Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Chameleons , Kitchens Of Distinction, The House Of Love

The SMITHS - Hatful Of Hollow (1984)
Par RICHARD le 15 Décembre 2018          Consultée 265 fois

On ne remerciera jamais assez la morne Manchester des années 60, Oscar WILDE, Margaret THATCHER, les NEW YORK DOLLS ou les BYRDS entre autres d'avoir été de près ou de loin ces influences qui ont irrigué la force créatrice de l'un des groupes anglais les plus importants de l'histoire de la musique. Quatre albums, des compilations essentielles et une pléthore de superbes morceaux qui continuent de nous secouer émotionnellement plus de trente ans après leur création. L'histoire des SMITHS est connue de (presque) toutes et tous. Je n'y reviens donc pas.

HATFUL OF HOLLOW, sorti à la fin de l'année 1984, n'est pas à proprement parler un album. Objet hybride, il regroupe des enregistrements du légendaire animateur radio John PEEL pour la BBC ainsi que des singles et des faces B. Cette compilation est sortie quasiment dans la foulée du premier album qui est arrivé sans crier gare sur le devant de la scène musicale anglaise. Entre la cold wave agonisante post JOY DIVISION et les claviers dégoulinants de sonorité cheap des groupes de Garçons coiffeurs, le quatuor mancunien avait de quoi si ce n'est plaire au moins surprendre. Ce fut pour le moins le cas. Instantanément, les SMITHS se sont retrouvés les portes paroles des losers au grand cœur, des timides maladifs, de toutes celles et ceux qui laissés un peu de côté ne se retrouvaient pas dans les fastes et les paillettes de cette décennie. Fait explicable ou pas, il n'y a d'ailleurs quasiment qu'en Angleterre où l'image du quatuor est tout sauf celle d'un groupe lettré, un peu précieux et prétentieux.

Les SMITHS, et ils ne s'en sont jamais cachés, n'ont jamais été satisfaits du rendu de leur premier essai. Morrissey and Co ayant toujours trouvé le son un peu maigrelet, pas assez dynamique. Excellente initiative par conséquent que de proposer ces versions captées live pour la radio. On se rend aisément compte si ce n'était pas déjà le cas de l'importance de la section rythmique bien trop souvent reléguée au rang de faire valoir dans le meilleur des cas. Si le philosophe belge Jean Claude VAN DAMME disait que 1+1= 1, pour les Mancuniens, le problème récurrent fut que 2+2 = 2, et ce n'était pas vraiment beau. Le bassiste Andy Rourke a indubitablement un jeu enlevé et inventif à l'image de ses lignes sur le classique «This Charming Man» ou le caustique «You've Got Everything Now». Situation bien identique malheureusement pour le grandement oublié batteur de la légende smithienne, Mike Joyce. La simple écoute de l'hymne définitif à l'Amour qu'est «Hand In Glove» se suffit à lui-même. Oui, 2+2, ceci fait bien définitivement 4 !

Ces PEEL SESSION sont un autre moyen de souligner encore une fois la superbe voix de crooner acerbe du Moz qui sera à l'évidence l'une des composantes du succès du groupe. Pour peu, on se croirait à Bournemouth ou Wolverhampton agitant frénétiquement de la main un bouquet de glaïeuls. Johnny Marr le guitariste et compositeur quant à lui est tout simplement hors-sol. Son jeu insuffle une indicible mélancolie qui vous conforte dans vos petits malheurs du quotidien, vos indécisions qui vous mèneront à la joie d'être triste ou au plaisir pervers de la frustration. A ce titre, la version de «Back To The Old House» est tout simplement bouleversante. Morrissey qui vous dit «When You Cycled By, Here Began All My Dreams», le tout soutenu par une simple guitare acoustique, les larmes ne sont jamais vraiment loin...

Si les SMITHS furent rapidement un groupe qui compta, c'est aussi parce qu'il a été une réponse alternative plus que crédible à une certaine pop formatée qui inondait plus ou moins les ondes de l'époque. Les singles présents sur HATFUL OF HOLLOW en soulignent toute l'évidence. On a peut-être parfois tendance à l'oublier mais si certains textes de Morrissey ont été pris par beaucoup de fans comme des commandements, des mantras très premier degré, ils sont le plus souvent extrêmement drôles. Du wildien et langoureux «Heaven Knows I'm Miserable Now» (le travail, ce n'est pas la santé) à la quasi-guerre des sexes présente sur l'enlevé «Girl Afraid», de la galère de la vie en couple relatée sur le trop court «William It Was Really Nothing» au besoin nécessaire d'être aimé que l'on retrouve sur le longuet «How Soon Is Now» on rit, jaune, parfois, mais on rit quand même, et souvent. Ceci n'enlève en rien la force émotionnelle de ces titres et ceux moins enlevés qui vous prennent littéralement aux tripes.

Ceci a été dit et redit sur ce site et ailleurs, mais la richesse mélodique de Marr (ces riffs de guitare quand même) est tout bonnement bluffante. Tout de suite identifiable, elle s’incruste définitivement dans la tête. Elégante et subtile, elle n'est jamais redondante. Exempt de tout artifice, le Mancunien va à l'essentiel. Le poignant «Please,Please, Please, Let Me Get What I Want» par exemple dure moins de deux minutes mais je défie quiconque et ceci droit dans les yeux comme dirait l'autre de ne pas avoir la chair de poule à l'écoute de ce titre souligné par une délicate mandoline à la fin. C'est un peu ça les SMITHS, le chaud et le froid. La légèreté feinte et la profondeur caustique. Une sorte de montagne russe des sentiments qui ne peut qu'avoir un écho favorable puisque le groupe ne parle en fait que des choses de la vie, de notre vie.

HATFUL OF HOLLOW est un éventail plus que pertinent du fantastique talent du quatuor : mélodie, mélancolie et poésie, voici ce qui caractérise le mieux pour moi les SMITHS en 1984. Et dire que le meilleur était encore à venir.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


CLAN OF XYMOX
Medusa (1986)
Un classique des univers sombres.




The ORGAN
Thieves (2008)
6 petites pépites pop comme autant de regrets.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Morrissey (voix)
- Johnny Marr (guitares,harmonica,mandoline)
- Andy Rourke (basse)
- Mike Joyce (batterie)


1. William,it Was Really Nothing
2. What Difference Does It Make?
3. These Things Take Time
4. This Charming Man
5. How Soon Is Now ?
6. Handsome Devil
7. Hand In Glove
8. Still Ill
9. Heaven Knows I'm Miserable Now
10. This Night Has Opened My Eyes
11. You've Got Everything Now
12. Accept Yourself
13. Girl Afraid
14. Back To The Old House
15. Reel Around The Fountain
16. Please,please,please, Let Me Get What I Want



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod