Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL NOISE POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Battles

HELMET - Dead To The World (2016)
Par NOSFERATU le 25 Décembre 2016          Consultée 401 fois

Que vaut HELMET en 2016 ? Sur la toile, çà s'agite grave entre les puristes qui ne jurent que par « Strap it on » et « Meantime » et les autres qui les découvrent avec le varié « Betty » vieux de bientôt vingt-deux ans déjà. Evidemment, nos préférences iront toujours aux premières oeuvres, de véritables magmas soniques qui, en leur temps, bouleversèrent les codes du rock dur.
Pourtant, avec « Betty » et aussi le très bon « Aftertaste », le groupe peaufinait sa matière dangereuse en la parsèmant de mélodies vicieuses, tout en ferraillant sec. C'est l'éternel débat. Les purs et durs, qui sont restés bloqués à l'école « Amrep », ne jurent que par les dissonances bruitistes, d'autres acceptent leur virage mélodique à partir de « Betty ».
Eternel problème...Un groupe peut-il être intègre (voire intégriste pour certains) jusqu'au bout ? Faire de la pop est-il aussi néfaste que se compromettre au niveau commercial ? Etre sur une major est-il souvent synonyme de musique de qualité moindre ?

Oui et...Non. On peut très bien être sur une major et offrir une production de qualité. Regardez NIRVANA , ils ont su gérer à peu près le truc avec leur fameuse recette tant ressassée par d'autres, « quiet/loud », en gros, je beugle, puis je chante (sauf sur « Nevermind » qui, à la réécoute, sent le compromis, cette production !). L'effet pervers de cette formule ira même sur les caricaturaux groupes de nu metal, influencés, entre autres initiateurs d'ailleurs par HELMET, pour l'utilisation de ces riffs hyper hachés !
Mais, pour clore ce rapide débat, restons local. A New York, le groupe séminal qu'était le VELVET UNDERGROUND (dont les membres d'HELMET seraient de lointains avatars), non seulement résidait sur une major, jouait la plus belle des mélodies (l'onirique« Sunday morning ») autant que sur l'ultra violence (le strident « sister ray »). Ce qui fait la marque des très grands.

Mais revenons au dernier opus d'HELMET. Qu'en est-il du cru 2016 ? On écoute le contenu musical sans être influencé, évidemment, par les discours des uns et des autres.
Ce qui identifie HELMET, c'est la puissance des riffs, très syncopés, répétitifs. Sur certains titres, ça sonne terriblement faiblard, voire banal (« I love my guru »), sur d'autres, la lourdeur prédomine (« Redscare ») ainsi que les débuts de « Dead to the world ». Les grattes lorgnent vers le SONIC YOUTH des grands jours(« Life or death »). Les solos sont assez venimeux sur « Red scare ». Par moments, on n'est pas loin d'une atmosphère « shoegazze » (l'introduction de « look alive »).
Les vocaux alternent l'agressivité et la mélodie catchy (le surprenant « Espect the world »), jouent sur l'utilisation de samples (« Look alive ») et c'est là que le ¨bât blesse. On sent qu'Hamilton ne sait pas sur quel pied danser. Les fans hardcore du groupe ne retrouveront pas la violence vocale des premières œuvres abrasives ni les envolées poppy de « Betty » ou « Afterstate ». On sent même qu'Hamilton surjoue dans sa façon de hurler, ce qui est un comble pour l'inspirateur (bien malgré lui d'ailleurs !) number one du néo métal. Certains refrains sont ainsi trop appuyés (« Bad news »).
En même temps, en parlant de nu métal, HELMET ne sombre jamais dans le côté racoleur caractérisant le genre, même s'il s'en approche sur les peu convainquants « Bad news » et « Espect the world » avec ses étranges cordes.
Ce qui peut paraître curieux aussi, c'est cette reprise heavy du « « Green shirt » d'ELVIS COSTELLO, montrant qu'Hamilton a écouté de la pop new wave dans sa jeunesse.
HELMET applique toujours sa formule singulière mais le tout sonne un peu fatigué. On s'attendait à nettement mieux.

A lire aussi en HARD ROCK par NOSFERATU :


NEUROSIS
Fires Within Fires (2016)
Ce n'est pas encore la fin du monde !




HELMET
Meantime (1992)
Un rictus sadique....


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Page Hamilton (vocaux, guitare)
- Dan Beeman (guitare)
- Dave Case (basse)
- Kyle Stevenson (batterie)


- life Or Death
- i ¢¾ My Guru
- bad News
- red Scare
- dead To The World
- green Shirt
- expect The World
- die Alone
- drunk In The Afternoon
- look Alive
- life Or Death



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod