bientôt en The Herd. Deux ans plus tard, il rencontre Steve Marriott (ex SMALL FACES) lors d’une session pour notre Johnny National. Les deux Anglais sympathisent et montent HUMBLE PIE. En 1971, après un concert dévastateur à l’Olympia, Peter est gentiment poussé vers la sortie par son pote Steve. Se retrouvant sur le carreau, il débute une carrière solo et enregistre son premier disque Winds Of Change avec la collaboration de Ringo STARR et Billy Preston. L’année suivante, il fonde Peter Frampton’s Camel avec le batteur américain John Siomos (ex Carly SIMON, Todd RUNDGREN), le bassiste Rick Wills (ex Cochise) et l’organiste Mick Gall. Sa discographie s’agrandit avec trois autres albums qui ne connaissent qu’un succès d’estime. Si les cheveux longs, son phrasé de guitare et sa bouille sympa font fondre les petites Anglaises, sa carrière s’enlise mais va redémarrer à fond suite à une tournée en Amérique.

Frampton Comes Alive ! double album Live publié par A&M est en fait le concentré de plusieurs concerts captés de l’été à l’automne 75, principalement au Winterland de San Francisco, au Long Island Arena de New York et sur le Campus de la New York University. Si le batteur John Siomos est toujours là, cette tournée voit l’apparition de deux nouveaux membres : le bassiste Stanley Sheldon (futur Warren Zevon et Tommy Bolin) et le guitariste claviériste Bob Mayo (ex DOC HOLIDAY). Peter va alors s’appuyer sur de nombreux concerts afin de rôder sa tournée américaine. Le répertoire demeure sans surprise, mais curieusement 13 des 14 titres de ce Live sont issus de ses 4 albums précédents, Wind Of Change et Frampton se taillant la part du lion avec 4 titres chacun.

Ce double album avec pochette ouvrante s’articule donc sur quatre faces, une anomalie artistique et financière pour l’époque mais qui allait s’avérer payante, puisque les ventes du disque sont estimées aujourd'hui à plus de 11 millions d’exemplaires vendus. En avril, alors qu’il était sorti début janvier, le disque était déjà certifié 8 fois disque de platine. Guitariste au phrasé redoutable et efficace, excellent compositeur et adepte de mélodies pouvant accrocher l’oreille, Peter FRAMPTON bénéficie également d’un gadget apte à rendre le disque populaire auprès du public américain mais aussi européen. En dehors d’une Gibson Les Paul 1954 customisée, agrémentée d’un troisième micro, il utilise une talk-box, instrument qui donne l’impression qu’il fait parler sa guitare. Le disque s’articule sur des morceaux plus longs que les formats radio ou vinyles de l’époque, chaque face offrant quatre pistes hormis la dernière qui propose deux chansons dont le fantastique "Do You Feel Like We Do" qui dépasse allègrement les 14 minutes. Le répertoire propose un mélange de gros son 70’s, de Rock Pop à l’américaine dans lesquels on peut encore capter des fragrances de Boogie Blues et de Rock pas encore FM.

La popularité du disque se voit confortée par trois singles qui se vendent comme du petit pain : "Show Me The Way", "Baby, I Love Your Way" et "Do You Feel Like We Do" raccourci de moitié, un procédé rendant sa diffusion sur les ondes acceptable. Si certains titres diffusaient une atmosphère acoustique et intimiste parfois barbante, ici c’est souvent la grosse cavalerie qui vient à la charge, avec gros solos, gros breaks et gimmicks imparables. Seule reprise du disque, "Jumping Jack Flash" tient plus des versions de Leon RUSSELL ou JAMUL que de l’original des STONES mais ne s’avère plus indispensable de nos jours. Dès le titre d’ouverture pourtant relativement moyen, le guitariste lançait son public sur de bons rails, la symbiose entre l’assistance et le groupe semble de mise. S’il est de bon ton de démolir un disque ou un artiste sous prétexte que celui-ci a cartonné, un procédé qui permet à certains grincheux et mauvais coucheurs de se démarquer, rappelons que ce disque est un double Live. Certains pourront reprocher ici la longueur de certains titres, l'inégalité des morceaux, le public américain ayant participé à ces différents concerts semble particulièrement enthousiaste et c’est là tout de même le principal.

Autres atouts : FRAMPTON, s’il n’est pas un grand chanteur, bénéficie d’un timbre agréable qui charrie invariablement la sympathie, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Autre carte maîtresse, son jeu de guitare qui pourrait tomber facilement dans les abysses du premier "guitar hero" venu aussi démonstratif qu’insipide s’éloigne de ce dangereux concept, Peter FRAMPTON mettant en place un solide feeling via des riffs efficaces, certes parfois tirées par de gros bouts de ficelle, mais qui font mouche auprès du public. Si on tend bien l’oreille on découvre une large palette allant des DOOBIE BROTHERS à J. GEILS Band en passant par le Sensational Alex HARVEY BAND.

Album souvent décrié injustemement, Frampton Comes Alive ! demeure comme le chef-d’œuvre de Peter FRAMPTON, même si aujourd'hui ce genre d’album avoisinant 1H20 n’existe plus. Si certains risquent de juger quelques plages trop longues, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un double album public. Dernière chose, comme l’annonce une émission télé loin d’être indispensable, n’oubliez pas les paroles : 'Well woke up this morning with a wine glass in my hand- Do you, you, feel like I do? …'. L'un des meilleur double Live de la décennie.

A lire aussi en ROCK par LE KINGBEE :


Ray SMITH
Rockin' Little Angel - The Sun Years Plus (2009)
Chanteur pianiste guitariste oublié de sun records




MOM'S APPLE PIE
Mom's Apple Pie (1972)
Un disque qui coupe la faim!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Peter Frampton (chant, guitare, talkbox)
- Bob Mayo (guitare, claviers, chant)
- Stanley Sheldon (basse, choeurs)
- John Siomos (batterie)


1. Something's Happening
2. Doobie Wah
3. Show Me The Way
4. It's A Plain Shame
5. All I Want To Be (is By Your Side)
6. Wind Of Change
7. Baby, I Love Your Way
8. I Wanna Go To The Sun
9. Penny For Your Thoughts
10. (i'll Give You) Money
11. Shine On
12. Jumping Jack Flash
13. Lines On My Face
14. Do You Feel Like We Do



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod