Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Baker Gurvitz Army , Graeme Edge Band Feat A.gurvit, Three Man Army, The Gun

Adrian GURVITZ - Il Assassino (1980)
Par ERWIN le 19 Décembre 2016          Consultée 187 fois

La carrière d'Adrian GURVITZ n'a pas été infléchie par le brusque changement d'orientation effectuée lors de son premier album solo deux ans plus tôt. Le succès n'est toujours pas là. Pourtant, ce mélange de soft rock et de dance disco n'est pas désagréable du tout, et bien dans l'air du temps, sa voix jouxtant même parfois les intonations en falsetto de l'aîné des frangins GIBB. Sa flamboyante guitare est toujours là, même si beaucoup moins volubile. La démarche est clairement de percer sur le marché des charts et de devenir un artiste pop. Certes, la démarche est surprenante, mais diantre ! Il faut bien vivre !

Alors, ce deuxième album solo "L'assassin" présente une pochette montrant Adrian avec un look de tueur à gages. Mais on est bien loin d'un concept album cela dit ! Ne rêvez pas !

Le titre roi de cette livraison est un instrumental : "The hitman" - en référence au concept développé - sur la base d'une basse rondelette et de nappes de synthés super typées eighties, propose un rythme supra smooth qui doit tout au funk. Une certaine angoisse s'en dégage, mais le résultat est d'une beauté diaphane absolument délicieuse. C'est ce qu'il y a de phénoménal avec Adrian GURVITZ, ce mec a composé "Race with the devil", puis "Today" ou "Inside of me", et tant d'autres morceaux de bravoure Heavy ou hard, et le voila capable de débouler avec ce titre qui se rapproche d'un électro funk proche de ce que feront les éphèbes d'IMAGINATION les années suivantes.

Le soft rock est bien là, plutôt d'obédience US avec "Crying in the night" où la firebird retentit à nouveau avec bonheur. D'ailleurs, elle est aussi présente sur "Borrowed beauty" qui introduit l'opus, et est très représentative du style dorénavant pratiqué par Adrian : des arrangements sophistiqués et une orchestration au top, sachant que les musicos utilisés sont des requins de studio. Le Guitar hero se rappelle à notre bon souvenir sur l'intro de la sympa "Seventeen" ou il évoque l'époque des samedis soirs à ses 17 ans, à peine ado lorsqu'il créa The GUN. Le slow mid tempo "Movie Picture" est aussi de belle extraction.

"She's in command" oeuvre plus dans une tendance disco funky avec ses synthés chamarrés, mais reste efficace, le refrain est en outre fort réussi. Sur "Heat" en revanche, certains aspects funky jouxtent des territoires alors encore inconnus de la gratte d'Adrian, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. "New world" est une composition originale qui eût pu trouver une place de choix dans un des albums du thin white duke David BOWIE en ces années "Scary monsters" par exemple.

Je préfère ce deuxième album solo au premier, il me semble que Mr GURVITZ y déploie une identité plus forte. Il généralise presque le chant en falsetto qu'il maîtrise à la perfection. Vous allez me dire : Alors ?... Ouais rien... Bite couilles nichons, quedale ! Rien n'y fait ! Toujours pas de reconnaissance ! Il faut s'accrocher à tout ce qui dépasse pour survivre et c'est bien ce que compte faire notre artiste. En attendant, cet opus solo est tout à fait recommandable et mérite un 3.5.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Annie LENNOX
Bare (2003)
éthérée




Katy PERRY
One Of The Boys (2008)
Une sucette ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Borrowed Beauty
2. Seventeen
3. Movie Picture
4. Hit Man
5. Movie Picture Theme
6. She's In Command
7. New World
8. Crying In The Night
9. Heat



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod