Recherche avancée       Liste groupes



      
EDM  |  SINGLE

L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

- Style : Alan Walker

FEDER - Lordly (feat. Alex Aiono) (2016)
Par CHIPSTOUILLE le 31 Janvier 2017          Consultée 2320 fois

Contrairement à Alan WALKER qui continue à plus ou moins nous resservir toujours le même single, on peine encore, après trois singles consécutifs, à mettre le doigt sur ce qui constitue la patte FEDER. Si l’on met la superbe "Blind" de côté, on peut cependant tenter des rapprochements entre "Lordly", dernier né du compère niçois et "Goodbye" qui semblait avoir fédéré (hahaha) plus de public.

Nonobstant la partie chantée, les deux titres de FEDER proposent une section rythmique dense, sur laquelle vient germer des mélodies relativement fades. Il y a certes toujours un petit gimmick qui enjolive la masse rythmique et digitale, mais on ère dans l’un comme dans l’autre au gré de répétitions arides, sans réelle progression. Ca n’atteint pas le niveau abyssal d’un "Poker Face" de LADY GAGA, mais on pourra regretter une relative pauvreté à ce niveau.

"Lordly" propose cependant de multiples couches rythmiques. Si chacune prise séparément ne délivre rien de transcendant, l’ensemble superposé produit un mélange sinon intéressant, du moins galvanisant. La rythmique léchée dévoile quelques contretemps aux prouesses insoupçonnées dans ses meilleurs moments. Le tout est d’une certaine sensualité, ce qui n’a rien d’original pour un titre radio, mais FEDER se place une tête au-dessus de la masse.

Reste le choix surprenant d’Alex Aiono au chant, une autre star issue de Youtube. Car là où Alan WALKER jouait la carte de la continuité, FEDER joue ici la rupture. Si nous avons mis de côté le chant dans les comparaisons du second paragraphe, c’est que sur cette carte-là, "Lordly" et "Goodbye" s’opposent sur presque tous les points. Reconnaissons au chanteur la prouesse d’incarner un titre qui, dénué de sa section vocale, tend carrément à nous faire pioncer, ce malgré les qualités rythmiques que nous pouvions énoncer. On n’a cependant pas réellement eu de coup de foudre ici. L’insistance nous fait admettre un certain talent du côté du chanteur, notamment dans sa sensualité androgyne. Celle-ci ne titille pas réellement les chromosomes XY présents de ce côté du clavier.

On en conclut donc que "Lordly" est un titre non dénué d’intérêt mais très oubliable dans l’absolu. Tout ceci est à des kilomètres de la prouesse enivrante d’un "Blind". Gageons que FEDER parviendra de nouveau à nous séduire, sans quoi nous risquons fort de ne plus nous en préoccuper.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par CHIPSTOUILLE :


Hitoshi SAKIMOTO
Vagrant Story Ost (2000)
I'm going slightly mad.




ASTRAL PROJECTION
The Astral Files (1996)
Exceptionnel mais générique, tout un paradoxe


Marquez et partagez





 
   CHIPSTOUILLE

 
  N/A



Non disponible


1. Lordly



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod