Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Chameleons , Kitchens Of Distinction, The House Of Love

The SMITHS - Meat Is Murder (1985)
Par MR. AMEFORGEE le 12 Avril 2008          Consultée 7716 fois

Si Meat Is Murder a été le seul album des Smiths à atteindre la première place des charts britanniques, c’est peut-être parce que les rosbifs ont été sensibles aux arguments pro-végétariens de Morrissey… ou simplement parce qu’avec ce second effort, les Smiths prennent une nouvelle dimension : tout en gardant les bases posées l’année précédente, le résultat s’avère plus recherché, plus sophistiqué et plus varié. En un mot comme en deux mille : meilleur ! Certes, le single qui en a été extrait, « That Joke Isn’t Fun Anymore », est peut-être le morceau le plus faible, ballade moisie qui agit comme un profond somnifère, malgré de jolis arrangements de guitare, délicates broderies, mais le reste tient la route au-delà des espérances.

On passe d’un rock moderne (c’est-à-dire teinté des couleurs new-wave de l’époque, comme « The Headmaster Ritual », ou bien « I Want The One I Can’t Have ») à l’évocation dépoussiérée du bon vieux rockabilly des familles (« Rusholme Ruffians », ou l’excellent « Nowhere Fast »). Le dénominateur commun, c’est une rythmique plutôt entraînante, voire dansante, qui constitue le parfait contrepoint à la voix croonante de Morrissey et aux subtils tricotages de Johnny Marr. L’osmose parfaite est atteinte sur « What She Said », où tout concourt à rendre un certain sentiment d’urgence, ligne électrique sur tension et batterie hyper-nerveuse que l’on pourrait faire dériver de l’énergie punk, mais que la sensibilité pop orfèvre et rend absolument extraordinaire.
Les tempos plus lents de « Well I Wonder » et du morceau titre relèvent de l’esthétique post-punk, quoique le premier ne paraisse pas suffisamment dépressif pour être honnête, malgré le bruit de la pluie qui tombe, blanche et plic-plocante. Le second vaut surtout pour les hurlements d’animaux en train de se faire découper qui s’y trouvent, purement jouissifs. Cependant, on retient plus souvent « Barbarism Begins at Home », pénible titre dansant, aux riffs funky, que l’on pourrait assez rapprocher de la musique commise par INXS… Finissons par « How Soon Is Now ? », qui ne se trouvait pas sur l’album original, mais rajouté sur les rééditions, et qui, sorti en single, fait encore la joie des radios : rock planant bien ancré dans son époque, marquant par ses nappes de guitare et ses effets de réverbération gracile, cela reste un classique des Smiths, bien qu’assez éloigné de leur style habituel.

L’album est parfois critiqué pour son propos, jugé simpliste, contre l’ingurgitation de la bonne viande, mais cette attaque en elle-même est déjà réductrice, puisque Morrissey développe un discours un peu plus général contre toute forme de violence, et plus précisément celles qu’on ne voit pas, car présentes dans la vie de tous les jours, punition corporelle notamment. On sait aussi que le songwriter était plutôt critique à l’égard de Margaret Thatcher, et donc on pourrait proposer une interprétation plus politique : « on ne veut pas servir de chair à canon aux Malouines ! ». Après tout, Pink Floyd s’y était essayé dans son Final Cut, deux ans plus tôt. Et c’est ce que pourrait nous suggérer la pochette, qui détourne une image du film In the Year of the Pig (documentaire sur la guerre du Vietnam), et qui semble même répondre et contredire la véritable inscription, « Make War, Not Love », du casque du soldat. A défaut d’être certaine, cette lecture a le mérite d’être moins anecdotique qu’un quelconque babillage sur le régime alimentaire de nos trente millions d’amis les humains.

Musicalement parlant, Meat Is Murder est plutôt bon, marqué par une volonté assez ambitieuse et un travail solide, même si l’on relève quelques moments de flottement qui nuisent à l’appréciation globale. Il faudra attendre l’année suivante pour que l’album de la reine emporte tout sur son passage.

A lire aussi en NEW-WAVE par MR. AMEFORGEE :


The SMITHS
The Queen Is Dead (1986)
Vive la reine!




The SMASHING PUMPKINS
Adore (1998)
Album intimiste aux accents new-wave


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
  N/A



- Morrissey (chant)
- Johnny Marr (guitares, piano)
- Andy Rourke (basse)
- Mike Joyce (batterie)


1. The Headmaster Ritual
2. Rusholme Ruffians
3. I Want The One I Can't Have
4. What She Said
5. That Joke Isn't Funny Anymore
6. How Soon Is Now?
7. Nowhere Fast
8. Well I Wonder
9. Barbarism Begins At Home
10. Meat Is Murder



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod