Recherche avancée       Liste groupes



      
NéO-CLASSIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bernard Herrmann

Pino DONAGGIO - Dressed To Kill (1980)
Par AIGLE BLANC le 25 Octobre 2016          Consultée 282 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Carrie, première collaboration du cinéaste Brian de Palma et du compositeur Pino DONAGGIO, avait révélé des dispositions plus que prometteuses. En effet, le musicien italien, évoluant dans le style de Bernard HERRMANN, avait su séduire le cinéaste par sa capacité à écrire une musique tour à tour sensible, sensuelle et lyrique, tout en y injectant une bonne dose d'adrénaline par un maniement de l'orchestre de très grande qualité.
Il n'est donc pas étonnant que Brian de Palma ait refait appel à Pino DONAGGIO pour écrire la musique de son nouveau thriller Dressed to kill, plus connu en France sous le titre Pulsions.
Grand bien lui en a pris : le compositeur, explorant toujours le même filon d'une musique à haute teneur émotionnelle, tant dans l'expression des sentiments que dans celle d'un suspens insoutenable, parvient sans difficulté à surpasser le travail qu'il avait accompli dans Carrie.

La différence s'entend dans le matériau proposé ici. Les thèmes s'enchaînent avec une maestria confondante sans jamais oublier l'auditeur qui subit, à longueur de pistes, un maelstrom émotionnel comme on aimerait en entendre davantage aujourd'hui. Malgré la forte charge orchestrale, l'auditeur peut apprécier cette musique sans avoir forcément vu le film. Cependant, la vision du film décuple le plaisir ressenti à l'écoute de cette BO fort inspirée. Contrairement à certains de ses confrères (John WILLIAMS, Basil POLEDORIS...), Pino DONAGGIO ne verse jamais dans le classique pompeux grâce à son flair infaillible pour les mélodies élégantes, sensuelles, toujours accessibles sans jamais être démagogiques.

Le thème de Dressed to kill qui initie le film ("The shower") et le clôture ("Finale"), exactement comme dans Carrie, est une merveille mélodique sur laquelle les cordes soufflent un air romantique d'une désarmante naïveté. Le cynisme, Pino DONAGGIO, autant que Brian de Palma, l'ignore superbement. Il faut une sacrée dose de talent pour comprendre la mince frontière séparant le romantisme de la mièvrerie. P. DONAGGIO, lui, la connaît d'instinct. Le compositeur ne se trompe pas et signe un thème d'une grande sensualité qu'exacerbe un chœur féminin des plus orgasmiques. De loin en loin, ce thème traverse la BO sans jamais lasser l'auditeur grâce à de subtiles variantes dans les arrangements, comme dans "The erotic story" où le piano et le glockenspiel ajoutent avec bonheur leur couleur si particulière.
On retrouve cette sentimentalité dans "Liz and Peter", mais plus intériorisée, avec son joli piano-bar nocturne.

Dressed to kill est un thriller toutefois et, dans ce registre, la musique de Pino DONAGGIO déploie des trésors d'adrénaline. Le chef d'oeuvre de cette BO est "The museum" qui, comme son titre l'indique, accompagne la sublime séquence du musée. Brian de Palma la filme avec une maestria vertigineuse qui devrait servir d'étude à tous les cinéastes en herbe. Cette séquence est si puissante qu'elle aurait pu, je crois, se passer de musique. Comment en effet se montrer musicalement à la hauteur d'une telle prouesse narrative et technique ? Ce serait méconnaître Pino DONAGGIO que de le croire incapable de relever un tel défi. "The museum" est une telle réussite orchestrale qu'on ne sait plus qui de Brian de Palma ou du compositeur a inspiré l'autre dans son travail. Le vertige puissamment sensuel que procure cette séquence se déploie 6 minutes durant sans que jamais la caméra ni la musique ne faillissent un seul instant. "The museum" est un modèle de construction musicale qui parvient, un peu à la manière du Bolero de Ravel, à orchestrer une lente et inexorable montée dramatique où l'angoisse et l'érotisme s'imbriquent de telle sorte que l'orchestre ne peut que s'achever dans un orgasme musical d'une rare intensité.
Des titres cardiaques comme ce dernier, Dressed to kill en comporte d'autres presqu'aussi bons. C'est le cas de "Flight from Bobbi", de "Death in the elevator" qui voit crisser les archets sur des cordes rappelant le fameux thème de la douche de Bernard HERRMANN dans Psychose. Quant à l'enchaînement "The transformation - the storm - The revelation", véritable climax du film, il varie à la perfection les brusques changements de rythme et d'intensité, prouvant si besoin était l'immense talent du chef-d'orchestre attitré de P. DONAGGIO, le grand Natale Massara.

Dressed to kill vient aujourd'hui, comme une piqûre de rappel, redonner à Pino DONAGGIO la place qu'il mérite dans le cercle si restreint et si ingrat des compositeurs de musique de film. Dans un style malgré tout des plus classiques, il a su conjuguer avec bonheur ses talents de sculpteur d'orchestre et de mélodiste inspiré, sans jamais se départir d'une suprême élégance, qui devraient rendre fous de jalousie bien des compositeurs de la nouvelle génération que je trouve, pour ma part, le plus souvent insignifiants.

D'autres films avec Brian de Palma attendent le compositeur italien au cours des années 80 : il parviendra encore à se surpasser avec Blow Out et Body Double.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE :


Joseph HAYDN
Symphonie N°44 Funèbre (pinnock) (1771)
Rencontre avec Jane Black




Joseph HAYDN
Symphonie N°88 (bernstein) (1787)
Concentré de talent


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Natale Massara (chef d'orchestre)
- Orchestre Non Crédité.


1. The Shower (theme From Dressed To Kill)
2. The Museum
3. The Note
4. Flight From Bobbi
5. Death In The Elevator
6. Liz And Peter - A Romantic Interlude
7. The Erotic Story
8. The Transformation - The Storm - The Revelation
9. Kate's Confession
10. The Forgotten Ring - The Murder
11. The Cab
12. The Asylum - The Nightmare
13. Finale



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod