Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


KAISER FRANZ JOSEF - Make Rock Great Again (2017)
Par DERWIJES le 29 Septembre 2017          Consultée 290 fois

Le rock est stupide, et le hard-rock carrément con.
Et c'est là toute la magie de la chose. Le meilleur rock, c'est celui qui va droit au but, sans fioritures, pour nous faire bouger du popotin, et le hard-rock, c'est du rock qui vous fait bouger jusqu'à l'évanouissement. Si depuis maintenant des décennies des centaines de centaine de groupes peuvent se permettre de jouer les mêmes accords et de chanter peu ou prou les mêmes chansons sur le sexe crade et l'alcool, c'est parce que ça réveille nos instincts les plus primaires, et bon sang ça fait du bien ! Au regard du nombre de groupe de hard-rock originaires des quatre coins du globe, peut-on dire qu'il s'agit là de la seule véritable musique universelle, celle qui parle à toute l'espèce humaine ? Peut-être pas (ou peut-être que si), mais en tout cas la simplicité brutale et honnête du genre lui donne un charme certain, on finit toujours par y revenir. C'est presque physique, une quarantaine de minutes avec des amplis branchés à 11, ça vous décrasse les pores et plus si affinités.

Et vous savez qu'à FP nous aimons le gros son, comme le prouve les quelques 700 chroniques de la catégorie »Hard-Rock » présentes sur le site. Mais ce que nous aimons encore plus, c'est vous dénicher les petits talents qui montent, et aujourd'hui, nous en avons un bon : KAISER FRANZ JOSEF ! Ne les confondez pas avec les Écossais qui font tomber les Inrocks en pâmoison, ce trio là nous vient d'Autriche (fait assez rare pour être souligné) et ils jouent un bon gros hard-rock tirant plus vers RIVAL SONS qu'AC/DC, en particulier dans la voix du chanteur. Cet album à la pochette plutôt cool mais au titre opportuniste est sorti en juin 2017 et fait suite à leur premier et éponyme essai sorti en 2013. Tapez leur nom sur Google et vous tomberez principalement sur des sites germanophones, le groupe n'ayant pas encore percé dans le reste de l'Europe.

Et espérons que cela ne saurait tarder, car à l'évidence nos garçons ont de l'énergie à revendre et l'envie d'en découdre. Si ils n'inventent rien et ne font que suivre la mode vestimentaire et sonore des groupes de hard-rock actuel, ils connaissent leur affaire, en témoigne la production bien léchée de cet album, en particulier la batterie qui tape comme il faut dans les esgourdes. Mais ce qui marque le plus, c'est le minimalisme de l'ensemble : une batterie, une guitare, une basse et le chant. 13 chansons plus une piste cachée, une seule dure plus de 3 minutes. Les couplets sont courts, les refrains reviennent vingt fois par chansons, pas de solo démonstratifs, et le plus ressemblant à une balade ici sont les quelques breaks de batterie qui parsèment l'album.

L'impression finale est assez homogène, à l'exception de « Pinkenstein », qui ressemble trop à « Breed » de NIRVANA pour son bien. Pour le reste, nous avons du très très bon, avec le diptyque d'ouverte « Slaughterhouse » et « Believe ». Si vous écoutez l'album d'une traite, ces deux chansons vont vous échauffer et vous passerez les 46 minutes restantes à headbanger. Mais à prendre les morceaux un à un, on sent un léger refroidissement en milieu d'album, malgré les très bons « Disguises » et « Alive ». Rien de bien méchant, juste quelques pistes moins inspirées, comme « Bollywood », « Mirror » ou « Chuck », et comme toujours la piste cachée ne sert à rien si ce n'est de gâcher quelque peu la fin de l'album après le pourtant très bon « Tinnitus ».

Si il y a de la place pour de l'amélioration, il est clair que KAISER FRANZ JOSEF possède un sacré potentiel. Malgré une manque de prise de risque qui rend l'ensemble un peu trop homogène et l'alourdit, difficile de ne pas prendre son pied. Du bon gros hard-rock qui fait du bien par où il passe, comment refuser ? Gardons un œil sur ce groupe qui nous promet pour l'instant un avenir des plus intéressants !

A lire aussi en HARD ROCK :


JUDAS PRIEST
Epitaph (2013)
La fin du Priest ? Heureusement non !




SCORPIONS
Living For Tomorrow (1992)
Méconnu mais indispensable


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Slaughterhouse
2. Believe
3. Mirror
4. Inside My Brain
5. Disguise
6. Give It Up
7. Hear Me
8. Alive
9. Pinkenstein
10. Stuck On You
11. Bollywood
12. Chuck
13. Tinnitus



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod