Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (9)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Boo Radleys
 

 Placebo City (1748)

PLACEBO - Without You I'm Nothing (1998)
Par RICHARD le 26 Octobre 2018          Consultée 184 fois

N'y allons pas par quatre chemins. Without You I'm Nothing est tout simplement le meilleur album de PLACEBO et le restera très vraisemblablement. Rétrospectivement, on ne peut qu'être saisis par le fossé existant déjà entre leur premier disque sorti en 1996 et celui-ci. C'est un fossé, que dis-je un gouffre. Peut-on déjà dire que ces douze titres sont ceux de la fameuse maturité ? A l'écoute, ça en a vraiment tout l'air. Le groupe passant de fait haut la main la cruciale épreuve de la deuxième galette.

En effet, il n'y a pas un titre plus faible qu'un autre. C'est ici sa force, sa cohérence. Le charismatique Brian Molko délivre un univers nourri d’ambigüité, de mal-être, de rage adolescente et de désillusion sexuelle. Il est bien difficile d'y résister ! Si l'album précédent était brut, percutant et par certains aspects un peu linéaire, celui-ci se fait changeant, préférant un univers alternant pépites rock et plages faussement apaisées à un monde monochrome. De fait, la réussite est totale.

Encore une fois, l'ombre bienveillante de THE CURE est à l'évidence prégnante. Des arpèges cristallins des superbes « Ask For Answers » et « Burger Queen » à la rythmique des enlevés « Brick » et « You Don't Care About Us », Robert Smith comme un hommage se faufile entre les notes. Si ce disque est à ce point réussi, c'est parce que paradoxalement, cet enchaînement d'énergie et de mélancolie passe tout naturellement. Il n'y a pas de coupure de rythme, de temps mort. PLACEBO passera maître de cette alternance, jusqu'à l'usure, ce qui entraînera avec le temps déception et lassitude surtout après Meds, le cinquième album sorti en 2006.

En 1998, PLACEBO est encore capable de proposer des textes sulfureux et intelligents sans verser dans l'auto-caricature. Ils collent parfaitement aux couleurs générales à l'image du très pop « Summer's Gone » tandis que la voix de Molko, nasillarde et atypique, insuffle à l'ensemble une fragilité assumée, touchante, émouvante. PLACEBO a marqué sans conteste le monde du rock de la fin des années 90. A l'écoute de ce petit joyau électrique, il n'est vraiment pas difficile d'en comprendre les raisons. Superbe, tout simplement.

A lire aussi en ROCK :


TéLéPHONE
Téléphone (1977)
On te donne trois balles !




STATUS QUO
Quid Pro Quo (2011)
Papy fait de la résistance


Marquez et partagez





 
   JEREMY

 
   FENRYL
   RICHARD
   SUNTORY TIME

 
   (4 chroniques)



- Brian Molko (guitare, chant)
- Steve Hewitt (batterie)
- Stefan Olsdal (basse, guitare)


1. Pure Morning
2. Brick Shithouse
3. You Don't Care About Us
4. Ask For Answers
5. Without You I'm Nothing
6. Allergic (to Thoughts Of Mother Earth)
7. The Crawl
8. Every You Every Me
9. My Sweet Prince
10. Summer's Gone
11. Scared Of Girls
12. Burger Queen



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod