Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

1984 The Smiths
1985 Meat Is Murder
1986 The Queen Is Dead
1987 Strangeways, Here We Come

ALBUMS LIVE

1988 Rank

COMPILATIONS

1984 Hatful Of Hollow
1987 Louder Than Bombs
 

- Style : The Chameleons , Kitchens Of Distinction, The House Of Love
- Membre : Johnny Marr
- Style + Membre : Morrissey

The SMITHS - Louder Than Bombs (1987)
Par RICHARD le 22 Mars 2024          Consultée 495 fois

Le discret et inventif bassiste Andy Rourke nous a quittés en mai 2023. Mike Joyce le métronomique batteur ne donne plus aucune nouvelle de lui depuis des décennies. Johnny Marr le génial compositeur ne sort plus en solo que des albums à la qualité moyenne, voire mauvaise tandis que Morrissey l'iconique parolier est devenu définitivement infréquentable depuis qu'il s'est enlisé dans les marais putrides du racisme et du complotisme. Si ces mots peuvent paraître curieux pour parler d'un groupe essentiel de la Pop musique à l'influence toujours prégnante, ils ne reflètent, au-delà de leur banalité, en fait qu'une seule chose : la vie qui passe ainsi que quatre destins et leurs choix. Louder Than Bombs, ce n'est également, à bien y réfléchir, que ceci. Un condensé de la vie en mots et notes.

Cette compilation qui regroupe singles et faces B des Mancuniens est sortie initialement en mars 1987 pour le marché américain. Les SMITHS existaient encore et personne à ce moment précis ne pouvait imaginer que le groupe se séparerait durant l'été suivant tant il était au haut de l'affiche. Si les compilations concernant les Anglais sont légions et d’intérêt inégal, celle-ci avec Hatful of Hollow est sans conteste l'une des plus intéressantes car elle expose factuellement les raisons qui font que les SMITHS ne sont ni plus ni moins qu'un projet quasi parfait. C'est en effet à travers la presque totalité de ces vingt-quatre titres que rayonnent la diversité, la puissance mélodique et la qualité des paroles qui sont l'ADN de ce quatuor unique.

Ce qui demeure toujours frappant à l'écoute de ce disque généreux, c'est l'évidente capacité des Anglais à développer en deux-trois minutes seulement une ambiance qui se dévoile tour à tour comme légère, mordante, mélancolique. La liste pourrait incontestablement s'étirer à l'infini. Louder Than Bombs permet ainsi à nos petits cœurs sensibles d'être fortement serrés. Que ce soit la mandoline qui ponctue le bouleversant "Please, Please, Please, Let Me Get What I Want" ou le simple piano accompagnant "Asleep", la berceuse lugubre qui évoque le suicide ou les premières victimes du SIDA (les exégètes smithiens ne sont toujours pas d'accord), les larmes ne sont jamais loin. La voix de Morrissey si particulière y contribue elle aussi grandement ("Back To The Old House" et ses souvenirs douloureux) même si les gros durs qui n'aiment pas les glaïeuls la trouveront assurément trop maniérée et précieuse.

Si les SMITHS sont passés maîtres dans l'art de la mélancolie feutrée et réconfortante à l'image des graciles "Stretch Out and Wait" ou "Half A Person" où Marr fait là encore des merveilles, ils ne sont pas seulement qu'un groupe pour romantiques esseulés. La précision chirurgicale des mots de Morrissey, souvent non dénués d'humour (merci Oscar WILDE), offre un contrepoint à un ensemble que l'on pourrait parfois trouver autocentré et plombant. Il suffit de se pencher sur les caustiques "William, It Was Really Nothing" (les joies du mariage) ou "Heaven Knows I'm Miserable Now" (les joies du travail) pour constater que les Anglais sont aussi des rigolards qui ne s'ignorent vraiment pas et chacun peut y trouver en eux une part de soi.

Les notes fluides de Marr, à l'exception des tendus "Sweet and Tender Hooligan" et "London" toute guitare agressive et rythmique frénétique en avant, soulignent la richesse mélodique de l'ensemble qui pour le distrait sonnera faussement facile ("These Things Take Time"). Tout semble effectivement si simple et pourtant, on ne peut que saluer pour la cent millième fois l'inventivité sans faille du compositeur. Aussi à l'aise avec une guitare aux riffs ravageurs ("Girl Afraid") qu'avec un simili chœur enfantin exhortant à un meurtre tout symbolique ("Panic"), Marr enfonce encore plus le clou dès qu'il s'agit de proposer une pépite pop à l'image de l'excellent "You just Haven't Earned It Yet, Baby". La complémentarité avec Morrissey elle non plus n'est plus à démontrer, si ce n'est pour souligner l'osmose élégante créée entre les deux compères comme le souligne l'émouvant "Hand In Glove".

Les compilations n'ont pas toujours loin de là un évident attrait artistique. Louder Than Bombs est une exception. Elle mérite amplement la note maximale car les SMITHS sont tout simplement exceptionnels. Fermez le ban !

A lire aussi en POP par RICHARD :


RISE AND FALL OF A DECADE
Noisy But Empty (1992)
Pop subtile d'un grand groupe oublié




SECRET SHAME
Dissolve (2020)
Solide espoir post-punk


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



Non disponible


1. Is It Really So Strange?
2. Sheila Take A Bow
3. Shoplifters Of The World Unite
4. Sweet And Tender Hooligan
5. Half A Person
6. London
7. Panic
8. Girl Afraid
9. Shakespeare's Sister
10. William, It Was Really Nothing
11. You Just Haven't Earned It Yet, Baby
12. Heaven Knows I'm Miserable Now
13. Ask
14. Golden Lights
15. Oscillate Wildly
16. These Things Take Time
17. Rubber Ring
18. Back To The Old House
19. Hand In Glove
20. Stretch Out And Wait
21. Please Please Please Let Me Get What I Want
22. This Night Has Opened My Eyes
23. Unloveable
24. Asleep



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod