Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ROMANTIQUE  |  OEUVRE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Franz SCHUBERT - Symphonie N°8 Inachevée (1822)
Par CHIPSTOUILLE le 26 Juin 2015          Consultée 740 fois

Si cette symphonie sonne inachevée, c’est avant tout pour le déséquilibre qui réside entre ses deux mouvements. L’histoire que SCHUBERT nous raconte ici nous offre enfin, 18 ans après l’héroïque, un second compositeur capable de concurrencer BEETHOVEN. Un BEETHOVEN que SCHUBERT nous récite presque par cœur – on se croirait parfois en pleine pastorale – avec le second thème de son premier mouvement réellement mémorable et prenant.

La forêt dans laquelle SCHUBERT se promène a une orée mystérieuse et accueillante. On y trouve bien quelques oiseaux charmeurs ainsi qu’une flore variée aux couleurs sucrées. Mais c’est également celle où Belle s’est égarée. Une fois pris au piège, on s’aperçoit que les branches des arbres anciens y sont coudées et griffues. Des recoins sombres semblent cacher les yeux jaunes et acérés de quelques prédateurs affamés. Au gré des notes, amicales puis menaçantes, on se demande quelle est l’issue de cette promenade inédite.

Le second mouvement ne parvient pas tout à fait à maintenir cette tension. Il y a certes, après quelques minutes presque contemplatives, ces envolées titanesques qui surgissent de derrière les bosquets, tel le château maudit de la Bête. Aussi, avant que l’on ne s’égare complètement, SCHUBERT nous rappelle régulièrement avec cette farandole de notes (l’expression est de Jean-François Zygel), qui nous sourit tel le chat invisible d’Alice au pays des merveilles, et dont on ne connaît pas clairement les intentions. Puis, malgré cette fin funeste qui semble achever l’inachevée, on ressort du mouvement pratiquement indemne. Bien qu’il nous offre quelques bonnes idées, il ne parvient pas à maintenir le délicieux suspense qui nous tenait en haleine durant l’intégralité du premier.

Peut-être qu’une suite aurait résolu l’énigme. Peut-être que, après avoir composé un thème trop enjoué pour son Scherzo, SCHUBERT s’est rendu compte qu’il faisait fausse route. Peut-être qu’il s’est lui-même égaré dans cette forêt sans issue… Nous ne le saurons jamais. Pour les amateurs de symphonies qui terminent dans le feu d’une course ou d’une clameur entraînante, la question à jamais sans réponse que laisse en suspend l’« inachevée » est relativement frustrante.

42 ?
Non, ça devait être une autre question.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par CHIPSTOUILLE :


Ludwig Van BEETHOVEN
Symphonie N°5 (karajan) (1808)
Le destin




Joseph HAYDN
Symphonie N°73 La Chasse (harnoncourt) (1782)
Taïaut, taïaut, taïauuuuut!


Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   CHIPSTOUILLE

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Allegro Moderato
2. Andante Con Moto



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod