Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Parallhit
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Boo Radleys
 

 Placebo City (1742)

PLACEBO - Placebo (1996)
Par SUNTORY TIME le 21 Février 2011          Consultée 564 fois

En 1996, le rock ne sait plus à quel courant se fier. Le noise perd du terrain, le shoegaze s'est dissout en même temps que My Bloody Valentine, son groupe phare, et l'age d'or du Grunge s'est achevé en même temps que la vie de Kurt Cobain.

C'est alors que débarque PLACEBO, étrange mélange de rock noisy, de punk ambiguë et de paroles sexuelles telle celles d'un Lou Reed à l'époque du Velvet. Une voie d'abord, celle de Brian Molko, marque de fabrique du groupe. Mais sur ce premier album éponyme, Molko n'est pas encore en totale maitrise de ce don, et couine davantage sur certains morceaux en voulant s'énerver. C'en est presque comique, mais la scincerité est là.

Les compos sont en alternance avec des morceaux qui prennent leur temps, et le fait que certains soit répétitif n'est aucunement dérangeant (l'excellent "Bionic"). Les autres morceaux sont courts et rapides, violents et sans concessions, au risque d'être assez épuisants à l'écoute, comme "36 Degrees", "Nancy Boy", "Bruise Pristine" (qui sonne volontairement comme "Bruce Springsteen" !)ou "Come Home" un peu trop long pour le coup.

Le son de guitare et de basse signé Stefan Olsdal est reconnaissable entre mille. Le jeu de batterie de Robert Schultzberg est carré, rapide et efficace. Avec Brian Molko, nous avons un trio prèt à casser la baraque (même si Schulzberg sera remplacé par la suite). PLACEBO s'est crée un son nouveau et identifiable, c'est la force des grands groupes. Même si cet opus présente quelques maladresses, il n'en est pas moins un grand disque, qui frappe là où il faut. Et ce n'est que le début d'une grande carrière.

Les plus efficaces: "Teenage Angst", "Bionic", "I Know"
Les belles ballades: "Hang on to you IQ", "Lady of the Flowers"
Le plus barré: "Swallow", morceau sous acide, limite psychédélique.
Mon petit coup de coeur: "HK Farewell", le morceau caché, très bel instrumentale délicat de 7 minutes.

A lire aussi en ROCK par SUNTORY TIME :


Bruce SPRINGSTEEN
The Rising (2002)
New York, 9/11 ... le Boss raconte l'apocalypse...

(+ 1 kro-express)



Neil YOUNG
Ragged Glory (1990)
Affreux, sale et méchant ... mais que c'est bon !


Marquez et partagez





 
   STEF

 
   FENRYL
   SUNTORY TIME

 
   (3 chroniques)



- Brian Molko (chant, guitare)
- Stefan Olsdal (basse)
- Robert Schultzberg (batterie)


1. Come Home
2. Teenage Angst
3. Bionic
4. 36 Degrees
5. Hang On To Your Iq
6. Nancy Boy
7. I Know
8. Bruise Pristine
9. Lady Of The Flowers
10. Swallow



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod