Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2009 Hobo
2011 1 Running Still
2015 Curio City

Charlie WINSTON - Curio City (2015)
Par DERWIJES le 19 Novembre 2017          Consultée 243 fois

En 2011, Running Still avait concrétisé les espoirs placés en Charlie Winston après le carton de Hobo en 2009. L'hobo anglais y perfectionnait son mélange de folk, pop et soul en y augmentant le côté rock, le tout porté par le très bon single 'Hello Alone'. Un retour réussi, suivi d'une tournée qui laissera l'artiste sur les rotules. Il décide de faire une pause, le temps de quitter Paris où il résidait pour retourner à Londres, dans le quartier de son enfance, et d'y fonder un foyer. En apparence, tout lui réussit, mais voilà : lorsqu'il veut commencer à travailler sur son nouvel album, il est frappé par une panne d'inspiration. La première de sa vie. Selon ses mots, cela va durer pendant six mois, six mois où il sera incapable d'écrire ou de composer...Un choc pour lui, pour qui la musique lui vient aussi naturellement que respirer.

Lorsque l'inspiration lui revint, il décide de travailler seul, et d'enregistrer lui-même tous les instruments, à l'exception de la batterie. Ce coup-ci, l'album sera métropolitain, ou ne le sera pas. Il suffit de voir la pochette de l'album, avec une cité sortant de son crâne, pour le comprendre, avant même de lire le titre. Fini les plaines désertiques des hobos, fini les suburbs, place à métropoles lumineuses !
Le ton est plus mature, et la musique change. Ici, cette folk touchant avec bonheur à la pop, la soul ou le blues se fait plus discrète, disparaît en faveur d'un son un peu plus rock, mais surtout plus electro.

Electro. Ça y est, le mot est lâché. Voilà le gros changement : Charlie Winston à mis de l'electro dans son vin ! Pourtant, le premier titre de l'album, 'Wilderness', commence sans surprise. Une guitare folk, une voix de mieux en mieux maîtrisée...Nous sommes en terrain connu, jusqu'au premier refrain, où éclate alors des sonorités electro. La première fois, ça surprend. Qui aurait cru que Charlie Winston se mettrait à l'electro-pop ? A l'écoute des titre suivants, on sent qu'il a bien écouté ses Daft Punk et ses Radiohead. Ce sont des morceaux plus intimistes qu'auparavant, encore plus mélancoliques qu'un 'Boxes' sur Hobo ou un 'She Went Quietly' sur Running Still.

Mais le mélange ne prend pas, vraiment pas. A part Lately et ses sifflements évoquant 'Like A Hobo' et 'Wilderness', déjà cité, les morceaux se suivent et se ressemblent. Difficile d'en démarquer un en particulier. Ils sont construits sur la même base : un début mélancolique, souvent avec une guitare ou un folk, un bon début, encourageant, jusqu'à ce que des orchestrations electro insipides déboulent après le premier refrain et transforment chaque morceaux en une soupe auditive au-dessus de laquelle flotte difficilement la voix de Charlie, seule vraie star d'album. Au moins, il prouve qu'il demeure un excellent vocaliste, peut-être l'un des meilleurs de sa génération.

Et la fin de l'album ? Le dernier vrai morceau, 'Stories', est une ballade pas trop mauvaise au piano, qui aurait constituée une fin douce-amère à Curio City si n'il y avait pas eu l'inutile Radio Edit de 'Too Long', et surtout, ces deux remix atroces de 'Lately', en particulier le premier, qui enlève toute la saveur de ce morceau. Non seulement ces trois remix ne sont pas bons et brisent le rythme de l'album, mais d'un point de vue purement personnel j'ai toujours trouvé cela inutile et putassier.

J'ai envie d'être gentil avec Charlie. C'est que je l'aime bien, le bonhomme, tout de même ! Mais là, il y a vraiment pas grand-chose à sauver, et le peu qui pourrait l'être n'en vaut pas vraiment la peine. Et le plus triste, ce n'est pas que l'album soit mauvais, c'est de voir un artiste avec une identité aussi affirmée et charmante que Charlie WINSTON se mêler à la foule des groupes pratiquant un style similaire et y disparaître. Osons tout de même espérer un retour au mieux pour son prochain album !

A lire aussi en POP :


Freddie MERCURY
Barcelona (1988)
Concubinage insolite de la pop et de l'opéra




Neil DIAMOND
Jonathan Livingston Seagull (1973)
Un souffle de liberté...le ciel plein la tête


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Wilderness
2. Truth
3. Say Something
4. Fear & Love
5. Too Long
6. A Light (night)
7. Another Trigger
8. Lately
9. Just Sayin
10. A Light (day)
11. Evening Comes
12. Stories
13. Too Long (radio Edit)
14. Lately (tobtok Remix)
15. Lately (the Avener Rework)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod